Faites la liste de ce que vous rêvez de vivre!

Aujourd’hui j’aimerais que nous prenions le temps de choisir la façon dont nous aimerions vivre le reste de notre vie. Comment devrions-nous choisir les choses que nous aimerions vivre? Nous sommes les seuls maitres de notre destinée. Depuis bien des lunes, des hommes et des femmes se rebutent à mettre en place toutes les choses pour arriver à atteindre leurs rêves. Toutefois, de faire ce choix est un départ. Comment prioriser nos rêves et comment les atteindre ?

Pour débuter, nous devrions trouver une façon de faire pour énumérer nos rêves. Une des méthodes les plus faciles pour mettre à jour ce à quoi vous rêvez est de dresser une liste de 25 de vos rêves que vous voudriez réaliser avant votre mort. C’est une méthode infaillible pour mettre la balle en jeu.

Une autre technique puissante pour exprimer vos désirs est de demander à un ami de vous aider à dresser cette liste. Demandez-lui de vous questionner avec insistance : « Que veux-tu? » pendant dix ou quinze minutes, et écrivez spontanément vos réponses. Vous constaterez que les premiers éléments sont rarement très profonds.

En fait, la plupart des gens répondront d’abord : « Je rêve d’avoir une Mercedes, je veux un chalet avec vue sur le lac ou une rivière », et ainsi de suite. Toutefois, vers la fin des quinze minutes, votre moi commence à émerger : « Je veux que les gens m’aiment ; Je veux avoir une influence sur les autres ; Je veux me sentir capable de changer les choses ». Il s’agit là de l’expression véritable de vos valeurs profondes.

N’acceptez pas de la part de votre ami; « Ben voyons donc tu n’y arriveras jamais ; Tu n’es pas capable! ; J’ai une connaissance qui a perdu sa maison avec ce genre de projet ». Ces amis nous aiment tellement qu’ils sont les plus grands tueurs de nos rêves.

Faites ces exercices et commencez par vous poser la question ; « Qu’est-ce que je veux faire de ma vie; Quel est mon plus grand rêve ». Un coup tout ça exprimé, établir ensemble un plan d’action pour réaliser vos rêves avec une date de réalisation. Aussi à chaque fois que vous réaliserez un rêve, aussi grand soit-il, rayez-le de la liste avec l’obligation d’en rajouter un autre pour le remplacer. Avoir toujours 25 rêves à réaliser avec des plans d’action et des dates de réalisation, votre vie ne sera jamais plate car vous serez toujours en action pour atteindre votre prochain rêve.

En espérant que cela vous donne le courage de vous choisir et de faire de votre vie maintenant un chemin vers la réussite de la réalisation de soi. Depuis plusieurs semaines, que je vous entretiens sur mes réflexions et déjà vous voyez que j’ai commencé à prêcher par l’exemple. Je rêve d’écrire un livre et je viens de me mettre en action. Pour ceux qui en sente le besoin, j’aide les personnes à atteindre leur rêves grâce à mon accompagnement, je prépare une programme sur comment atteindre mes rêves.

Suis-je résilient?

Telle est la question, nous sommes en droit de se la poser.  Chaque fois qu’il m’arrive une situation où je suis confronté à quelque chose, je me pose cette question. Suis-je résilient face à cette situation.  La réponse évolue; la première est toujours non, et quand je réfléchis plus longuement à la situation, je trouve toujours de nouvelles façons de vivre avec. La résilience est la capacité individuelle ou collective, de rebondir face à l’adversité.  Depuis plusieurs années, nous entendons de plus en plus parler de résilience.  Il est bien évident de constater qu’à chaque année, notre environnement évolue, que ce soit au travail, personnel ou en groupe.  Et lorsqu’un événement se produit, nous sommes placés devant le fait et nous devons apprendre à devenir résilient.

Depuis que j’ai appris qu’il n’y a pas mille façons de faire face à des situations, j’ai compris la résilience.  Je me suis dit que je devais regarder de façon positive une situation à laquelle je suis confrontée et de me demander comment je devais travailler sur moi-même pour accepter la situation et, comme on dit, de vivre avec.  J’ai compris que lorsque je fuis, je vis très mal avec la situation. En résumé, lorsque nous sommes devant un événement qui nous force à réfléchir sur la façon dont nous devons réagir, je pense que nous devons la regarder avec des yeux positifs et un esprit mental qui nous font regarder le bon côté des choses.

Les optimistes m’ont appris énormément par leur credo; cette prière me donne la résilience de voir les choses avec de nouveaux yeux, les yeux du cœur.  Aussi quelques fois, je mets en pratique la prière de la sérénité qui nous donne des pistes de solutions importantes.  D’accepter les choses que je peux changer et le courage de changer les choses que je peux.  Une très grande réalité de la vie.  Pour moi, une des personnes les plus résilientes, est notre athlète paralympique Chantal Petitclerc qui a dit suite à son accident : « On ne choisit pas toujours ce qui nous arrive dans la vie, on peut toujours décider de l’attitude à laquelle on fera face à ces défis ».

Pensez à des situations où vous avez dû retourner à l’intérieur de vous, pour penser à une façon de réagir à la situation à laquelle vous étiez confronté.  Depuis que je mets en pratique une attitude différente face à des événements qui me font réfléchir, mieux je me porte.  Prenez le temps d’inscrire sur une feuille les situations auxquelles vous avez été confrontées et inscrivez-y les attitudes que vous appliquez puis demandez-vous est-ce que j’aurais pu réagir autrement? Faites l’exercice et donnez-moi des nouvelles.

Réfléchissez en vous demandant est-ce que je me sentirais mieux si je devenais plus résilient? Je vous encourage à vous poser toutes les questions qui vont vous forcer à faire un voyage à l’intérieur de vous.  En terminant, on ne peut être beau à l’extérieur si l’intérieur est tout démoli.  Il faut nourrir l’intérieur et le rendre tellement beau que cela va paraître à l’extérieur.  Pour ceux que ça intéresse, je peux vous accompagner dans votre cheminement.  Motivaction.coach

Commencez par faire votre lit!

Durant la semaine qui se termine, j’ai vécu des périodes de doutes, d’inquiétudes. Mais chaque fois que ces situations m’arrivent, j’écoute la vidéo du discours de l’amiral William H. McRaven qu’il a livré lors de la remise des diplômes à l’Université du Texas le 17 mai 2014.

Dans son allocution, l’amiral souligne le slogan de l’université qui est le suivant : « Ce qui commence ici change le monde. » Je dois admettre que j’aime bien. « Ce qui commence ici change le monde. »

 Mais, si chacun d’entre vous changeais la vie de seulement 10 personnes – et chacune de ces personnes-là changeais la vie de 10 autres personnes et ainsi de suite. Si vous pensez qu’il est difficile de changer la vie de 10 personnes – de changer leur vie pour toujours – vous avez tort. L’amiral soulève une expérience qu’il a vue en Afghanistan : un sous-officier de l’équipe de mobilisation féminine comprend que quelque chose ne va pas et ordonne au peloton d’infanterie de s’éloigner d’un véhicule qui contenait une bombe de 500 livres, sauvant ainsi la vie d’une douzaine de soldats.

Mais, si vous y réfléchissez, non seulement ces soldats ont été sauvés par les décisions d’une seule personne, mais leurs enfants pas encore nés ont également été sauvés. Et les enfants de leurs enfants ont été sauvés. Les générations ont été sauvées par une décision, par une personne.


Dans cette vidéo, l’amiral McRaven nous donne 10 leçons, mais je vais vous parler de la première, soit de commencer pas faire votre lit. Je vous recommande de lire son livre, pour moi je le relis souvent, je le consulte occasionnellement. Pour moi le livre à cette avantage d’être accessible à tout moment.

Chaque matin, en formation de marine, mes instructeurs se présentaient dans ma caserne et la première chose à inspecter était votre lit. Si vous le faisiez bien, les coins seraient carrés, les couvertures bien serrées, l’oreiller centré juste sous la tête de lit et la couverture supplémentaire pliée proprement au pied du support – c’est le ton de la marine pour le lit.


C’était une tâche simple – au mieux banale. Mais chaque matin, nous devions faire notre lit à la perfection. Cela semblait un peu ridicule à l’époque, mais la sagesse de ce simple geste m’a été prouvée à maintes reprises.

Si vous faites votre lit chaque matin, vous aurez accompli la première tâche de la journée. Cela vous donnera un petit sentiment de fierté et vous encouragera à faire une autre tâche, une autre et une autre. À la fin de la journée, cette tâche terminée sera transformée en plusieurs tâches. Faire votre lit renforcera également le fait que les petites choses de la vie importent. Si vous ne pouvez pas faire les petites choses correctement, vous ne ferez jamais les grandes choses correctement.

Sachez que la vie n’est pas juste et que vous échouerez souvent. Mais si vous prenez des risques, doublez d’ardeur quand les temps sont durs, faites face aux intimidateurs, soulevez les opprimés et ne baissez jamais les bras – si vous faites cela, alors la prochaine génération et les générations suivantes vivront dans un monde bien meilleur que celui que nous avons aujourd’hui.

Quand vous aurez des moments plus difficiles, tapez William H. McRaven dans Youtube et écoutez.

Si vous voulez changer le monde, commencez par faire votre lit.

La motivation!

Il vous est surement déjà arrivé que votre motivation ne soit pas à son meilleur. Il y a des débuts de journée comme ça, où nous avons l’impression que rien ne fonctionne.  Souvent, c’est lorsque nous nous sommes levés plus tard, pour ne pas dire en retard.  Il y a déjà plus de 15 ans que je ne me réveille plus avec un réveil-matin; je trouvais ce bruit agressant. C’est pourquoi, depuis que j’applique ma routine du matin, je ne suis plus en retard.  Le seul moment où je mets un réveil, c’est quand nous partons en vacances dans le sud et que nous devons nous lever en pleine nuit.

Je vous parle de 8 astuces pour retrouver votre motivation. Premièrement, écrire sur papier vos objectifs; faites de la visualisation et réfléchissez comment vous vous sentirez quand vos objectifs seront atteints. Ça peut être un voyage, une voiture de haute gamme, de la richesse financière ou une maison. Deuxièmement, faites ce que vous aimez, ne perdez plus de temps à faire des choses que vous n’aimez pas. Le temps est trop court pour le perdre à faire des choses sur lesquelles nous n’avons aucun plaisir, que ce soit le travail, une sorte de sport, des rencontres inintéressantes.

Troisièmement, apprendre à dire non. Souvent nous disons oui pour faire plaisir à une conjointe, à des amis. Et lorsque la soirée se termine, vous avez l’impression d’avoir perdu votre temps.  Aussi des gens vous demandent de les aider ou de faire quelque chose pour eux et le désir n’y est pas, assumez-vous et dites-leur sans les blesser bien évidemment. Quatrièmement, entourez-vous de positif, que ce soient des gens qui partagent les mêmes passions que vous. Laissez entrer dans votre bulle de protection, seulement les choses qui vous apportent de belles sensations.

Cinquièmement, arrêtez de vous comparer aux autres, à tout ce qui vous donne l’impression que vous êtes une personne inférieure à celle que vous vous comparer.  Nous sommes tous différents et dieu merci, sinon le monde serait plate à regarder et on verrait toujours la même chose. Sixièmement, évitez les excuses, si vous attendez d’avoir du temps et de l’argent pour accomplir vos rêves, vous ne le ferez jamais. À un moment donné, il faut accepter que l’on ne puisse pas tout contrôler.

En septième position, bougez, pratiquez une activité physique une, deux ou trois semaines, va vous aider à sortir de votre tête les choses négatives qui occupent la majorité de la place.  En bougeant, on va avoir des pensées plus claires et nous allons avoir plus d’énergie. Et la dernière la huitième, aménagez votre environnement, que ce soit au travail, faites en sorte que ça soit agréable de s’y retrouver, et que l’endroit vous ressemble.  Cette règle s’applique autant au travail qu’à la maison.  Si votre maison ne vous ressemble guère, il est bien évident que vous chercherez à y fuir.

En terminant, je sais que ces 8 astuces fonctionnent. Il ne manque que vous de les mettre en pratique, j’attends vos commentaires sur mon site motivation.coach.  Et si je peux aider certains d’entre vous qui manquent de motivation, manque d’outil et qui ne savent pas par ou commencer, il me fera plaisir de vous accompagner dans votre cheminement.

La semaine de 4 heures!

Il y a quelques jours, je suis tombé sur un livre que j’ai toujours voulu acheter soit « La semaine de 4 heures » par Timothy Ferris. Cet homme dirige une entreprise multinationale aux quatre coins du monde. Depuis 2003, il est professeur à Princeton où il enseigne l’entrepreneuriat comme vecteur d’un nouvel art de vivre.

Vous rêvez d’échapper à la routine de métro-boulot-dodo, de gagner de l’argent sans vous épuiser à la tâche ou de vivre mieux en travaillant moins. Quelle phrase qui porte à réflexion. Dans ce livre, vous découvrirez comment vous organiser pour gagner en un mois à raison de 4 heures par semaine le salaire que vous gagnez jusqu’à présent en un an.

Est-ce utopique ou réaliste, pour moi les deux s’appliquent, tout dépend de la façon de voir cette affirmation.  Moi j’aime mieux la voir de façon réalisable, si lui a réussi est-ce possible que nous réussissions? Moi je crois que oui, il nous donne même la recette, que faisons-nous quand nous sommes invités chez des amis et qu’on nous sert un repas, un dessert que nous aimons, instantanément nous demandons à nos hôtes la recette.

Mais quand il s’agit de réaliser de grandes choses ou de changer notre perception à l’argent, alors là rien n’est possible. Certains diront que notre éducation nous fait freiner, parce que nous avons été élevé avec la devise que si tu veux être riche tu dois travailler plus fort, plus longtemps. Quelle idée ridicule!

Qu’ont de plus que vous ces grands millionnaires? Rien ! ils ont eu une idée, ils y ont cru, ils se sont entourés de gens qui les aideraient à réaliser leur rêve. Ils ont mis les efforts en planifiant mieux les étapes pour atteindre le sommet.  Je suis toujours impressionné, quand je lis leur biographie, d’apprendre d’où ils viennent, comment ont-ils été élevés, comment ont -ils fait le choix du style de vie qu’il voulait pour le futur. Quand je les regarde et les écoute, la seule chose que je vois c’est qu’ils ont pris le contrôle de leur vie et ils ne laissent plus les autres décider pour eux. Pour moi ce sont des acteurs de changement et non des gens qui subissent les changements.

Je suis confronté à cette réalité, vous aussi. Nous espérons tous travailler moins et avoir le même revenu. Nous disons tous quand je serai à ma retraite, je ferai telle ou telle chose. Mais pourquoi attendre la retraite? Y arriverons-nous? Vous savez la vie va très vite, vous avez tous dans vos connaissances des gens qui n’y sont pas rendus, qui avaient de grands rêves et que la vie en a décidé autrement.  Moi je ne veux pas vivre cela et vous?

La méthode de Timothy Ferris est peut-être un peu exagérée direz-vous mais je crois qu’elle est réalisable. Si l’auteur l’a écrit c’est qu’il souhaite que plus de gens comme nous réussissent leurs rêves. Comment un gars comme lui qui ne vous connait pas, nous donne une recette pour améliorer notre qualité de vie et nos revenus et que nous, simple personnage, ne croyons pas en nous.  Je crois qu’il est maintenant temps de prendre le contrôle de notre destinée.

80-20

80-20 certains d’entre vous savez d’où viennent ces chiffres. Effectivement ce sont les chiffres de la loi de Pareto. D’où vient cette loi? Elle a été créée par Vilfredo Pareto, un ingénieur italien, sociologue, économiste, politologue et philosophe. Il a introduit le concept d’efficacité Pareto et a aidé à développer le domaine de la microéconomie. Il a également été le premier à découvrir que le revenu suit une distribution de Pareto : le principe 80/20. Cet outil met en évidence la loi des 80/20. Autrement dit, agir sur 20% de causes permet de résoudre 80 % des effets.

Voilà en gros les informations de ce principe. Dans toutes les sphères d’activité où j’ai eu la chance de travailler, ce principe continue de me faire prendre conscience qu’il est toujours actuel. Je suis toujours surpris, quand j’analyse des situations, de prendre conscience que ces chiffres sont toujours au goût du jour.  Comment analyser mes situations pour bien comprendre ce principe.  Voici ce que je vous propose. Imaginons au travail, 20% de votre temps investi dans un dossier va rapporter 80% de résultat.  En clientèle, 20% de vos clients vont donner 80% de vos revenus.  Dans l’amitié, de tous vos amis et connaissances, seulement 20% seront de vrais amis. Voilà qui explique l’adage qui dit que des vrais amis, on peut les compter sur les doigts de nos mains.

Tout d’un coup la réalité vous frappe. Vous prenez conscience des choses qui vous ralentissent dans votre travail, dans vos ventes ou dans l’amitié. Vous devez y apporter des changements.  C’est difficile au niveau du travail de choisir les choses qui nous retardent, qui nous font dévier de notre tâche et qui font que, continuellement, nous ne respectons pas nos délais d’échéance.  Au niveau des ventes, combien sont ceux d’entre vous qui avez des noms de clients qui vous demandent beaucoup, sans se terminer par une vente.  Au niveau de l’amitié, je prends toujours le même exemple. Dans nos comptes Facebook, nous avons combien d’amis. Combien de réelles personnes connaissez-vous dans ce gang? Quand je parle de connaître, je veux dire le prénom du conjoint, ses enfants, le lieu ou il/elle travaille. Alors voilà pourquoi je crois que Pareto est un génie.

La loi de Pareto est utile pour identifier sur quelles causes agir en priorité pour améliorer de façon significative la situation. On évitera ainsi de gaspiller de l’énergie sur ce qui a peu d’impact. Je suggère toujours aux gens qui me le demande de prendre une feuille de papier et de se créer 7 colonnes pour les 7 jours et de noter les choses qui nous ont fait dévier de notre route, que ce soit pour le travail, les ventes, les amis. Faites sérieusement cet exercice pendant une semaine. Après l’analyse de vos résultats, vous serez surpris de constater qu’il existe plusieurs choses qui nous distraient de notre objectif. Les raisons sont multiples, mais pour changer il faut en être conscient et aussi il faut réellement vouloir changer, parce que nous les humains aimons être dérangé d’une tâche parce que pour nous cela nous donne de l’importance. En terminant je vous souhaite une excellente analyse, car si vous faites l’exercice, vous allez voir des situations qui vous dévient de votre objectif final. J’aime mieux l’action que la réaction.

Suis-je un gagnant?

J’ai le goût de vous entretenir sur une question qui m’a toujours interpellé, une question que je me suis souvent posée.  Suite à la lecture du livre de Robert Kiyosaki « Père riche, Père pauvre », une phrase à l’intérieur du livre m’est toujours restée en mémoire. « Les perdants arrêtent quand il échouent, les gagnants échouent jusqu’à ce qu’ils réussissent.» Quelle grande vérité ! Après avoir lu cette phrase, je la mets tous les jours en pratique.  Lorsqu’il m’arrive un imprévu, une inquiétude, une expérience (échec), je me dis que la persévérance va me permettre de réussir.

Si Thomas Edison avait arrêté après un premier échec, il n’aurait pas inventé l’ampoule électrique; ça lui a pris 1200 tentatives.  Comment a-t-il trouvé l’énergie et la détermination après chaque tentative pour se motiver à se dire que peut-être cette fois serait la bonne. Aujourd’hui aurions-nous autant de détermination que Edison a eu en 1878 ?  Quand nous regardons les gens aujourd’hui, pensons-nous qu’il serait possible de trouver un Edison parmi nos amis.

Personnellement je vous interpelle sur la phrase de Kiyosaki : dans quel groupe vous trouvez-vous? Si vous êtes dans le premier et êtes heureux, tant mieux pour vous. Moi, je me trouve dans le deuxième. J’ai longtemps été dans le premier, et pour moi, je n’étais pas très heureux. Quand un jour, j’ai décidé de changer de camp, j’ai compris bien des choses. Premièrement quand je veux réussir quelque chose et que je ne réussis pas du premier coup, je recommence en ne répétant pas la même erreur qui a fait que la première tentative n’a pas marché. J’essaie quelque chose de nouveau et j’espère que cette fois sera la bonne. Mais le bonheur et la joie que je ressens quand je réussis me comblent et aujourd’hui je peux vous garantir que je sais c’est quoi d’être un gagnant.

Mes amis proches vous diront que j’ai toujours été un gagnant, ce n’est pas vrai; j’ai perdu souvent et quand je perdais, je travaillais plus fort pour réussir. Ma détermination, je la dois en grande partie à tous mes livres de croissance personnelle que je lis et que j’essaie de mettre en pratique à tous les jours. La satisfaction que tu ressentiras quand tu gagneras sera aussi intense que le travail que tu y auras mis. C’est terminé les gagnants qui ont tout cuit dans le bec.

Je sollicite votre réflexion. Cette semaine, prenez du temps pour vous poser cette question. Dans quel groupe suis-je ? Ensuite demandez-vous si vous êtes heureux? Si, après ces deux questions auxquelles vous avez répondu « premier groupe et pas heureux », je vous invite à relire toutes mes infolettres.  ET ne me le dites pas, car je vais penser que cela ne sert à rien de vous écrire. Si vous avez répondu « deuxième groupe et heureux », alors, continuez d’avancer dans la vie en étant un gagnant ou une gagnante. Ça ne veut pas dire que tout sera facile, non ça veut juste dire que vous avez dans votre ADN le caractère, la détermination et la persévérance d’un gagnant ou d’une gagnante. C’est le genre de monde que j’aime rencontrer et qui me challenge à me dépasser. Je vous souhaite de rencontrer ce genre de monde.

Je me choisis…

J’ai toujours aimé écouter les bulletins de nouvelles, mais ces temps-ci, je vous dirais que je suis tanné pour ne pas dire écœuré des nouvelles négatives qui n’ont que pour objectif de nous mettre en rogne contre le système qui prend soin des personnes âgées. Notre premier ministre sollicite l’aide de toute la population pour aller donner du temps auprès de nos ainées ; un geste de solidarité et de reconnaissance pour ce qu’ils ont fait pour nous. Au lieu de travailler à cela, les médias nous montrent des images qui nous font lever le cœur, nous informent que près de 2000 préposées ou infirmières qui œuvrent dans ces centres sont atteints du virus.  Quand on dit : on ne rame pas dans la même direction, en voici une preuve flagrante. C’est probablement pour cela que je ne travaille pas dans ce genre de médias. C’est mon épouse qui m’a beaucoup fait prendre conscience que ces bulletins font le travail ; j’ai été surpris d’entendre que les gens qui avaient écouté les nouvelles devenaient les vecteurs de ces mauvaises nouvelles.

Alors je me choisis, ce qui veut dire que je sélectionne les choses que je veux écouter, les bonnes nouvelles que je veux diffuser. Je laisse entrer dans mon subconscient des choses qui ont un effet positif sur mon futur et ma vie. Trop de gens se laissent guider par ces informations qui n’ont que pour effet de nous pourrir notre environnement psychologique.  Je vous invite à faire comme moi, choisissez-vous, choisissez ce que vous aimeriez qui entre dans votre vie, choisissez les gens qui ont une incidence positive et qui feront que vous allez grandir comme personne.

Souvent, dans nos vies, nous somme placés devant des choix à faire, un peu comme une route où on arrive à une fourche et on se demande à droite ou à gauche. J’aime beaucoup ces dilemmes car cela m’oblige à me poser des questions. Où dois-je aller? Quand vais-je y arriver? Est-ce que à droite je me rallonge ou je raccourcis mon trajet? Pour le savoir des fois, il faut aller voir.  J’invite tout le monde à vous poser certaines questions qui vous aideront à vous choisir. Qu’est-ce qui me rend le plus heureux dans la vie? Est-ce que je sais ce que je veux pour moi, mes proches? Et la dernière et non la moindre, Est-ce que j’aime vraiment ce que je fais actuellement, la carrière, le métier, le sport, l’entreprise ou le mode de vie que j’ai choisi?

Et oui parce que tu l’a choisi! Quand on vous pose la question  «Est-ce que tu fais ce que tu veux dans ta vie? » La réponse que la majorité des personnes donnent est, bien sûr, que personne ne me fait faire des choses que je ne veux pas faire.  Sérieux, demain en vous regardant dans le miroir, soyez honnête et posez-lui la question et regardez-vous dans les yeux et répondez franchement. Si vous faites l’exercice en étant le plus franc envers vous, vous allez être surpris que vous ne vous choisissez pas souvent. Alors il faut se mettre en action et je me choisis!

Après…

On dit que toute bonne chose a une fin, c’est pareil pour les moins bonnes.  Alors disons toute mauvaise chose a une fin. Et la fin approche, je le sens de plus en plus.  Nous avons besoin de positivisme, de bonnes nouvelles, de belles annonces qui nous feront croire que la fin approche de cette expérience de vie que nous avons vécue.

Pour moi depuis deux semaines environ, je suis en mode après…, cela ne veut pas dire que je baisse la garde, non je suis tout aussi attentif à tout, je continue de garder mes distances. Mais j’ai un besoin criant de voir la lumière au bout du tunnel. Et j’ai décidé que si j’attends après les autres pour qu’ils mettent la switch à on, je risque d’attendre longtemps. Alors j’ai pris la décision de me mettre en action.

Premier geste important pour moi, je vais donner priorité à un rêve que j’ai depuis quelques années de faire des conférences.  Lors de mon année de gouverneur optimiste, j’avais écrit une conférence que je donnais aux jeunes octogones (mouvement optimiste pour les 12 à 17 ans) qui s’intitulait Ai-je le droit de rêver? Cette conférence durait environ 30 minutes, je travaille actuellement pour l’augmenter à environ 1h à 1h30.  Depuis janvier dernier, j’ai créé un blogue motivaction.coach, une plateforme pour faire connaître mes articles, je viens de la réactiver. 

Ces deux actions sont le début de plus grandes.  Je crois que tous en dedans de nous avons des rêves à réaliser. Les raisons pour lesquelles nous ne les mettons pas en action sont nombreuses, et ont surement tous leur raison d’être. Mais je veux que vous preniez conscience que depuis quelques semaines vous avez été limité dans vos actions.  Il ne faut pas que nous agissions comme un animal qui demande la porte depuis 1 heure et quand vous l’ouvrez il part comme une balle et court partout sans savoir pourquoi il court. Sachez c’est ce qui risque de nous arriver, lorsque le départ sera donné, nous avons été tellement privés de voir des gens qu’on aime que là, nous allons vouloir tous les voir et tous en même temps.  Il va arriver un entonnoir normal qui s’appelle le temps.

Je vous invite donc à commencer à préparer l’après… Si vous avez besoin d’aide prenez un crayon et un cahier marqué jour 1 et écrivez ce que vous aimeriez faire lorsque l’après arrivera, et faites de même pour les jours suivants.  Vous allez remarquer que les premiers jours seront destinés à ce qui prend le plus de place dans votre cœur.  Et ainsi de suite. Du côté personnel, j’espère que cette période de réclusion vous aura été bénéfique.  Prendre le temps de réfléchir à ce que l’on fera quand cela nous sera permis. C’est pour moi la même chose quand je rencontre des gens qui me disent quand je serai riche je ferai telle ou telle chose. Quand je serai à la retraite, je vais voyager. Nous connaissons tous des personnes qui n’ont jamais pu réaliser leurs objectifs. Seriez-vous comme eux? Feriez-vous partie des histoires que l’on racontera de gens qui ont trop attendu?  Alors mettez-vous en action et préparez-vous à l’après….

Hier n’existe plus

Lors d’une de mes lectures qui porte le titre Les sept secrets du succès de Richard Webster.  Ce livre est construit comme un roman, qui raconte l’histoire d’un homme qui a été floué dans sa vie personnelle et professionnelle et qui lors d’un moment de faiblesse fait la raconte d’un homme qui va lui apprendre à voir la vie d’une façon plus optimiste.

À la fin du premier chapitre les trois mots sont écrits hier n’existe plus. Quelle révélation quand nous prenons le temps de prendre conscience de cette grande vérité.  De grand philosophe, nous ont appris que le passé est garant de l’avenir, une autre grande vérité. Prenons le temps de bien réfléchir à ces deux phrases qui pour moi sont importante. 

Nous prenons un temps fou à essayer de changer ce qui s’est passée hier.  Hier peut dire les 24 dernières heures, les dernières semaines, mois, année etc.. Mais prenons conscience que l’on ne peut rien changer d’hier car hier n’existe plus.  Aujourd’hui et demain nous appartient, nous devons prendre acte de la journée d’aujourd’hui et des jours futurs qui s’en viennent.  Comme la deuxième phrase, nous amène à réfléchir que le passé est garant de l’avenir.  Notre passé ou hier ont fait de nous ce que nous sommes.  Souvent notre passé, nous ont donné des expériences de vie, qui nous ont formé un ADN qui est plus négatif que positif. Le passé est garant de l’avenir.

Prenons le temps de changer cette ADN négatif en se disant constamment que hier n’existe plus.  Que l’on ne peut rien faire pour changer ce qui a été fait hier.  Peu importe l’émotion le moment, les contextes pour lesquelles ces décisions fut prises, nous ne pouvons revenir en arrière. Mais à cause d’hier nous devons vivre avec et apprendre de ces expériences comment nous voulons regarder aujourd’hui et les autres jours.

J’aime beaucoup mieux appeler expérience qu’épreuve, pour moi, épreuve est très négative. Le mot expérience peut inclure des choses positives autant que des choses négatives.

Le texte d’aujourd’hui se veut un texte pour regarder le futur et non le passé. Il est vrai que nous ne pouvons rien changer sur les choses d’hier mais il reste à nous de savoir comment nous voulons vivre demain. Souvent l’inconnu de demain nous amène dans une zone d’inconfort qui nous apporte à mettre les brakes sur des nouvelles avenues.

Si aujourd’hui vous avez appris à marcher, c’est parce que vous êtes tombé plus d’une fois et à chaque fois vos parents vous ont relever et vous ont forcer à marcher.  Après avoir appris à marcher vous avez appris à sauter et courir.  Alors je vous invite à sauter ou courir la vie que vous voulez à partir de demain.

Des fois je doute que mes réflexions hebdomadaires vous apportent des choses utiles pour vous mais, sachez que pour moi elles me font du bien. Je veux tenter de changer mon ADN négatif pour sauter dans une nouvelle vie. Le mouvement optimiste nous apprend à réciter un credo dont l’une des strophes d’oublier les erreurs passées et de voir à faire mieux à l’avenir.  Alors appliquons cette strophe.