Mis en avant

Quels sont tes rêves de ta vie?

Souvent les êtres humains se posent cette question. Ce qui est assez surprenant c’est le style de réponse que nous donnons.  Pour certains, ils savent déjà ce qu’ils sont venus faire sur la terre.  Et pour d’autres leurs rêves ne sont pas bien définis et ils se posent cette question en n’ayant pas de réponse. Il faut que nous prenions du temps  pour trouver la réponse à cette question qui est essentielle à la suite des choses.

Tout dépend de l’âge ou nous sommes rendus et nous pourrions obtenir des réponses différentes. Je sais que de mon expérience personnelle, aurait donné toutes sortes de réponses. Selon mon enfance, mon adolescence, le début de ma vie adulte, de parents et maintenant de grands-parents.  Les rêves de nos vies évoluent avec l’âge et l’expérience que nous acquérons avec les années. Je vous invite à prendre du temps pour réfléchir à cette question. Faites une rétrospective de votre vie, et soyez honnête dans vos réponses, car ces réponses vont demeurer confidentielles. Si vous avez l’intention de vous améliorer pour devenir de meilleure personne, vous pouvez valider vos réponses en les partageant avec un ami, en qui vous avez confiance.

Je crois sincèrement que les rêves que vous avez trouvés sont des rêves que vous saviez que vous connaissez depuis plusieurs années. Mais que la vitesse de la vie et les obligations que nous avons ont fait que nous avons laissé ces rêves de côté.  J’ai connu des gens qui un jour ont décidé de travailler selon leur rêve, et ils ont pris la meilleure décision de leur vie. Ils se sont choisis et pour cela il mérite tout mon respect. Nous avons tous des connaissances qui ont des rêves, et qui n’ont pas le courage de les réaliser.  Souvent des adultes m’ont appris qu’il n’est pas toujours souhaitable de réaliser ces rêves, je dois vous avouer que pour moi ces gens n’existent plus pour moi. 

J’encourage les gens à travailler continuellement pour atteindre leur rêve. Si vous êtes comme moi, j’ai tellement de rêve à réaliser que j’accepte déjà que je n’aurais pas le temps de tout les réaliser.  Mais mon plus grand rêve était de devenir une meilleure personne, et d’encourager les jeunes à atteindre leur sommet personnel. J’ai su très jeune que j’avais la qualité de rassembleur, j’étais toujours le leader de ma gang d’amis plus jeune. Même à l’adolescence je suis devenu capitaine de mon équipe de hockey, j’encourageais mes coéquipiers constamment.  Même dans mon cheminement sportif, il m’est arrivé une année de ne pas jouer souvent, je ne manquais jamais une pratique, je continuais d’encourager mes coéquipiers et souvent l’entraineur me citait en exemple comme étant un joueur d’équipe. Je sais aujourd’hui que je suis un leader qui pour performer doit être entouré d’équipier de qualité.  Souvent je cite cette phrase qui veut tout dire. Le meilleur chef d’orchestre avec des musiciens médiocres vont donner un spectacle de piètre qualité, mais le pire chef d’orchestre avec les meilleurs musiciens vont donner un spectacle dont tout le monde vont sur rappeler. Ce qui se résume ce n’est pas le singe en avant qui fait des grimaces qui sont importantes, mais bien les musiciens de l’orchestre.

J’aime beaucoup me servir de cet exemple, pour démontrer l’importance que mes collègues représentent pour moi.  J’ai beaucoup appris sur mes rêves, mais pour cela, il a fallu que je prenne du temps pour les noter et travailler pour les réaliser.  J’aimerais vous transmettre cette idée de prendre du temps pour écrire vos rêves et de les prioriser et de noter le chemin que vous devrez prendre pour réaliser vos rêves.  

Dans ma vie, j’ai aidé de jeunes joueurs de baseball, des jeunes bénévoles qui cherchait un mentor que j’ai beaucoup apprécié accompagner dans leur cheminement dans le bénévolat. Les optimistes m’ont permis de faire prendre conscience à des jeunes comment il est important pour eux de faire ce qu’ils veulent de leur vie.  J’ai quelques fois des gens qui me disent merci de les avoir aidés, mais je leur réponds souvent que c’est eux qui m’ont aidé. Car souvent nous sommes les meilleurs pour donner des conseils et les plus mauvais pour les mettre en applications pour soi-même. Mais depuis quelques années, chaque matin en me faisant la barbe, mon boss me parle, je peux vous dire qu’il n’y va pas toujours avec des gants blancs.  

En terminant, quels sont les rêves de votre vie. Les connaissez-vous, les avez-vous priorisés dans les années qui avancent. Prenez l’engagement qu’à compter de maintenant je me choisis et je réalise mes rêves.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Vivre simplement!

Vivre simplement!

Je termine le livre de Vicky Payeur «Vivre avec moins» qui est un livre sur le minimaliste ou la simplicité volontaire. Ce livre m’a ouvert les yeux sur la société de consommation dans laquelle nous vivons. Ce ne fut une découverte pour moi, mais je réalise que depuis quelques années les gens consomment de plus en plus. Certains attachent cela avec la venue de Amazon de ce monde, qui fait en sorte que nous magasinons sans sortir de notre résidence.  Les ventes de ces applications ne cessent de grandir, incitant les personnes à consommer de plus en plus. Les prix étant très bas, le service de livraison rapide, dans bien des cas en dedans de 48 heures le paquet est livré à votre porte quand ce n’est pas le lendemain. 

L’autre problème est le désir pour chacun d’entre nous d’être à l’affut de dernières technologies, de derniers modèles de téléphone cellulaire, il est loin le temps où ces appareils ne servaient qu’à faire un appel. Maintenant ce sont rendu des ordinateurs de poches, des agendas, des bottins téléphoniques, des appareils photo.  Toutes ces acquisitions nous mettent au gout du jour, mais combien cela nous coute, à l’acquisition et mensuellement. Des études démontrent que nous les Nord américains payons trop cher nos services de téléphonie cellulaires dans le cas des cellulaires pour certains cela devient un paiement mensuel, comme des frais fixes.  Cette nouveauté fait en sorte qu’il est de plus en plus rare de voir des téléphones dans les résidences, ce que nous appelions à l’époque des lignes dures.

La même chose se produit avec les véhicules, combien d’entre vous depuis 10 ou 20 ans avez un paiement mensuel pour votre véhicule. La valeur des automobiles a terriblement augmenté, ils sont de plus en plus équipés. Il est loin l’époque ou nous empruntions pour un véhicule sur un terme de 4 ans, aujourd’hui c’est 72 ou 84 mois. Les vendeurs d’autos sont les premiers spécialistes de la surconsommation, après 24 à 36 mois, il communique avec vous pour que vous alliez le rencontrer, il vous propose de racheter votre véhicule et de vous en revendre un neuf. Dans la majorité des fois, vous augmentez votre mensualité, mais vous gagnez en année, car vous vous retrouvez avec un nouveau véhicule, ce qui vous évite de commencer à débourser pour des réparations de votre ancien véhicule.

J’aurais tellement d’exemples à vous écrire, les vêtements, les sports que pratique vos enfants, on veut qu’ils aient le meilleur équipement, les téléviseurs, les outils. Nombreux sont les exemples que je peux vous donner  comme quoi nous avons personnellement adhéré à ce mouvement de surconsommation. Cependant pourrions-nous arriver à consommer moins? La première étape est la prise de conscience. Pierre-Yves McSween à en écrit un livre «En as-tu vraiment besoin» ce libre nous force à ce poser la question avant d’acquérir quelque chose.

Un coup nous avons pris conscience, nous devons décider des actions que nous aurons à prendre pour corriger la situation. Je recommande de mettre sur une feuille les choses que nous allons réduire et la mettre sur le réfrigérateur pour que cette liste soit constamment à la vue. Faite une priorisation de votre liste, ainsi ne mettez pas plus de 5 actions à la fois, car plus il y a d’action moins nous aurons la volonté de corriger le tir. Je recommande que cette liste soit évolutive, quand vous atteignez un objectif, vous le raturer et en ajouter un autre. Comme cela vous aurez toujours à vue votre progression dans le chemin de la prise de conscience de la surconsommation.

Faites l’exercice de façon honnête, je ne vous surveillerai pas, mais le but de l’exercice est de prendre conscience de tout ce que nous dépensons pour des choses qui ne sont pas essentielles à notre vie. Cette pandémie m’a appris beaucoup de choses, le cout des déjeuners et des soupers entre amis au restaurant. Mes petits caprices de chez Starbuck quand vous additionner toutes ces dépenses, imaginez-vous combien cela représente. Vous comprendrez que je n’ai pas tout coupé, mais j’y vais moins souvent. Si vous faites l’exercice honnêtement vous aller réaliser de grande chose, avec l’argent que vous économiseriez mettez là de côté et récompensez-vous personnellement, et remerciez-vous d’avoir fait tous ces efforts pour cette récompense grandement mériter.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Les habitudes

Nous avons tous des habitudes qui ne sont pas bonnes pour nous. Plus le temps passe, plus elles sont imposantes enracinées, et plus on a de mal à les détruire. Certaines deviennent si présentes et si profondément ancrées que l’on hésite même à essayer.

C’est ce qui arrive à la plupart des gens : ils vivent leur vie par habitude, sans avoir aucune idée de la direction où elle les mène. Il est temps de tenir les rênes et d’aller là où vous souhaitez vraiment aller.

Et comme nous n’avons pas à réfléchir aux choses les plus banales, nous pouvons concentrer notre esprit sur des pensées plus créatives et enrichissantes. Les habitudes ont donc du bon, tant qu’il s’agit d’habitudes positives, bien sûr.

Comme nous l’avons déjà vu, vous savez que les gens qui réussissent ne sont pas nécessairement plus intelligents ou plus doués que les autres. Cependant, leurs habitudes les poussent à être mieux informés, plus au courant, plus compétents, plus aptes et mieux préparés.

À partir de l’âge de 8 ans, Larry Bird, ancien joueur des Celtics de Boston avait pour habitude de faire 500 lancers francs chaque matin avant de partir pour l’école. C’est cette discipline qui lui a valu à Larry de tirer le meilleur de ses talents naturels et de battre à platte couture certaine des joueurs les plus doués.

Il en va de même pour vos habitudes : la moindre mauvaise habitude, même si elle semble inoffensive sur le moment, peut à terme vous mener à des lieus de vos objectifs et de vos désirs.  Il est temps de vous réveiller et de vous apercevoir que vos habitudes pourraient bien vous entrainer sur la mauvaise pente. La moindre correction de vos habitudes quotidiennes peut totalement changer le cours de votre vie.

Avec suffisamment de pratique et de répétition, n’importe quel comportement, bon ou mauvais, devient automatique. Vous avez appris toutes vos habitudes, vous pouvez par conséquent les désapprendre. Si vous souhaitez que votre vie prenne de nouvelles directions, il faut d’abord vous alléger des mauvaises habitudes que vous lestent depuis trop longtemps.

Voici cinq stratégies pour éliminer les mauvaises habitudes.

  1. Identifiez vos déclencheurs ;

Observez votre liste de mauvaises habitudes. Pour chacune d’elles, identifiez ce qui la déclenche à l’aide de ce que j’appelle les 4 coupables; le qui le quoi, le ou, et le quand de chaque mauvaise habitude. Notez vos déclencheurs dans un carnet. Cette simple action vous aidera à en prendre conscience. Mais bien sûr, ça n’est pas tout, car comme nous l’avons déjà vu, être conscient d’une mauvaise habitude ne suffit pas à l’éliminer.

2. Faites le grand ménage;

Et que ça brille! Au sens propre comme au sens figuré, si vous voulez arrêter de boire, éliminez toute trace d’alcool de votre maison. Faire le grand ménage c’est de se couper de toute tentation à l’intérieur de notre vie, que ce soit le café, les friandises et les boissons gazeuses. Ce processus est très radical, il apporte une qualité de changement de nos mauvaises habitudes. Un point c’est tout, débarrassez-vous de tout ce qui encourage vos mauvaises habitudes.

3. Faites l’échange;

Jetez à nouveau un œil à votre liste de mauvaises habitudes. Comment pourriez-vous faire en sorte qu’elles ne vous nuisent plus autant? Pouvez-vous les remplacer par des habitudes plus saines ou vous en débarrasser pour de bon. Un processus que je dois mettre en place est de remplacer les croustilles par des cèleris, carottes et radis, cela augmente mes portions de légumes pour chaque jour.  Cet échange est très valorisant pour me changer mes mauvaises habitudes en de bonnes habitudes.

4. Procéder par paliers;

De la même façon, il peut s’avérer plus efficace de procéder progressivement, par paliers, pour vous défaire des habitudes les plus ancrées. Si vous avez passé des décennies à répéter, cimenter, fortifier ces habitudes, il est peut-être sage de vous laisser le temps de les dénouer petit à petit. En commençant par une réduction de consommation pour arriver à la fin à une coupure totale de ces mauvaises habitudes.

5. Ou allez-y la tête la première;

Cette expérience ressemble un peu à l’abandon soudain d’une mauvaise habitude. Les débuts peuvent être véritable supplice ou du moins, s’avérer très inconfortables. Mais tout comme le corps s’adapte à un nouvel environnement par la grâce du phénomène d’adaptation du corps humain qui s’appelle l’homéostasie. Cette stratégie est la plus radicale, la garantie de la réussite de cette stratégie est la volonté de vouloir changer cette habitude.

Il est bien évident que d’écrire ce blogue pour moi cette semaine, me demande énormément. Car je suis une de ces personnes qui a de très mauvaises habitudes et qui doit commencer à les changer. Je sais que cette route sera ardue, et parsemée de nid de poule. Mais je dois pour ma santé apporter ces correctifs durant la prochaine année.

Alors, faites comme moi, mettez-vous en action et prenez la décision de changer vos mauvaises habitudes, ensemble nous allons réussir.

Au cours des prochaines semaines, je vais avoir de bonnes nouvelles pour vous, mais pour réaliser mes rêves je vais avoir besoin de votre collaboration mes amis. Abonnez-vous à mon site motivaction.coach.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Oser de passer à l’action

Pour agir, nous devons nous libérer de nos peurs, écouter nos rêves et surtout, d’accepter de se lever et de se mettre en action. Depuis toujours, nos peurs nous empêchent de prendre des risques, de sortir de notre zone de confort. De par cet article, j’aimerais vous donner des clés, des outils pour vous inciter à oser.

Il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard, pour agir. L’envie pressante de passer à l’action et de cesser d’être à côté de sa vie ne suffit pas toujours. Certains individus sont coincés depuis si longtemps qu’ils ne savent plus comment s’y prendre. Comment faire pour sortir de ce cercle vicieux qui nous empêche de progresser comme être humain.

Je suggère à tous de commencer par une petite action, une initiative qui vous fait sortir un peu de votre zone de confort. Cette mise en action, vous fera peut-être découvrir un peu d’anxiété, d’insécurité, mais la satisfaction que vous allez ressentir après avoir osé, vous aller découvrir un immense sentiment de fierté.  J’aurais tellement d’anecdotes à vous compter, pour corroborer mes expériences.

Je vous invite à être entièrement responsable de vos vies, nous avons tous des rêves, mais quand nous avons des rêves, nos peurs ne sont pas loin.  Comment pouvons-nous repousser nos peurs, nos inquiétudes. Tous ceux qui ont changé de vie, de métier, de travail, de conjoint ont eu peur et ont longuement hésité. Bien sûr, cette instabilité fait peur et c’est normal. Mais tous ces gens que vous connaissez peut-être vous diront si j’avais su, je l’aurais fait bien avant.

Oser se lancer ne se fait pas du jour au lendemain. Tout devient possible une fois que vous avez identifié ce qui vous anime vraiment, chaque chose en son temps. Je vous invite à vous recentrer sur l’objectif que vous voulez atteindre, vous pouvez aussi prendre l’objectif et le diviser par étapes. Aussi je suggère de mettre un temps de réalisation de l’étape, un objectif sans délai, n’est pas un objectif et une pensée.  À partir du moment, ou votre objectif et votre limite de temps est déterminé, maintenant il faut se mettre en action. Prévoyez du temps dans votre agenda pour la réalisation de votre objectif.

Depuis toujours nous savons que nous allons rencontrer sur notre chemin, d’innombrable nid de poule qui nous incitera à cesser notre cheminement, ou des journées où ça n’ira pas et que la première chose qui va écoper est la période de temps allouer à votre objectif. Pour corriger cette situation, personnellement je vous recommande de vous lever 30 ou 45 minutes plus tôt et de vous mettre en action, pour atteindre votre objectif.  

Ces exercices, ces idées, ne remplaceront pas la volonté de vouloir réaliser vos rêves. Depuis que toujours, des individus qui veulent vraiment changer payent des sommes impressionnantes pour se faire coacher, encourager. Pourquoi investissent-ils tant d’argent, c’est pour s’assurer d’atteindre leur rêve. Que ce soit la perte de poids, un nouvel emploi, partir en affaire, monter l’Everest, ne soyez pas gêner de demander de l’aide, car c’est pour moi un signe que vous commencez a osé passer à l’action.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Qui ne demande rien n’a rien!

Depuis toujours que cette maxime fonctionne; cette phrase, vous l’avez surement dite plusieurs fois. Est-ce que vous l’avez mis en pratique? Avez-vous essayé de ne rien demander et d’obtenir ce que vous désirez?  Avez-vous déjà imaginé de recevoir quelque chose que vous souhaiteriez recevoir, sans que les gens autour de vous le sachent. Certains vous diront que c’est la providence, je ne crois aucunement à la providence.  Je crois plutôt que nous attirons à nous ce que nous demandons.  Mais cela fera partie d’un prochain blogue : ce que le subconscient attire.

Revenons à notre titre. J’ai toujours cru qu’il faut demander pour obtenir que ce que l’on veut. Depuis toujours, des gens disent : « j’ai fait ma demande à l’univers et l’univers m’a répondu ».  J’ai demandé à mes parents qui sont décédés de m’apporter telle ou telle chose pour que je sois heureux, et ils m’ont répondu.  C’est facile de demander à l’univers ou à des gens qui sont décédés, mais est-ce si facile de demander à des gens vivants?

Combien sont ceux d’entre vous qui ont vécu un stress énorme avant d’aller demander à son supérieur une augmentation de salaire? Combien sont ceux d’entre vous qui ont vécu une angoisse énorme avant d’aller à la caisse faire un emprunt? Souvent, quand nous sortons du bureau de notre supérieur ou de la caisse. nous sommes libérés, nous sommes légers parce que nous sommes sortis de notre zone de confort et avons osé demander.

Quel stress énorme vivons-nous quand vient le temps de faire part de nos besoins à notre conjoint, à nos enfants. Souvent, nos demandes sont refusées, alors nous développons un mécanisme de retrait.  Nous nous demandons souvent, après ces multiples tentatives, à quoi ça sert de demander si il ou elle me répond toujours non. Nous nous refermons et nous arrêtons de demander.

En vieillissant, nous ne voulons plus avoir de regrets. Personnellement je demande souvent des choses et je n’obtiens pas tout ce que je demande, mais je crois que le fait de demander m’aide à faire connaitre mes besoins.  Il est bien évident que d’oser demander est mieux que de garder en dedans de nous nos besoins.  Je vous recommande de ne pas vous priver de faire vos demandes.

Je vous invite à mettre en place des outils qui vous aideront à mieux faire vos demandes, de vous préparer des arguments qui aideront la personne à qui vous demandez de n’avoir aucune autre possibilité que de vous répondre oui.  Sachez que ce n’est pas toujours un signe de victoire que de se faire dire oui.

Mais la conclusion de cet article est : peu importe vos demandes, il est bien évident que si vous ne demandez rien, vous n’obtiendrez rien. Et quand vous obtenez quelque chose qui était l’objectif de votre demande, votre sentiment de satisfaction est souvent plus joyeux que le prix que cela vous coute.  Je vous recommande de vous mettre en action et, à partir de maintenant, faites vos demandes et n’arrêtez pas de faire connaitre vos besoins. Plus ils seront comblés, mieux vous vous sentirez.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Résolution ou engagement 2021!

Pour écrire cette infolettre, je suis allé relire celle de l’an passé. Quelle surprise de voir que je n’ai pas mis tout en pratique !  Je me sens comme une mère de famille qui répète toujours la même chose à ses enfants; cela prend plusieurs répétitions pour que le message passe.

Je suis aussi tombé sur un texte de Patrick Leroux (À MORT LES RÉSOLUTIONS, VIVE LES ENGAGEMENTS (patrickleroux.com). Un texte extrêmement puissant sur les résolutions et les engagements. En terminant cette lecture, j’ai pris la décision d’écrire mon texte en vous en donnant un peu plus que le client en demande.

L’ancien Denis prenait des résolutions à chaque début d’année, comme exprimé dans mon texte de l’an passé; cela ne durait jamais plus qu’un ou deux mois.  Que ce soit la perte de poids ou l’entrainement.  La seule résolution que j’ai tenue est celle de vous écrire à toutes les semaines et cela, depuis 104 semaines. Je vous partage mes états d’âme, mes orientations versus la motivation, l’engagement, le désir de construire un meilleur moi. J’ai reçu beaucoup de témoignages de personnes comme quoi mes messages leur faisaient du bien.

Pour 2021, je souhaite que vous preniez des engagements. Réfléchissez et prenez le temps de les écrire sur un papier et placez-le à un endroit où vous le verrez tout le temps. Pour ceux qui travaillent avec un agenda papier, placez cette feuille à la date de la journée; pour ceux qui travaillent avec une tablette inscrivez vos engagements comme fond d’écran. Prenez le temps de les lire chaque matin au réveil, et lors de quelques moments libres dans la journée. Plus vous verrez vos engagements devant vos yeux, plus vous les lirez, plus le message de l’intention se réalisera. Pensez à votre mère qui ne cessait de répéter : fais ta chambre, ramasse ton linge. Je suis certain que, si je passais chez vous, tout est ramassé et votre linge ne traîne pas partout.  Voici la preuve que le message passe à force de se le faire répéter.

Un engagement est un mot d’action, une prise de conscience de se mettre en mouvement. Pour la réussite d’un engagement, il faut y penser très fort et avoir la volonté de réussir. Certains engagements vous demanderont du courage et de l’initiative. Pour se faire, il faudra que votre pensée soit tournée vers le succès. Un engagement est une décision de vouloir changer des choses. Prenez conscience qu’en ce début d’année, il est important de prendre des engagements qui amélioreront votre qualité de vie.

En terminant, partagez avec moi vos engagements, par courriel ou message en privé. Cette invitation est une orientation dans votre volonté de vouloir réussir vos engagements. Lorsque nous partageons avec d’autres nos décisions, nous sommes dans l’obligation de se mettre en action, sinon nous allons passer pour des menteurs, de beaux parleurs, des gens qui ne font que parler.

Soyez intransigeant sur la lecture de vos engagements pour améliorer votre qualité de vie. Dans mon cas, je prends l’engagement de vous faire connaître mes lectures que je vais vous distribuer sur ma page Facebook personnelle. Aussi j’ai commencé un blogue https://motivaction.coach/. Si cela vous tente, vous pouvez vous abonner. Vous recevrez toutes mes parutions.  Bonne année 2021, qu’elle vous apporte tout ce que vous désirez.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Mis en avant

Seul on va vite, ensemble on va loin! (Nicolas Duvernois)

En ce matin du 22 juillet, je suis tombé sur ce texte sur le site Les Affaires, un texte très inspirant de Nicolas Duvernois que je veux partager avec vous.

Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai fait ma scolarité en programme sport-études dès la troisième année du secondaire. C’est en 1992, l’été de mes onze ans, que j’ai découvert lors des Jeux olympiques de Barcelone, le fameux ballon rond qui a transformé ma vie à tout jamais. 

La première fois que j’ai vu les joueurs de la Dream Team, la légendaire équipe américaine de basketball, dominer leur art, avec une telle aisance, force, agilité et adresse, je suis immédiatement tombé en amour avec ce sport. 

Dès le lendemain, je suis allé avec quelques amis dans une cour d’école où il y avait un panier afin d’y effectuer mon premier tir. Certes, je l’ai manqué, mais wow, quelle sensation !

Des dizaines de milliers d’heures de pratique plus tard, en plein soleil, sous la pluie, le jour, le soir, la nuit, rien ne me séparait du ballon qui m’a fait découvrir beaucoup plus qu’un simple sport.

En effet, je fais très souvent le parallèle entre mon expérience d’athlète et celui d’entrepreneur. La plupart du temps, je démontre à quel point l’éthique nécessaire afin d’être un athlète de haut niveau est comparable à celle nécessaire afin d’atteindre les plus hauts sommets en affaires.

Cependant, cette fois-ci, je voudrais mettre l’emphase sur l’importance d’une équipe, dans le sport comme en affaires. Sur ce point, je vous recommande tous de visionner le documentaire « The last dance » portant sur la carrière de Michael Jordan.

Plus grande icône sportive de tous les temps, personnage plus grand que nature, Michael Jordan a révolutionné à lui seul, l’univers du sport et du marketing en catapultant le basketball comme étant un sport planétaire et devenant une vedette internationale que toutes les grandes entreprises voulaient comme porte-parole.

Tout ça, n’aurait jamais pu être possible sans ses coéquipiers, coachs et thérapeutes. Certes, il avait un caractère unique et était dans une catégorie à part. Cependant, c’était très intéressant de voir à quel point, malgré son immense talent et son éthique de travail exemplaire, (voire excessive) même lui avait besoin d’une équipe afin d’atteindre ses objectifs. 

On dit souvent que seul on va vite, mais qu’ensemble on va loin. Cette phrase ne pouvait pas être plus d’actualité qu’aujourd’hui. Depuis quatre mois, des dizaines de milliers d’entrepreneurs se sont retroussé les manches afin de mettre les bouchées doubles pour sortir de cette douloureuse expérience avec le moins de cicatrices possible.

Sans les membres de leurs équipes, leurs efforts seraient inutiles. Bien souvent, nous ne voyons que le résultat final, soit le produit fini. Rarement nous réalisons à quel point il faut une équipe toute entière afin de rendre le tout possible. Certes, l’entrepreneur est très souvent celui ou celle qui a eu l’idée et a pris tous les risques, mais pour atteindre les prochaines étapes, l’ajout d’une équipe est essentiel. Que ce soit une seule personne ou une brigade entière, cet ajout est un afflux d’oxygène. 

Je me rappelle très bien la pression qui s’est enlevée de mes épaules quand j’ai pu engager mon premier employé. Il a suffi que de quelques jours afin que mon esprit s’aère et fasse place à de nouvelles idées, de nouveaux projets. 

Tout comme dans le sport, l’équipe doit bien entendu être composée de joueurs ayant des talents complémentaires. De plus, une saine direction et des objectifs définis communs font en sorte de maximiser les chances de réussite. Il va être intéressant de voir, avec la nouvelle réalité du télétravail, comment cet esprit d’équipe pourra réussir virtuellement au fil du temps.

Pour ma part, je me sens extrêmement privilégié d’avoir une confiance totale envers chaque membre de mon équipe. Je suis aujourd’hui à des années-lumière de l’entrepreneur « control freak » que j’étais il y a de ça sept ou huit ans. Au fil du temps, après une multitude de défis de toutes sortes, de lancements de produits, d‘ouvertures de marchés et bien plus, j’ai réalisé à quel point il était important pour moi de bien m’entourer et de bâtir au « nous » plutôt qu’au « je ». Comme dirait Zinedine Zidane, « les performances individuelles, ce n’est pas le plus important. On gagne et on perd en équipe. »

Mis en avant

Soyez à 100%. Sinon : «Dehors»

Cette semaine, j’ai fait une excellente découverte. J’ai acheté un livre qui fut une révélation. Son titre : Les règles d’or de l’excellence, de l’auteur Bob Bowman. Plusieurs d’entre vous se poseront la question comme moi : qui est Bob Bowman? Cet homme est l’entraineur d’un très grand champion olympique, Michael Phelps, nageur américain qui a remporté au moment d’écrire Les règles d’or de l’excellence 22 médailles olympiques dont 8 lors des mêmes Jeux.

Cet auteur nous parle d’une méthode en dix étapes pour réussir notre vie personnelle et professionnelle. Ce qui m’impressionne le plus est le chiffre 10. Tout comme l’amiral McRaven dont je vous parlais la semaine dernière, lui aussi parle de 10 leçons pour avancer dans la vie.  Mais dans le cas de la réflexion de cette semaine, c’est la 2e étape de Bowman dont je veux vous parler.

Soyez à 100%. Sinon : «Dehors». Tel qu’expliqué dans cette étape, l’auteur nous porte à réfléchir sur ce que nous devrions faire pour toujours donner le meilleur de nous-même. Que ce soit dans des implications personnelles ou professionnelles, on se doit d’être à notre maximum.  Tu veux être le meilleur dans un emploi, dans une compétition? Il faut que tu donnes le meilleur de toi-même au moment de l’événement.  Comme Phelps l’explique dans la préface, Bowman exige de ses athlètes le maximum à tous les jours de l’entrainement.  Si tu ne veux pas travailler fort à tous les jours, tu n’as pas ta place dans le groupe.

Bob Bowman donne des conférences où il explique aux gens que nous devrions nous donner toujours à 100%. Peux importe ce que l’on fait dans la vie, nos clients si nous sommes vendeurs, nos membres si nous sommes responsables d’un groupe, etc… Ces gens qui dépendent de notre performance sont en droit de s’assurer que nous sommes à nôtre meilleur.  Comme Bowman l’explique dans son livre, il est normal qu’on ne puisse pas toujours performer sous notre meilleur jour.  Mais une chose est certaine, il faut donner le maximum d’effort pour améliorer notre performance.

Tout est une question d’attitude; les gens qui performent sont des gens qui ont une attitude de gagnant. Comme l’explique Bowman, pour performer, pour donner son 100%, un athlète doit avoir une attitude qui lui assure le meilleur temps dans une compétition donnée.  De plus en plus, les athlètes que Bowman entraînent ont appris à faire de la visualisation.  Sommes-nous capables de mettre en application ces enseignements de Bowman?

Depuis quelques temps j’ai mis en application certaines étapes. L’engagement que j’ai pris de vous livrer hebdomadairement ma réflexion m’oblige à être attentif aux gens qui m’entourent. À mettre en pratique ce que j’écris.  À réfléchir, à changer mon attitude, à faire quelques fois de la visualisation dans certaines situations.  Je vous invite à mettre en place cette étape, à donner 100% de vous-même, que ce soit dans le travail ou dans tout ce que vous entreprenez.

Cela fait plus d’un an que je vous livre ma réflexion de la semaine; plusieurs me donnent leur commentaire sur mes textes. Mais, as-tu commencé à changer des choses dans ta vie?  Tu es le seul responsable de ta destinée. Alors mettez-vous en action.

Mis en avant

Commencez par faire votre lit!

Durant la semaine qui se termine, j’ai vécu des périodes de doutes, d’inquiétudes. Mais chaque fois que ces situations m’arrivent, j’écoute la vidéo du discours de l’amiral William H. McRaven qu’il a livré lors de la remise des diplômes à l’Université du Texas le 17 mai 2014.

Dans son allocution, l’amiral souligne le slogan de l’université qui est le suivant : « Ce qui commence ici change le monde. » Je dois admettre que j’aime bien. « Ce qui commence ici change le monde. »

 Mais, si chacun d’entre vous changeais la vie de seulement 10 personnes – et chacune de ces personnes-là changeais la vie de 10 autres personnes et ainsi de suite. Si vous pensez qu’il est difficile de changer la vie de 10 personnes – de changer leur vie pour toujours – vous avez tort. L’amiral soulève une expérience qu’il a vue en Afghanistan : un sous-officier de l’équipe de mobilisation féminine comprend que quelque chose ne va pas et ordonne au peloton d’infanterie de s’éloigner d’un véhicule qui contenait une bombe de 500 livres, sauvant ainsi la vie d’une douzaine de soldats.

Mais, si vous y réfléchissez, non seulement ces soldats ont été sauvés par les décisions d’une seule personne, mais leurs enfants pas encore nés ont également été sauvés. Et les enfants de leurs enfants ont été sauvés. Les générations ont été sauvées par une décision, par une personne.


Dans cette vidéo, l’amiral McRaven nous donne 10 leçons, mais je vais vous parler de la première, soit de commencer pas faire votre lit. Je vous recommande de lire son livre, pour moi je le relis souvent, je le consulte occasionnellement. Pour moi le livre à cette avantage d’être accessible à tout moment.

Chaque matin, en formation de marine, mes instructeurs se présentaient dans ma caserne et la première chose à inspecter était votre lit. Si vous le faisiez bien, les coins seraient carrés, les couvertures bien serrées, l’oreiller centré juste sous la tête de lit et la couverture supplémentaire pliée proprement au pied du support – c’est le ton de la marine pour le lit.


C’était une tâche simple – au mieux banale. Mais chaque matin, nous devions faire notre lit à la perfection. Cela semblait un peu ridicule à l’époque, mais la sagesse de ce simple geste m’a été prouvée à maintes reprises.

Si vous faites votre lit chaque matin, vous aurez accompli la première tâche de la journée. Cela vous donnera un petit sentiment de fierté et vous encouragera à faire une autre tâche, une autre et une autre. À la fin de la journée, cette tâche terminée sera transformée en plusieurs tâches. Faire votre lit renforcera également le fait que les petites choses de la vie importent. Si vous ne pouvez pas faire les petites choses correctement, vous ne ferez jamais les grandes choses correctement.

Sachez que la vie n’est pas juste et que vous échouerez souvent. Mais si vous prenez des risques, doublez d’ardeur quand les temps sont durs, faites face aux intimidateurs, soulevez les opprimés et ne baissez jamais les bras – si vous faites cela, alors la prochaine génération et les générations suivantes vivront dans un monde bien meilleur que celui que nous avons aujourd’hui.

Quand vous aurez des moments plus difficiles, tapez William H. McRaven dans Youtube et écoutez.

Si vous voulez changer le monde, commencez par faire votre lit.

Mis en avant

La semaine de 4 heures!

Il y a quelques jours, je suis tombé sur un livre que j’ai toujours voulu acheter soit « La semaine de 4 heures » par Timothy Ferris. Cet homme dirige une entreprise multinationale aux quatre coins du monde. Depuis 2003, il est professeur à Princeton où il enseigne l’entrepreneuriat comme vecteur d’un nouvel art de vivre.

Vous rêvez d’échapper à la routine de métro-boulot-dodo, de gagner de l’argent sans vous épuiser à la tâche ou de vivre mieux en travaillant moins. Quelle phrase qui porte à réflexion. Dans ce livre, vous découvrirez comment vous organiser pour gagner en un mois à raison de 4 heures par semaine le salaire que vous gagnez jusqu’à présent en un an.

Est-ce utopique ou réaliste, pour moi les deux s’appliquent, tout dépend de la façon de voir cette affirmation.  Moi j’aime mieux la voir de façon réalisable, si lui a réussi est-ce possible que nous réussissions? Moi je crois que oui, il nous donne même la recette, que faisons-nous quand nous sommes invités chez des amis et qu’on nous sert un repas, un dessert que nous aimons, instantanément nous demandons à nos hôtes la recette.

Mais quand il s’agit de réaliser de grandes choses ou de changer notre perception à l’argent, alors là rien n’est possible. Certains diront que notre éducation nous fait freiner, parce que nous avons été élevé avec la devise que si tu veux être riche tu dois travailler plus fort, plus longtemps. Quelle idée ridicule!

Qu’ont de plus que vous ces grands millionnaires? Rien ! ils ont eu une idée, ils y ont cru, ils se sont entourés de gens qui les aideraient à réaliser leur rêve. Ils ont mis les efforts en planifiant mieux les étapes pour atteindre le sommet.  Je suis toujours impressionné, quand je lis leur biographie, d’apprendre d’où ils viennent, comment ont-ils été élevés, comment ont -ils fait le choix du style de vie qu’il voulait pour le futur. Quand je les regarde et les écoute, la seule chose que je vois c’est qu’ils ont pris le contrôle de leur vie et ils ne laissent plus les autres décider pour eux. Pour moi ce sont des acteurs de changement et non des gens qui subissent les changements.

Je suis confronté à cette réalité, vous aussi. Nous espérons tous travailler moins et avoir le même revenu. Nous disons tous quand je serai à ma retraite, je ferai telle ou telle chose. Mais pourquoi attendre la retraite? Y arriverons-nous? Vous savez la vie va très vite, vous avez tous dans vos connaissances des gens qui n’y sont pas rendus, qui avaient de grands rêves et que la vie en a décidé autrement.  Moi je ne veux pas vivre cela et vous?

La méthode de Timothy Ferris est peut-être un peu exagérée direz-vous mais je crois qu’elle est réalisable. Si l’auteur l’a écrit c’est qu’il souhaite que plus de gens comme nous réussissent leurs rêves. Comment un gars comme lui qui ne vous connait pas, nous donne une recette pour améliorer notre qualité de vie et nos revenus et que nous, simple personnage, ne croyons pas en nous.  Je crois qu’il est maintenant temps de prendre le contrôle de notre destinée.

Mis en avant

80-20

80-20 certains d’entre vous savez d’où viennent ces chiffres. Effectivement ce sont les chiffres de la loi de Pareto. D’où vient cette loi? Elle a été créée par Vilfredo Pareto, un ingénieur italien, sociologue, économiste, politologue et philosophe. Il a introduit le concept d’efficacité Pareto et a aidé à développer le domaine de la microéconomie. Il a également été le premier à découvrir que le revenu suit une distribution de Pareto : le principe 80/20. Cet outil met en évidence la loi des 80/20. Autrement dit, agir sur 20% de causes permet de résoudre 80 % des effets.

Voilà en gros les informations de ce principe. Dans toutes les sphères d’activité où j’ai eu la chance de travailler, ce principe continue de me faire prendre conscience qu’il est toujours actuel. Je suis toujours surpris, quand j’analyse des situations, de prendre conscience que ces chiffres sont toujours au goût du jour.  Comment analyser mes situations pour bien comprendre ce principe.  Voici ce que je vous propose. Imaginons au travail, 20% de votre temps investi dans un dossier va rapporter 80% de résultat.  En clientèle, 20% de vos clients vont donner 80% de vos revenus.  Dans l’amitié, de tous vos amis et connaissances, seulement 20% seront de vrais amis. Voilà qui explique l’adage qui dit que des vrais amis, on peut les compter sur les doigts de nos mains.

Tout d’un coup la réalité vous frappe. Vous prenez conscience des choses qui vous ralentissent dans votre travail, dans vos ventes ou dans l’amitié. Vous devez y apporter des changements.  C’est difficile au niveau du travail de choisir les choses qui nous retardent, qui nous font dévier de notre tâche et qui font que, continuellement, nous ne respectons pas nos délais d’échéance.  Au niveau des ventes, combien sont ceux d’entre vous qui avez des noms de clients qui vous demandent beaucoup, sans se terminer par une vente.  Au niveau de l’amitié, je prends toujours le même exemple. Dans nos comptes Facebook, nous avons combien d’amis. Combien de réelles personnes connaissez-vous dans ce gang? Quand je parle de connaître, je veux dire le prénom du conjoint, ses enfants, le lieu ou il/elle travaille. Alors voilà pourquoi je crois que Pareto est un génie.

La loi de Pareto est utile pour identifier sur quelles causes agir en priorité pour améliorer de façon significative la situation. On évitera ainsi de gaspiller de l’énergie sur ce qui a peu d’impact. Je suggère toujours aux gens qui me le demande de prendre une feuille de papier et de se créer 7 colonnes pour les 7 jours et de noter les choses qui nous ont fait dévier de notre route, que ce soit pour le travail, les ventes, les amis. Faites sérieusement cet exercice pendant une semaine. Après l’analyse de vos résultats, vous serez surpris de constater qu’il existe plusieurs choses qui nous distraient de notre objectif. Les raisons sont multiples, mais pour changer il faut en être conscient et aussi il faut réellement vouloir changer, parce que nous les humains aimons être dérangé d’une tâche parce que pour nous cela nous donne de l’importance. En terminant je vous souhaite une excellente analyse, car si vous faites l’exercice, vous allez voir des situations qui vous dévient de votre objectif final. J’aime mieux l’action que la réaction.

Mis en avant

L’équation du miracle (Hal Elrod)

Je viens de terminer ce livre, je le recommande à tous ceux qui ont des rêves et qui recherchent des moyens comment les réaliser. C’est un auteur que j’affectionne particulièrement, c’est de lui qui m’a apprise une technique que je mets en pratique chaque matin la technique Life Savers. Du même auteur le Miracle Morning (Tout ce joue avant 8 heures).

Cet auteur à une façon d’écrire qui me touche personnellement. Depuis que je lis ces livres, plusieurs technique suggérer je les mets en pratique. Depuis environ un an, je fais la technique Life Savers. Prenez le temps de lire ces ouvrages.

J’ai appris que si nous voulons grandir intérieurement, il faut nourrir notre esprit et notre âme. Hal Elrod me touche personnellement, ces expériences(épreuves) de vie qu’il a dû traverser on construit l’être qu’il est devenu.

Ne tardez pas à vous procurer ce livre et non je ne reçoit aucun avantage financier mais je crois que pour tous ceux qui ont des rêves et qui se pose la question comment vais-je les réaliser voici un livre de recette. bonne lecture.

Mis en avant

La COVID-19

Il y a quelques semaines, la COVID-19 touchait la Chine. Certains québécois se disaient c’est loin la Chine, c’est vrai ils ont raison. Mais aujourd’hui la Chine est à côté de nous, avec le monde qui voyage de plus en plus, avec la vitesse å laquelle nous nous déplaçons. Il est utopique de penser que les virus ne voyagent pas aussi vite que nous.  Ils ont trouvé le moyen de transport le plus rapide soit l’être humain.

Depuis quelques semaines, notre premier ministre nous invite à la prudence. Il recommande aux personnes les plus âgées de rester chez eux. Selon la vitesse à laquelle le virus frappe, la clientèle qui est la plus à risque de décéder de ce virus est les gens de 70 ans et plus.  Ce message même s’il est fait très clairement, j’ai vraiment l’impression que l’appareil auditif de nos personnes âgées est en panne.

Je n’ai jamais vu autant de personnes âgées courir après la mort. On dirait qu’ils défient le virus. Ils devraient savoir, qu’à leur âge, ils ne courent plus aussi vite, et qu’ils n’ont plus le système immunitaire de leurs vingt ans.  Il est logique de penser que les raisons qui les poussent à sortir est l’ennui. Je trouve que, comme société, nous ne prenons pas assez soin de nos vieux. Je souhaite que la raison pour laquelle ils sortent n’est pas de trouver un moyen qu’on s’occupe d’eux. Car les risques de décès sont trop élevés.

Depuis le début de la crise, je vois des gens insouciants. Ils prennent des risques qui me laissent sans réponse. Pourquoi prennent-ils tant de risques? N’ayant pas trouvé de réponse, j’ai décidé de penser à moi comme un égoïste qui se fout royalement des autres. Je me suis dit si eux ne prennent pas au sérieux les avertissements je ne suis pas obligé de faire comme eux.

Nous les québécois sommes invités à mettre en place des mesures d’isolement volontaire. Voyons ces mesures pour nous permettre de faire une introspection sur notre vie : les réalisations que nous avons atteintes,  les nouveau objectifs que nous aurons déterminés  .  Prenons ce temps pour être à l’affût de nouvelles passions. Soyez à l’écoute de votre moi intérieur et prenez le temps de faire ce que vous n’avez jamais le temps de faire.  Je souhaite que vous preniez cette période avec des yeux positifs, ne pas regarder que le négatif de la situation.

Fermez-vous les yeux, et imaginez le monde dans lequel vous voulez vivre. Imaginez ce qui vous rendrait heureux, imaginez tous ce que vous feriez en étant la personne la plus heureuse sur la terre.  Et lorsque le bonheur aura gagné votre cœur, levez-vous et mettez en action les visions que vous avez eues. Et lorsque tout cela sera terminé,  nous allons avoir des nouvelles personnes qui ont profité de cette période d’exclusion pour redéfinir leur avenir. Et qui se mettront en action, pour réaliser leurs rêves, au détriment de ce virus. Et un jour, ces gens diront dans une conférence, durant la période de la COVID-19, j’ai fait un arrêt et j’ai décidé de réaliser mes rêves. Voici comment transformer cette période en une période positive pour soi. Bonne santé.

Mis en avant

Quel chemin dois-je prendre?

Un vieux sage m’a toujours dit si tu prends toujours le même chemin tu vas arriver toujours à la même place. Si tu changes de chemin, tu vas automatiquement découvrir un nouveau paysage, tu vas découvrir de nouveaux coins de pays, c’est possible que tu n’arrive pas à la même place. Mais les découvertes que tu feras, nourriront ton expérience. Un jour j’ai rencontré une vieille dame qui prenait toujours le même chemin pour aller à son travail, un matin pour une situation d’incendie, la rue qu’elle prenait était fermée, ce fut tout un drame, elle s’est même égarée. La pression était tellement forte sur ses épaules, qu’elle a pensé retourner de bord et rester à la maison.

Pourquoi cette personne a paniqué parce que ce matin, il y avait un incendie dans son secteur. Et pour elle, déroger de sa routine matinale c’était impossible. Comment les humains sont-ils conçus pour aussitôt qu’ils soient confrontés à des difficultés, ils ont la facilité d’abandonner.  Pour moi j’incite souvent les gens à prendre des chemins différents que ce soit pour aller au travail ou pour aller visiter leur famille.  Je vous invite, à partir de cette semaine, à essayer de changer de chemin pour découvrir de nouveaux territoires.

Ce principe s’applique à tout, le chemin que l’on prend pour atteindre un niveau supérieur, un objectif, réaliser un rêve.  Tous ces chemins ne sont pas droit d’un bout à l’autre, des fois nous rencontrons des nids de poule, des cônes orange, des détours qui font que nous dévions de notre route.  Souvent nous suivons les indications de détour pour que nous puissions revenir sur notre chemin original. Mais posons-nous la question, durant ce détour où la vigilance que j’ai dû démontrer dans ma conduite pour éviter les nids de poule, les travaux.  Ce sont tous des chemins différents.

Le titre de mon article est une question que je me pose à tous les jours. Quel chemin dois-je prendre pour atteindre mon objectif? Quel est le chemin le plus rapide pour atteindre ce niveau tant désiré? Serait-ce possible de réfléchir à ce qui serait le meilleur moyen (chemin) pour aller du point A au point B.  Quand je prends l’auto pour aller visiter des gens dans des coins que je connais moins, je mets en fonction mon GPS, il m’indique le chemin le plus court en termes de temps. Souvent je le pousse à l’extrême et je l’entends me dire, nous recalculons et il m’indique un nouveau chemin.  Pourquoi dans le cas de notre vie personnelle et de nos rêves, sommes-nous démunis lorsque le chemin que nous avons choisi est semé d’embuche. Pourquoi je réagis comme la vieille dame, je veux laisser tomber et retourner à la maison?

Parce que nous les humains aimons les choses qui nous sécurisent, qui nous laissent dans le confort de notre vie.  Selon vous, est-ce que les gens qui ont réalisé de grandes choses, n’ont jamais changé de chemin. Allez sur youtube pour écouter des motivateurs, des gens qui ont atteint des niveaux exceptionnels; écoutez leurs vécus, vous allez comprendre qu’ils ont dū plusieurs fois changer de chemin. Alors quel chemin dois-je prendre pour atteindre mon rêve?

Mis en avant

Le followership

Je termine un chapitre du livre de Gérard Filion, titré De quoi sont faits nos leaders, et à la fin de chaque chapitre il y a un avis d’expert. En voici deux qui m’ont interpellé. Le pouvoir, je peux l’imposer. Je suis le chef, je décide de ce que qu’on va faire. Le leadership, c’est plus subtil. Les gens vont accepter de me suivre. Je suis le leader à tes yeux parce que tu acceptes de me suivre. Pour cette raison-là c’est plus puissant, mais, en même temps, c’est plus fragile.

On voit le leadership comme une qualité, une quête à atteindre à tout prix. Pourtant, si on n’était que des leaders, ça ne marcherait pas! Ça prend des followers, des gens qui vont accepter de suivre. Cette dynamique-là est ce qui va mener au succès.

Le followership, c’est le pouvoir des membres de l’équipe du leader. On étudie de plus en plus le pouvoir de ces gens-là, leurs caractéristiques, parce que ça a une incidence sur le leader. Il est difficile de « leader » si nous sommes seul sur une ile déserte. Ça prend des gens à  « leader », ça prend des followers, ça prend des employés autour de nous, si on veut être un leader.

Le mot followers est très particulier, même un peu péjoratif. Je pense que l’on doit donner du prestige à ce titre.  Dans la vie, nous sommes tous les followers de quelqu’un ou de quelque chose.  Moi je suis le follower de mes petites-filles; elles me font faire n’importe quoi. Pour elles,  je suis prêt à les suivre partout.  Elles ont un leadership impressionnant pour leur âge. Combien sont ceux d’entre vous qui vivent la même problématique ? Certains me diront que ce n’est pas la même chose et vous avez surement raison. 

Dans mes expériences personnelles, pour que le followership se développe, il faut que les followers soient motivés par une amélioration de leurs connaissances et de leurs compétences en suivant le leader. Je ne veux pas utiliser le mot français de follower parce que pour moi cela ne représente pas la force et l’utilité des gens qui occupent ces fonctions.  Pour moi, le followership est un style de leadership à un autre niveau.  Si on réalise pour qu’un leader ait du succès, il faut des gens sous lui qui le suivent et qui sont des alliés à l’atteinte de l’objectif.  J’espère qu’en lisant cet article, vous comprendrez qu’il n’a rien de dévalorisant d’être un follower.  Comme dit plus haut, nous sommes tous des followers de quelque chose.

Je regarde au niveau des sports professionnels : le niveau du coach (leader) et les joueurs (followers) est un bel exemple pour que vous compreniez ce que je veux démontrer par mon article.  L’autre image est celle que j’utilise souvent, un bon chef d’orchestre avec des musiciens pourris ne donneront pas un bon concert.  Un chef bon d’orchestre (leader) avec de bons musiciens (followers) vont donner un excellent concert. Alors voilà pourquoi pour moi les followers sont les personnes les plus importantes pour un leader.  Sans ces gens, oubliez l’atteinte du succès.

Mis en avant

Quelles ont vos motivations?

Qu’est-ce qui vous motive dans la vie? Votre travail ou vos projets d’avenir ? Que cherchez-vous vraiment? Vous n’avez pas envie de vous lever le matin? La journée vous paraît longue et plate? Ça arrive à tout le monde mais, il ne faudrait pas que cela vous arrive à tous les matins.

Il y a surement des moments où vous êtes assez motivés que toutes les questions plus haut vous ne vous les posez pas. Ce sont souvent des journées, au cours desquelles vous avez des choses qui vous font vibrer, vous stimulent, vous excitent. Cette motivation, que vous avez de vouloir vivre cette situation, font que les journées paraissent moins longues et plates.

Comme je vous l’ai déjà mentionné dans les articles antérieurs, il suffit de regarder avec des yeux positifs.  Je recommande qu’avant de vous coucher, vous visualisiez votre journée du lendemain et trouviez des moments qui vous feraient vibrer.  Quand nous identifions ces moments, nous cherchons dans notre fort intérieur des motivations. Suite à plusieurs lectures, j’ai compris que nous avons tous des motivations différentes. Selon votre leadership, vous allez devenir des modèles à suivre, il n’est pas rare de voir des gens se coller à vous pour vous ressembler. 

Au niveau des motivations, dans le monde du travail, certains vont avoir plus que tout besoin de se sentir libres et autonomes ce qui les motivera, c’est un travail dans lequel ils pourront s’organiser comme ils le veulent, avec beaucoup de souplesse dans leurs méthodes, leurs horaires. Ils préfèreront avoir moins de responsabilités, mais plus d’autonomie. Souvent nous les retrouvons dans des postes de direction au niveau des grandes organisations.

Ceux qui ont ce genre de motivation ont en général une assez grande estime de soi et un esprit d’indépendance. Ils ont plus de mal que d’autres à accepter les contraintes ou les règles données dans les organisations. Ils aiment aussi pouvoir prendre beaucoup d’initiatives. Ils développent des qualités qui les challengent. Vos motivations seront stimulées par le fait que l’on vous confiera des missions délicates, des objectifs devant lesquels d’autres ont échoué ou dont les enjeux sont importants pour l’organisation. Plus la barre sera haute, plus vous serez excité et motivé. Loin de vous décourager, le challenge que votre supérieur vous a demandé de résoudre augmentera votre énergie au travail.

Chaque individu trouve ses motivations dans les défis que la vie lui donne. Nos expériences passées nous ont révélé les motivations que nous avions lors de ces événements.  Prenez conscience que les raisons de vos motivations sont différentes à chaque situation.  Mais une ligne directrice demeure, votre sens de la visualisation, votre sens de chercher dans chaque situation à laquelle vous faites face des motivations personnelles, pour que ces événements ne soit pas trop longs et plates.

En terminant, pour trouver quelles sont vos motivations, je vous invite à tous les jours en vous levant et en vous regardant dans le miroir de vous dire aujourd’hui je suis motivé et je motiverai les autres. Je crois que l’on ne nait pas motivateur on le devient, alors commençons aujourd’hui à devenir des modèles pour les autres.

Mis en avant

Mon premier article de blog

La période des fêtes!

Dans quelques jours, ce sera Noël ; vous êtes sûrement dans vos derniers préparatifs? Ça doit commencer à sentir bon chez vous, l’odeur des tourtières, de la dinde, du sapin. La préparation à choisir les cadeaux, les emballer, et de les voir sous l’arbre de noël nous met déjà dans une ambiance de fête. Cette période de réjouissances et de rassemblement nous apporte le besoin de se rassembler et de se dire que l’on s’aime.

Certaines familles utilisent ce temps pour se retrouver et prendre le temps d’apprécier la présence de tous durant cette période.  Depuis plusieurs années, je réalise que nous vieillissons tous et que le temps passe. Des fois, nous attendons qu’il soit trop tard pour se retrouver et se dire que l’on s’apprécie. Pour moi, Noël sera toujours oui une période de réjouissances, de prendre du temps en famille mais, aussi une période de nostalgie. Je suis toujours triste durant cette période quand je constate combien de personnes que j’ai connues sont parties pour un autre monde. J’essaie de prendre une période pour penser à eux et leur dire merci d’avoir été dans ma vie.

À mes yeux, ma plus grande perte et absence qui me manquera toute ma vie est mon père qui nous a quitté alors que je n’avais que treize ans. Depuis ce jour, j’emmagasine des images pour le jour où je vais aller le retrouver et lui parler de tout ce qui s’est passé dans notre famille et surtout la mienne. Je ne suis pas pressé de le retrouver car je n’ai pas terminé de remplir mon disque dur.  Mais cette période de tristesse ne dure jamais longtemps car je sais que lui n’aimerait pas que je ne profite de cette période pour fêter la vie.

En filant vers la fin de l’année qui approche, je vous invite à profiter de ce temps pour pardonner à des gens, qui peu importe les raisons, ont fait que vous vous êtes éloigné, vous ont créé un manque profond d’amour et d’amitié. Je vous invite à avoir de l’humilité, de la sagesse ; c’est dans ces grandes confessions que nous reconnaissons les grandes personnes. Certains d’entre vous resteront sur leurs positions mais, soyez assez homme pour réfléchir sur cette discorde et vous demander est-ce que cela en vaut la peine.

Ce qui me fait le plus plaisir aujourd’hui? En janvier dernier, j’avais pris l’engagement de vous écrire à toutes les semaines sur une réflexion personnelle.  Malgré l’inquiétude qui m’habitait à ce moment, j’ai fait confiance à la vie, j’ai découvert une nouvelle passion : écrire. Je pense que j’ai amélioré mon français, mon correcteur pourrait dire l’inverse, mais je préfère penser que je m’améliore, cela m’encourage. Aussi, je me demandais au début sur quoi j’allais vous entretenir. La vie m’a donné plusieurs sujets sur lesquels émettre ma réflexion.

En terminant je veux vous souhaiter un très Joyeux Noël. Je veux vous remercier d’être dans ma vie et prenez cette période pour dire à vos proches que vous les aimez. À ceux que je n’aurais pas la possibilité de voir durant cette période Merci et je vous aime.

« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris. »

— Oscar Wilde.

Cet article est le tout premier que je publie sur mon nouveau blog. Je viens juste de lui donner vie, restez à l’affût pour la suite. Abonnez-vous ci-après pour rester informé des mises à jour.

Apprendre à tous le jours!

Ceux qui ont atteint les sommets ont pris la décision de penser et d’agir autrement. Celle de toujours chercher à enrichir leur stock de connaissances. C’est l’autoroute vers l’excellence et une habitude indispensable pour devenir un optimiste. Ce schéma de pensée, et de vie, est le socle sur lequel repose la recherche de l’excellence. S’enrichir en continue votre stock de connaissance exige que vous preniez l’habitude de lire constamment et de vous astreindre à une formation perpétuelle sur les plans personnels et professionnel. Tout comme vous suivez un entrainement physique régulier pour rester en forme et en bonne santé, vous devez-vous entraîner mentalement, tous les jours, pour vous améliorer dans le secteur que vous avez choisi.

Pour arriver à atteindre l’apprentissage à tous les jours, vous devez mettre en application ces trois habitudes qui vous permettrons d’augmenter votre performance.

1- Lire tous les jours. Levez-vous tôt le matin et lisez pendant 30 à 60 minutes des documents sur votre secteur d’activité. Surlignez et prenez des notes. Réfléchissez chaque jour aux moyens de mettre en pratique, dans votre travail de tous les jours, ce que vous avez appris. Tout au long de la journée, réfléchissez à comment vous pourriez utiliser ce que vous avez lu pour être plus efficace. À la fin de chaque journée dans votre tête et au regard de vos nouvelles connaissance et compétences, évaluez vos résultats et vos projets.

Brefs, le fait est vous deviendrez un des acteurs les mieux documenté, avec le plus de connaissance et la plus grande expertise et l’un des mieux rémunérés de votre secteur d’activité, juste en prenant l’habitude de lire, tous les matins, les documents sur votre secteur d’activité pendant 30 à 60 minutes. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un, quelque qui n’ait pas transformé sa vie et sa carrière en prenant l’habitude de lire tous les jours. Un investissement qui vous offrira un très gros retour sur l’investissement en termes de résultats, de gains et de satisfaction.

2- Se former auprès des experts. La deuxième habitude à prendre lorsqu’on souhaite s’inscrire en formation perpétuelle est d’assister au maximum de séminaires et de cours. Vous êtes responsable de votre formation, personnelle et professionnelle. Personne ne se préoccupe autant que vous de votre avenir de votre carrière. Personne ne se soucie autant que vous de votre capacité à accroître vos connaissance. Les gens qui atteint le sommet investissent beaucoup de temps et d’argent pour acquérir les compétences spécialisées dont ils ont besoin pour progresser plus rapidement dans leur secteur.

Ils sont plus positifs, plus motivés ont des objectifs plus importants et sont plus déterminés à réussir. Passer plusieurs heures en leur compagnie a un effet subtil mais puissant sur votre subconscient. Pendant ces cours ou séminaires pour adultes, le simple fait de côtoyer d’autres personnes qui ont réussi vous fait progresser notamment au niveau de la concentration.

Vous devez repérer quelles sont les conférences les plus importantes dans chacun de ces secteurs. Un expert pourra vous donner une bonne idée dans votre secteur, et cela peut parfois transformer toute votre carrière.

3- S’inscrire à l’université sur quatre roues. La troisième habitude que vous devez prendre est celle d’écouter des enregistrement de programme de formation dans votre voiture ou en marchant ou en faisant du sport. Les programmes de formation audio sont considérés par beaucoup comme l’invention majeure dans le domaine de l’éducation depuis l’invention de l’imprimerie. Et je suis d’accord avec eux.

Un individus moyen passe entre 500 et 1 000 heures au volant . Soit l’équivalent de trois à six mois de travail sur la base d’une semaine de 40 heures, ou l’équivalent d’un à deux semestres de cous à l’université.La course fait rage et vous en avez pris le départ, que vous en soyez conscient ou pas. Si vous n’avez pas pris l’habitude de lire tous les jours, d’assister régulièrement à des conférences ou à des cours et d’écouter des enregistrement de programmes de formation dans votre voiture pendant vos trajets et déplacement, quelqu’un est en train de le faire. Et cela ne fait aucun doute, c’est lui ou elle , qui remportera la course et vous le perdrez. 

Aucun autre habitude ne vous garantira d’obtenir de meilleurs résultats dans la vie que la formation perpétuelle, personnelle et professionnelle. La formation perpétuelle, vous ouvre toutes les portes. Elle augmente votre intelligence et votre créativité et elle met votre carrière sur la voie rapide. Tout le monde peut l’utiliser pour accomplir des choses extraordinaires dans sa vie. C’est une des habitudes les plus importantes que vous puissiez prendre et vous en récolterez les bienfaits tous les jours de votre vie.

Je trouve important de vous faire connaître ces trois habitudes, je tente de les mettre en pratique à tous les jours, ces idées ne sont pas de moi mais bien d’un auteur que j’ai découvert. Je vous invite à vous procurer le livre de Brian Tracy, les habitudes des millionnaires. Vous constaterez qu’après la lecture de ce livre vous appliquerez ces principes.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Quelles sont vos motivations?

Qu’est-ce qui vous motive dans la vie? Votre travail ou vos projets d’avenir ? Que cherchez-vous vraiment? Vous n’avez pas envie de vous lever le matin? La journée vous paraît longue et plate? Ça arrive à tout le monde mais, il ne faudrait pas que cela vous arrive à tous les matins.

Il y a surement des moments où vous êtes assez motivés que toutes les questions plus haut vous ne vous les posez pas. Ce sont souvent des journées, au cours desquelles vous avez des choses qui vous font vibrer, vous stimulent, vous excitent. Cette motivation, que vous avez de vouloir vivre cette situation, font que les journées paraissent moins longues et plates.

Comme je vous l’ai déjà mentionné dans les articles antérieurs, il suffit de regarder avec des yeux positifs.  Je recommande qu’avant de vous coucher, vous visualisiez votre journée du lendemain et trouviez des moments qui vous feraient vibrer.  Quand nous identifions ces moments, nous cherchons dans notre fort intérieur des motivations. Suite à plusieurs lectures, j’ai compris que nous avons tous des motivations différentes. Selon votre leadership, vous allez devenir des modèles à suivre, il n’est pas rare de voir des gens se coller à vous pour vous ressembler.  

Au niveau des motivations, dans le monde du travail, certains vont avoir plus que tout besoin de se sentir libres et autonomes ce qui les motivera, c’est un travail dans lequel ils pourront s’organiser comme ils le veulent, avec beaucoup de souplesse dans leurs méthodes, leurs horaires. Ils préfèreront avoir moins de responsabilités, mais plus d’autonomie. Souvent nous les retrouvons dans des postes de direction au niveau des grandes organisations.

Ceux qui ont ce genre de motivation ont en général une assez grande estime de soi et un esprit d’indépendance. Ils ont plus de mal que d’autres à accepter les contraintes ou les règles données dans les organisations. Ils aiment aussi pouvoir prendre beaucoup d’initiatives. Ils développent des qualités qui les challengent. Vos motivations seront stimulées par le fait que l’on vous confiera des missions délicates, des objectifs devant lesquels d’autres ont échoué ou dont les enjeux sont importants pour l’organisation. Plus la barre sera haute, plus vous serez excité et motivé. Loin de vous décourager, le challenge que votre supérieur vous a demandé de résoudre augmentera votre énergie au travail. 

Chaque individu trouve ses motivations dans les défis que la vie lui donne. Nos expériences passées nous ont révélé les motivations que nous avions lors de ces événements.  Prenez conscience que les raisons de vos motivations sont différentes à chaque situation.  Mais une ligne directrice demeure, votre sens de la visualisation, votre sens de chercher dans chaque situation à laquelle vous faites face des motivations personnelles, pour que ces événements ne soit pas trop longs et plates. 

En terminant, pour trouver quelles sont vos motivations, je vous invite à tous les jours en vous levant et en vous regardant dans le miroir de vous dire aujourd’hui je suis motivé et je motiverai les autres. Je crois que l’on ne nait pas motivateur on le devient, alors commençons aujourd’hui à devenir des modèles pour les autres.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

La réconciliation!

La réconciliation

Depuis un mois, je réfléchis sur le mot réconciliation.  Que veut-il dire comme mot?  Il est bien évident que c’est la visite du pape qui m’a amené à réfléchir à ce mot. Mon texte d’aujourd’hui n’a rien de conciliant envers les gestes posés, ou les actions commises par peu importent les personnes en cause. Mais je pense aux victimes de ces gestes qui ont souffert toute leur vie, et aussi par le bris des liens de confiance que les victimes avaient auprès de leurs agresseurs. Nous devons prendre conscience que dans notre monde d’avant et d’aujourd’hui, il reste des gestes qui ne sont pas tolérés.

Mais revenons à la réconciliation, vous est-il déjà arrivé de vous réconcilier avec des gens ou des situations qui vous ont demandé énormément d’effort. Des gens de votre famille avec lesquelles, vous ne savez plus pourquoi, il s’est créé un froid. Des gens aux travaux, qui de par leurs actions, vous ont tassé du revers de la main, ou vous ont volé un poste auquel vous vouliez appliquer. Vous avez surement plusieurs autres exemples que les deux que je vous ai mentionnées. Mais une chose est certaine, nos situations nous font réfléchir sur les raisons qui ont placé ce fossé entre vous, il n’est pas toujours facile de s’en rappeler. Le pape veut se réconcilier avec les peuples autochtones pour des gestes que personnellement il n’a pas commis, assez impressionnants.  Un grand geste de pénitence. La réceptivité de ce geste n’a pas les résultats escomptés. Je pense que le problème est les attentes et les ententes.

Si vous avez déjà fait un processus de réconciliation, vous savez comment il est difficile de mettre de côté notre orgueil, pour démarrer une démarche de demande de pardon en souhaitant que l’autre personne accepte nos excuses et reparte sur de nouvelles bases. Réfléchissons, vous est-il déjà arrivé de demander des excuses à une personne et que ces excuses ne sont pas acceptées, ou on vous dit oui, mais vous sentez que ce oui n’est pas très sincère. Je vous invite à accepter les excuses de ces gens qui peut importe les raisons, les événements qui ont poussé ces gens à vous blesser, à vous meurtrir, ne peuvent continuer de vous détruire votre futur.

La réconciliation peut s’appliquer à nous tous. Nous avons tous eu des événements dans nos vies respectives qui ont laissé de mauvaises traces dans notre vie. Nous sommes les seuls qui peuvent accepter de passer à autre chose, de voir la vie sur le bon côté des choses.  Je dis souvent la prière de la sérénité, qui nous dit de se donner la force et le courage de changer les choses et la sagesse dans connaître les différences. Je crois sincèrement que de voir la vie de façon différente, nous aide à avancer dans la vie. Je suis certain que lorsque nous apprenons à pardonner nous avançons sur le chemin de la guérison. Je suis de ceux qui regarde la vie avec optimisme et qui se ne demande plus « pourquoi moi », quand des événements m’arrive dans ma vie. J’essaie de dire merci de me mettre sur mon chemin cet événement qui me fera vivre des choses particulières et qui me donnera une nouvelle expérience de vie.

J’aimerais que le monde entier voit la vie de cette façon, pourquoi vivre des guerres, pourquoi vivre dans de ce monde ou la guerre du pouvoir est tellement destructrice. Ou prétends que nous devons acquérir plus de territoire pour faire passer ces idées, parce que l’on se croit supérieur aux autres. Notre société a connu ce genre de monde, est-ce le genre de monde que l’on veut laisser à nos enfants. Moi, non, je veux leur laisser un monde ou il serait bon de vivre et un monde où ils seront appelle à le tracer selon leur volonté. J’ai une immense confiance envers les jeunes, je suis certain que parmi eux, il existe de très bonnes personnes en qui je vais pouvoir leur faire confiance, et leur laisser les destinées de ma vie.

La réconciliation et le pardon sont des mots qui font partie de ma vie et qui sont des mots forts de sens. Je vous invite à réfléchir aux gens que vous avez surement à blesser profondément et demandez pardon. Vous avez surement des gens que vous avez mis de côté, que vous ne côtoyez plus parce qu’il a eu un malentendu entre vous. Prenez le temps de vous réconcilier, parce que vous vous rappelez tous les beaux moments que vous aviez passés ensemble dans le temps. Comment pouvons-nous être des modèles pour nos jeunes quand nous leur disons demande pardon à ta sœur de l’avoir blessé, mais comme adulte on reste accrocher à des choses qui nous réduise à dire fais ce que je ne te dis pas ce que je fais. Est-ce l’image que nous voulons laisser à nos enfants. Je crois sincèrement que l’être humain a cette force de caractère pour aider les autres à laisser un monde meilleur à nos enfants. 

En terminant, faite une introspection, faite une analyse et mettez-vous en action de réconcilier tout ce que vous avez brisé, détruit, et recoller les pots cassés, vous vous en porterez que mieux.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Commencez par faire votre lit!

Je travaille extrêmement fort sur moi, pour amélioré ma performance sur les choses que j’ai à faire. Je souffre quelques fois de procrastination. J’ai des habitudes lorsque je me sens plus  fatigué d’être moins productif. Certains diront qu’il est normal, nous ne pouvons toujours poussé la machine à fond. Il nous faut des périodes de repos. Mais il est très important d’améliorer nos performances et de ne pas remettre à demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui.

Durant la semaine qui se termine, j’ai vécu des périodes de doutes, d’inquiétudes. Mais chaque fois que ces situations m’arrivent, j’écoute la vidéo du discours de l’amiral William H. McRaven qu’il a livré lors de la remise des diplômes à l’Université du Texas le 17 mai 2014.

Dans son allocution, l’amiral souligne le slogan de l’université qui est le suivant : « Ce qui commence ici change le monde. » Je dois admettre que j’aime bien. « Ce qui commence ici change le monde. »  

Mais, si chacun d’entre vous changeais la vie de seulement 10 personnes – et chacune de ces personnes-là changeais la vie de 10 autres personnes et ainsi de suite. Si vous pensez qu’il est difficile de changer la vie de 10 personnes – de changer leur vie pour toujours – vous avez tort. L’amiral soulève une expérience qu’il a vue en Afghanistan : un sous-officier de l’équipe de mobilisation féminine comprend que quelque chose ne va pas et ordonne au peloton d’infanterie de s’éloigner d’un véhicule qui contenait une bombe de 500 livres, sauvant ainsi la vie d’une douzaine de soldats.

Mais, si vous y réfléchissez, non seulement ces soldats ont été sauvés par les décisions d’une seule personne, mais leurs enfants pas encore nés ont également été sauvés. Et les enfants de leurs enfants ont été sauvés. Les générations ont été sauvées par une décision, par une personne.

Dans cette vidéo, l’amiral McRaven nous donne 10 leçons, mais je vais vous parler de la première, soit de commencer pas faire votre lit. Chaque matin, en formation de marine, mes instructeurs se présentaient dans ma caserne et la première chose à inspecter était votre lit. Si vous le faisiez bien, les coins seraient carrés, les couvertures bien serrées, l’oreiller centré juste sous la tête de lit et la couverture supplémentaire pliée proprement au pied du support – c’est le ton de la marine pour le lit.

C’était une tâche simple – au mieux banale. Mais chaque matin, nous devions faire notre lit à la perfection. Cela semblait un peu ridicule à l’époque, mais la sagesse de ce simple geste m’a été prouvée à maintes reprises. Si vous faites votre lit chaque matin, vous aurez accompli la première tâche de la journée. Cela vous donnera un petit sentiment de fierté et vous encouragera à faire une autre tâche, une autre et une autre. À la fin de la journée, cette tâche terminée sera transformée en plusieurs tâches. Faire votre lit renforcera également le fait que les petites choses de la vie importent. Si vous ne pouvez pas faire les petites choses correctement, vous ne ferez jamais les grandes choses correctement.

Cette phrase m’a frappé en plein front, comment peut-on être capable de réaliser de grande chose, s’il nous est pas possible d’atteindre de petite chose. Faire son lit le matin est une activité plus que banal, certains diront pourquoi le faire, quand je vais me recoucher ce soir. Grande vérité. Mais poussons plus loin l’analyse de cette situation, si à chaque fois que nous avons une tâche à accomplir, nous cherchons une excuse pour ne pas la faire. Nous arrivons à la fin de la journée avec aucune tâche d’accomplis. Pour moi cela veut dire tu aurais du rester chez-vous, car on ne peut faire travailler quelqu’un qui trouve des excuses à chaque fois qu’il fait faire quelques choses.


Sachez que la vie n’est pas juste et que vous échouerez souvent. Mais si vous prenez des risques, doublez d’ardeur quand les temps sont durs, faites face aux intimidateurs, soulevez les opprimés et ne baissez jamais les bras – si vous faites cela, alors la prochaine génération et les générations suivantes vivront dans un monde bien meilleur que celui que nous avons aujourd’hui.

Notre génération pourrait elle être celle qui va donner à nos enfants, un monde beaucoup plus conscient qu’à force de faire des petites choses, nous allons réaliser de grand projet. Pourrions-nous être ceux qui guideront les jeunes d’aujourd’hui vers un monde meilleur. Ne procrastiné plus, les choses qui doivent être faite aujourd’hui, soyez des modèles pour ces jeunes qui veulent faire leur marque dans la vie. Encouragez ces gens qui vont diriger notre monde de demain. Et quand vous sentirez que vous vous laissez aller ou que vous vivrez des moments plus difficiles, tapez William H. McRaven dans Youtube et écoutez.

Si vous voulez changer le monde, commencez par faire votre lit.

P.S. si vous aimez mes articles, inscrivez-vous à motivaction.coach.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

L’amitié véritable

L’amitié véritable

Je viens de passer une fin de semaine mémorable avec des amis au chalet. Je cherchais un thème pour mon article de cette semaine. Et je faisais des recherches, sur différent thème et je suis tombé sur un article de Nadine Deschesneaux à publier en 2011 dans la revue coup de pouce. Ce texte représente bien ce qu’est l’amitié pour moi. Voici les 10 commandements de l’amitié véritable, tels qu’écrits par Mme Deschesneaux

1. Telle qu’elle est tu la prendras

C’est la base de l’amitié: accepter l’autre comme il l’est ou comme elle est,  avec ses qualités, mais aussi ses défauts, et même si on n’est pas toujours d’accord avec ce qu’il ou qu’elle dit ou fait. Il ou elle a prend des décisions qui ne font pas votre affaire, il ou elle vend tout pour s’installer à la campagne? Avant de critiquer ses choix ou de lui dire ce qu’on ferait à sa place, on prend le temps de se mettre dans ses souliers et d’essayer de comprendre ses décisions. C’est grâce à cette sollicitude bienveillante qu’on arrive à garder l’amitié vivante et vraiment aidante.

2. Attentivement, tu écouteras

On écoute sans juger et, surtout, sans chercher à donner notre opinion à tout prix. Autrement dit, avant de lui balancer nos conseils, on s’assure que c’est vraiment ce qu’elle attend de nous. On se rappelle aussi qu’écouter, ce n’est pas juste entendre: savoir écouter son amie, c’est aussi être capable de décoder ce qu’elle ressent dans le choix de ses mots, l’intonation de sa voix et même ses silences. Bref, on s’assure de lui offrir une oreille vraiment attentive.

3. De comptes point, tu ne tiendras

En amitié, on s’apporte beaucoup, mais on ne se doit rien. On raye donc de notre vocabulaire les reproches du genre «Tu ne m’as pas appelée hier», «Tu vois plus souvent untel que moi ou unetelle que moi» ou «Tu ne me jases pas longtemps sur MSN». On ne s’offusque pas non plus si nos rencontres ne sont pas aussi fréquentes qu’avant ou si elles ne durent plus jusqu’aux petites heures du matin. Ce n’est pas la quantité, mais la qualité des moments passés ensemble qu’on retient. On se rappelle qu’on peut nous aussi être prise dans un tourbillon pendant quelques semaines, et que nos amies n’en sont pas moins importantes à nos yeux.

4. Ton jardin secret tu lui ouvriras

L’amie véritable, c’est celle à qui on peut tout dire, nos joies comme nos peines, nos projets comme nos doutes. Mais pour cela, il faut que notre relation aille plus loin que d’échanger des banalités ou rigoler ensemble autour d’une tasse à café ou une bonne bière. Pour cela, il faut lui donner la clé de notre cœur. Et attendre la réciproque. Une étape de taille pour certaines, mais aussi une façon infaillible de prendre le pouls d’une amitié.

5. Des rituels tu inventeras

Ils n’ont pas leur pareil pour faire de nos rencontres des occasions spéciales et consolident nos liens tout en nous permettant d’anticiper le bonheur de se revoir. Cela dit, on laisse aussi place à la spontanéité en acceptant, notamment, les sorties impromptues ou les plans de dernière minute, ne serait-ce que pour se faire croire, l’espace d’un moment, qu’on a encore 20 ans et pas de soucis!

6. Les petites attentions tu multiplieras

Faire plaisir à une amie n’exige pas nécessairement une longue préparation. Des suggestions: lui servir des compliments sincères régulièrement (on n’en reçoit jamais assez!), l’encourager dans ses projets et prendre des nouvelles de ses démarches, déposer une tasse de bon café sur sa table, faire son gâteau préféré et l’apporter quand on va la voir, etc. L’amitié se renforce dans l’action. Donc, on donne souvent des preuves d’amitié, si petites soient-elles.

7. Avec tes amies, tu évolueras

Au départ, on était inséparables. Puis sont venus le boulot, les chums, les enfants et une tonne d’obligations. Qu’on le veuille ou non, notre amitié en a subi le contrecoup. Le défi, c’est de s’adapter. Rien n’empêche de se voir avec les enfants, avec les chums, parfois les deux ensemble, parfois seules, parfois avec d’autres (nouvelles) amies… L’important est de ne pas se braquer contre les changements et de faire confiance à la vie.

8. En temps réel, tu communiqueras

Accro à la techno, on n’utilise plus que l’ordi pour donner et prendre des nouvelles de notre entourage? Si les réseaux sociaux permettent de communiquer instantanément avec les copains et copines, ils ont un peu tendance à dépersonnaliser le contact. Alors, au lieu d’un autre courriel, pourquoi ne pas prendre le temps de lui donner un petit coup de fil pour entendre sa jolie voix en même temps qu’on prend de ses nouvelles? Cela sera sûrement plus apprécié qu’un simple clic sur une case «J’aime» dans son statut Facebook.

9. Honnête et franche tu seras

C’est crucial. Évidemment, lorsque la vérité risque de blesser, il vaut mieux la servir en choisissant autant les mots que le moment. Et, si ce qu’on dit à notre copain ou copine lui ouvre les yeux sur une réalité de sa vie, on l’assure de notre affection et on lui dit qu’on sera là pour l’épauler pour la suite des choses!

10. Par l’entraide, tu grandiras

Une des forces de l’amitié, c’est de pouvoir tabler sur nos différences. Par exemple: notre copain ou copine est plutôt prompt et soupe au lait, alors qu’on est davantage placide et réfléchie? On lui propose un pacte: quand elle sent que la tension monte en elle, elle nous appelle ou nous envoie un courriel en précisant d’emblée qu’elle a besoin de nous pour une «urgence émotion». Nul doute qu’ensemble on réussira à relativiser ce qui lui arrive. Inversement, quand on aura besoin de trancher, elle pourra nous donner le coup de pouce qui nous manque.

J’ai apporté quelques modifications au texte de Nadine Deschesneaux, mais les 10 commandements sont restés les mêmes, parce que je pense que cela représente bien ce que je pense de l’amitié.  Je vous demande de réfléchir à vos amitiés, est-ce que ces règles s’appliquent pour vous? Quelle place occupe vos amis dans votre vie, avec les familles moins nombreuses nous réalisons que nous avons plus d’amis que de de frère ou sœur. Quelle importance accordez-vous à cette amitié? Qu’est-ce que serait votre vie sans ces relations amicales avec ces individus qui avant étaient des inconnus pour vous? Sur quelle valeur est née votre amitié? Profitez le plus de moments privilégiés comme ceux que nous avons vécu en fin de semaine.

Ces questions ont simplement pour but de vous faire réfléchir à l’importance que ces gens occupent dans votre vie. Pour Josée et moi, je veux remercier Marc, Josée, Claude et Mireille, pour cette belle fin de semaine mémorable. Et merci de m’avoir inspiré de faire un texte sur l’amitié véritable.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Laisse ta trace!

Nous arrivons à un moment dans nos vies, que nous prenons conscience de ce que nous laisserons comme trace de notre passage sur la terre. Depuis toujours, ce questionnement m’importe beaucoup. Je ne veux pas que tout le temps que j’ai passé sur la terre n’ait servi à rien. Tout a débuté à ma naissance, cet être que mes parents ont conçu avait pour mission de faire du bien autour de soi. 

Entre le vouloir et le pouvoir, il a tout un monde. Je suis certain que j’ai failli quelques fois, mais si on s’arrêtait pour faire deux colonnes, les bons et les mauvais coups. Quelle serait la colonne qui aurait le plus de choses? Je vous invite à faire l’exercice et soyez honnête avec vous, car vous seuls verriez les réponses.

De faire cet exercice, vous permettrez de faire un retour en arrière sur votre vie. Rien de mieux que lorsque l’on se demande quelle trace laisserons-nous. De commencer par faire cet exercice et vous réaliserez que tout ce temps qui est passée à laisser des traces sur votre corps, sur votre philosophie de vie. Nous ne pensons pas pareil à l’adolescence qu’à l’âge adulte ni moins à l’âge de la retraite. Des gens que je connais, ne porte aucune attention à ce qu’ils laisseront lorsqu’ils quitteront. Mais prenons exemple, lorsqu’un proche décède, nous nous rencontrons pour nous rappeler les souvenirs que nous avons eus avec cette personne. Quelle trace aura-t-il laissée auprès de nous?

Loin de moi de tomber dans le négativisme, mais plutôt dans l’optimisme. Vous passez toute votre vie, à faire votre marque auprès de vos collègues de travail, vos amis, vos familles. Vous est-il déjà arrivé de leur demander ce qu’il pense que vous? Que laisserez-vous après votre passage dans leur vie.  Sur une vie de 70 ans, nous avons des gens qui arrivent et des gens qui nous partent. Prenons par exemple nos amis d’enfance, souvent ce ne sont pas nos amis d’aujourd’hui. Si aujourd’hui, on demandait à vos amis d’enfance quelle trace vous leur avez laissée dans leur vie, vous seriez peut-être surpris de leurs commentaires. Faites l’exercice avec vos amis actuels, que penseriez-vous qui dirait sur vous.

Nous avons tous en dedans de nous, le désir de laissez quelque chose qui va nous démarquez des autres après notre départ. Sans se l’avouer, même si certains disent qu’ils ne seront pas là pour constater ce qu’il reste. Connaissant un peu les humains, nous souhaitons que nos descendants et nos amis se souviennent de nous. Plus nous avançons en âge, plus cet état nous habite. Nous avons travaillé tellement fort pour être de bonne personne, de bien élever nos enfants, d’aimer nos petits enfants.  Si  nous pouvions revenir simplement pour voir ce qu’ils disent de nous, que ce soit nos amis, nos collègues de travail ou les membres de notre famille après notre départ.

Prenons le temps de faire un bilan de nos vies, posez-vous les bonnes questions, soyez honnête avec vos réponses. Prenons le temps d’écrire ce que nous aimerions que ces gens pensent de nous. Si par hasard, les informations ne sont pas la hauteur de nos attentes, je vous invite à vous mettre en action et à corriger ces écritures. Prendre conscience que nous sommes maîtres de notre destinée, ce qui inclut ce que nous laisserons comme trace de notre passage. Je souhaite que ce texte, vous fasse prendre conscience que votre vie ait servie à quelque chose pour les gens que vous aimez et qui vous aiment.

En terminant, je vous invite à en prendre une pause, d’apprécier tout ce que vous avez vécu, de noter les choses que vous aimeriez que les gens se rappellent et de noter les choses que vous aimeriez changer. C’est dans la réflexion que nous réalisons tout ce que vous nous avons vécu. Pour ceux que cela intéresserait, je vous invite à prendre le temps peut-être de noter les événements importants de votre vie, comme si vous seriez en train de préparer votre biographie. 

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Les grands leaders sont-ils humble?

Je suis abonné à la revue Gestion de l’école des Hautes Études commerciales (HEC), je lis tous les articles et j’en conserve quelques-unes, selon mon état d’âme ou selon les sujets qui m’interpellent. Cette revue se veut une référence dans le monde de la gestion.  Cet article fut écrit pas Julie Barlow qui résume le livre poser humblement des questions des auteurs Edgar et Peter Schein, le père et le fils. Ces deux spécialistes de la psychologie organisationnelle expliquent pourquoi l’humilité et la curiosité sont les nouvelles clés pour réaliser de meilleures performances.

Ce livre nous informe que les dirigeants doivent pouvoir baisser la garde et dévoiler leurs imperfections afin de tisser une relation solide avec leurs employés. Rien de plus naturel que de la part des employés de constater que leur supérieur n’est pas parfait. Quand des gestionnaires se pensent au-dessus de tout et qu’il ne commet aucune erreur, cela est leur plus grande erreur, de se croire supérieur.

L’environnement d’affaire à changer et la confiance doit désormais figurer au cœur de tout modèle de gestion. Les nouveaux leaders doivent développer avec leurs équipes une relation basée sur l’ouverture et la confiance. Par contre, ce type de gestion axé sur l’humilité n’a rien à voir avec la mollesse et la douceur. Cela consistera à reconnaître sa propre vulnérabilité. C’est les bases pour bâtir une confiance au sein d’une équipe.

Si un leader n’a pas de rapports ouverts avec ses employés, ceux-ci ne lui donneront jamais l’heure juste sur ce qui se passe réellement dans l’organisation. La curiosité est la plus grande qualité qu’un leader doit avoir pour construire des relations solides avec son équipe. Les nouvelles méthodes que ces deux auteurs enseignent insistent beaucoup sur la nécessité de poser des questions ouvertes. Il faut plus demander que dicter des directives à nos équipiers. Il faut solliciter leur participation dans la prise de décision. Mais pour y arriver, vous devez leur exposer le problème que vous essayez de résoudre.Un leader qui ne s’ouvre pas sur la nature du problème à résoudre risque d’obtenir de mauvaises informations.

Les deux spécialistes estiment que les gestionnaires doivent impérativement changer le paradigme, parce que la culture de gestion qui survalorise les résultats aux dépens des relations est dépassée. Ils sont d’avis que les vieux modèles autoritaires sont dysfonctionnels sur le plan de la productivité. Connaissez-vous des leaders humbles, qui considèrent leurs employés comme des collaborateurs. Le but du leadership humble est de sortir d’une relation transactionnelle ou dominante entre un gestionnaire et son équipe. Pour que ce genre de leadership fonctionne, il faut établir un lien de confiance et à démontrer sa capacité à se dire la vérité. Dans l’environnement d’affaires actuel, c’est la clé de la performance.

Dans l’article Peter Schein, est très critique lorsqu’il entend ne venez pas me voir avec un problème; venez me voir avec une solution. Devant cette logique, l’employé qui n’a pas de solution à proposer va se taire. Ce faisant sont supérieur n’est pas informé du problème. Comment voulez-vous que ça marche?

La réussite de ce type de leadership est basée sur l’amour des autres. Il faut que nous aimions nos collègues de travail, il faut s’intéresser à eux, ce qu’ils sont, ce qu’ils vivent. Pour installer un lien de confiance, il faut leur démontrer que nous voulons les connaître plus.  Un coup ce lien de confiance établi vous pourrez faire face à n’importe quel problème. Les auteurs ont au point une méthode destinée aux entreprises, appelle << partager le MIC >> qui fait référence au microphone, signifie motivation, Intervention et contribution. Un dirigeant doit communiquer sa motivation à collaborer afin que son équipe le ressente. Il doit aussi reconnaître que ses interventions ont des répercussions dans le processus de travail. C’est pourquoi il est important de demander au lieu de dicter. La contribution de tous s’oppose qu’on y met aussi du sien. Rien ne peut s’accomplir si les humains ne peuvent pas bien communiquer entre eux. Et une bonne communication naît d’une relation ouverte dans laquelle les gens sentent accueillie, se font confiance mutuellement et poursuivent un but commun.

En lisant cet article, j’ai découvert le style de leader que j’aimerais être. La journaliste Julie Barlow, a allumé en moi le désir d’en savoir plus. Voilà pourquoi, j’ai réservé ce livre à ma bibliothèque municipale. J’ai hâte de prendre le temps et d’en apprendre plus, sur ce genre de leadership. Je continue mon apprentissage dans ma vie professionnelle, je vous invite à faire pareil, j’ai pour devise qui si nous arrêtons d’apprendre nous désapprenons tous ce que nous avons appris. J’espère que mon article de ce matin vous permettra de réfléchir à ce que vous aimeriez apprendre, il n’est pas obligé que ce soit dans ce type de domaine, cela pourrait être autant dans la cuisine, des passe-temps, des intérêts de tout autre genre. Mais pour moi la curiosité et une qualité que nous devrions tous avoir, et que nous avions tous plus jeune. Rappelez-vous les interdictions que vos parents vous donnaient, si vous étiez comme moi on y allait tous. Nous défions nos parents juste pour voir ce qui arriverait, des fois les conditions étaient déjà connues, mais nous aimions ce genre de défi. Quand avons-nous perdu ce genre de curiosité? 

En terminant, j’espère que cet article a suscité en vous le désir du travail d’équipe, du lien de confiance et de la curiosité

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Comment atteindre mes objectifs?

Une excellente question que nous nous posons tous de temps en temps.  Quand les gens me demandent, Denis comment je peux atteindre mes objectifs? Ma première réponse est, il faut que tu les écrives. Tant que tu n’auras pas couché sur papier tes objectifs précis et mesurables, tes objectifs demeureront une idée.  Rien de pire que d’avoir des objectifs intéressants et de ne pas avoir de chemins pour savoir comment les atteindre. 

« Le plus grand danger qui nous guette n’est pas de viser un but trop élevé et de le manquer, mais plutôt de choisir une cible trop modeste et de l’atteindre »

Michel-Ange

Vous voulez être l’exception à la règle, vous voulez faire partie du 3% de la population qui prend son objectif au sérieux et qui,  par conséquent, a un rendement supérieur. Pour réussir, il ne faut pas avoir trop d’objectifs, vous devez vous fixer des objectifs dans des sphères de votre vie où vous voulez y apporter des changements. Sans un but précis couché sur papier, vos chances de réussite diminuent considérablement.

Voici trois conseils que je vous recommande de mettre en place pour réussir à atteindre vos objectifs;

  1. Couchez vos objectifs sur papier.

C’est indispensable! Il n’y a pas d’autre option. Tant que vous n’avez pas couché vos objectifs sur papier, ils ne sont que des idées dans votre esprit. Vos objectifs doivent être à la fois précis et mesurables.  Je veux acheter la voiture de mes rêves, d’ici septembre 2022. D’ici le mois de mai, je vais faire des recherches, sur le cout d’acquisition, le cout des assurances, des plaques, de la consommation d’essence. S’il faut que je mette de l’argent de côté pour avoir un dépôt lors de l’achat et le taux de financement.  Durant tous les mois qui suivront jusqu’au mois de septembre 2022, je vais décortiquer cette période en petites périodes avec de petits objectifs tout en me préparant dans le chemin de mon objectif.

  1. Parlez de vos buts à un ami.

Parlez de vos buts à un ami ou un collègue. Ils deviennent ainsi plus réels. Vous déclarez votre objectif, cela renforce votre engagement, votre détermination dans l’atteinte de ce but. Vous sollicitez leur appui, vous leur demandez de vous soutenir dans ce chemin.  Vous ne voulez pas le décevoir, vous ne voulez pas passer pour un grand parleur.  Il faut choisir la bonne personne à qui nous allons donner nos objectifs, car si notre choix n’est pas le bon, nos amis vont nous décourager. Alors faites le bon choix.

  1. Mettez en place un système de vérification.

Prenez le temps de mettre en place un outil pour vous assurer d’atteindre vos objectifs. Avoir continuellement dans votre champ de vision la liste de vos objectifs. Certaines personnes les mettent dans leur cellulaire comme fond d’écran, sur leur tablette ou leur ordinateur. J’ai déjà entendu des personnes me dire qu’ils ont collé un bout de papier dans le miroir de la salle de bain, comme ça tous les matins en faisant leur toilette, ils prennent le temps de les relire. La réussite de cet outil est aussi d’être capable d’évaluer où nous en sommes rendus dans notre chemin vers la réussite.

Pour ceux qui n’ont jamais fonctionné avec une liste d’objectifs, je vous recommande de débuter avec ce que je vous propose ici. Prenez trois catégories de votre vie pour lesquelles vous aimeriez que des choses changent. Choisissez parmi les catégories suivantes: finance, santé et forme physique, relations, emplois et carrière, biens matériels, croissance personnelle, temps libre et loisirs. Alors faites vos choix, faites-vous un tableau avec 4 colonnes, la première pour indiquer la catégorie, la seconde l’objectif, la troisième le chemin, l’action à faire ou l’action que vous devez poser, la quatrième et dernière, le délai que vous vous fixez pour réussir à atteindre vos objectifs.

Pour le néophyte, je vous recommande de vous fixer trois objectifs pour débuter. Une fois que vous en avez atteint un, vous le remplacez par un autre. Soyez réaliste ! Pour réussir cet exercice, vous devez vous fixer des buts atteignables dans un délai de six mois maximum. Sinon, un délai trop long risque de vous démotiver, et lorsque vous vivrez cet état, vous comprendrez que la réussite de cette habitude est de débuter par 3 objectifs. Plus vous mettrez cet outil en pratique dans votre vie, plus vous serez motivé pour passer de 3 à 4 ,5 ou 6 objectfis.

Je vous invite à ne pas baisser les bras. Si vous avez des moments de découragement, retournez au début et parlez à votre ami afin de solliciter son aide moral. Vous remarquerez qu’il souhaite autant que vous que vous réussissiez.

Avec le temps vous réaliserez que nous sommes capables de grandes choses, il faut juste y rêver. Travailler pour atteindre votre objectif est une grande source de motivation. Plus d’efforts vous ferez pour réussir, plus le degré de satisfaction sera grand. Prenez exemple sur toutes les grandes équipes qui ont gagné la coupe Stanley ou l’athlète qui gagne aux Olympiques. Leur démonstration de joie leur font oublier tous les efforts qu’ils ont dû mettre pour atteindre leur but.

Toi, comment réagirais-tu lorsque tu atteindras ton but, je vous suggère de réagir comme si tu gagnais la coupe Stanley. Parce que l’euphorie que tu ressentirais, tu en deviendrais accro, et tu voudras revivre cette sensation. C’est une bonne drogue, à laquelle on peut devenir dépendant, c’est gratifiant. Alors, prenez un stylo et un cahier de notes et inscrivez vos objectifs. Suivez le chemin démontré.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Une seule pomme pourrie suffit pour gâter le panier!

J’ai écrit cet article le 3 mai 2021 et ce matin je suis tombé dessus par hasard. Je trouve que ce titre est très représentatif de ce qui se passe dans la société en générale. Sans parler de ce qui se passe dans notre environnement international, qui ne nous pousse qu’à réaliser dans notre monde une seule personne qui a des intentions malveillantes peut embarquer avec lui dans sa démence plusieurs autres personnes qui croient en lui comme la vérité absolue.

C’est un cliché bien sûr: une seule pomme pourrie suffit à gâter tout le panier. Cet adage s’applique-t-il au travail d’équipe? Bien sût. Les recherches confirment que si, dans un groupe restreint, un seul membre ne collabore pas, se plaint constamment, est malheureux au sein du groupe ou tente d’intimider les autres membres, c’est toute la capacité du groupe à fonctionner efficacement qui est compromise.

Ces fauteurs de trouble sont généralement peu nombreux dans une organisation, mais ils exigent beaucoup d’attention. Les équipes qui ne comptent ne seraient-ce qu’un de ce trouble-fête risque beaucoup plus de vivre des conflits internes. Elles peuvent s’attendre à ce que les communications entre les membres du groupe soient différentes et que certains membres du groupe refusent de collaborer avec les autres. Les résultats de l’équipe en souffriront.

Il n’est pas facile de contrôler ces fauteurs de troubles, surtout s’ils sont des membres établis de l’équipe ou des employés de longue date. Les gestionnaires doivent agir rapidement afin d’éviter que la « pomme pourrie » ne contamine tout le panier. Puisque les influences négatives font leur œuvre plus rapidement que les positives, il faut être proactif et identifier rapidement la source de ces influences négatives.

Pour régler le problème, les membres de l’équipe se tourneront vers le leader, le chef d’équipe. Quelles mesures entend-il prendre? Si. Le fauteur de trouble est un nouvel employé, le gestionnaire doit immédiatement mettre fin au lien d’emploi avec celui-ci pendant qu’il est encore en période d’essai. Le problème est plus sérieux lorsque le fauteur de trouble est un employé bien intégré qui subitement adopte une attitude négative. On doit reconnaitre da contribution passée, l’aider à comprendre don, changement d’attitude et voir s’il peut retrouver une attitude plus positive. Si le gestionnaire n’intervient pas ou si ses mesures sont inefficaces, les autres membres de l’équipe seront constamment sur la défensive et ne finiront pas, rejetez la personne fautive. Si l’équipe ne parvient pas à résoudre le problème, ses membres accumuleront de la frustration et l’efficacité du groupe déclinera sérieusement.

Si l’employé refuse de modifier son attitude ou de changer ses mauvaises habitudes de travail, le gestionnaire doit rapidement se débarrasser de cette pomme pourrie. Ces personnes sont souvent des manipulateurs de talents et tenteront de reporter la faute sur quelqu’un d’autre ou encore, pour faire contrepoids, elles essaieront de se montrer, pendant un certain temps sous leur meilleur jour. Dans beaucoup d’organisation, malheureusement, on pense régler le problème en refilant l’employé fautif dans un autre service ou un autre équipe. Les gestionnaires hésitent souvent à congédier un employé de longue date ou qui détient un statut d’employé permanent et croient résoudre le problème en le mutant. Ces organisations doivent mettre fin à cette pratique, et les gestionnaires doivent avoir la certitude que l’organisation les appuiera dans leur décision de congédier un employé lorsque sa conduite le justifie et est largement documentée.

Ce dont il faut se souvenir, c’est que les fauteurs de troubles peuvent véritablement contaminer tous les membres de l’équipe. Ils peuvent saper le moral et affecter la performance de tout un chacun. Les ignorer en espérant qu’ils modifient leur comportement est rarement une solution efficace. Bien sûr, le processus de consultation avec l’employé, l’ouverture et la documentation d’un dossier disciplinaire, le processus qui mène au congédiement et les nombreuses mesures qui doivent être prises, tout cela est exigeant, amis si vous ne faites rien, vous-même et l’organisation en paierez le prix.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Les bottines doivent suivre les babines (la suite)

Pour faire suite à mon article de la semaine dernière, ou je vous demandais si vous étiez une personne qui appliquait ce titre les bottines doivent suivre les babines. J’ai reçu quelques commentaires positifs suite à cet article.  Je veux vous parler des choses que vous dites et que vous ne mettez pas en action.  Je connais beaucoup de personnes qui le font et qui se demandent comment ile peuvent changer cette pensée. Depuis toujours nous avons tous des phrases qui sont ancrées dans notre subconscient. Nous avons tous entendu dans notre enfance des choses comme « quand tu es né pour un petit pain », « tu dois travailler fort pour obtenir ce que tu veux » et finalement « la richesse ce n’est pas pour toi » à partir de ce moment ces dires ont pris place dans votre cerveau non maturé. Ils prennent toute la place et à force de les entendre vous commencez à croire que ces vrais. Pour moi, la pire a été « tu devrais te trouver autre chose » ou « je suis certain que tu serais meilleur dans un autre sport ».

Mais le sens que l’on donne aux mots est loin d’être un hasard et en démontre beaucoup sur soi. Tout ce que nous pensons et croyons provient en majorité de notre enfance. Rien de nouveau jusqu’à maintenant. Mais ce que la plupart d’entre nous avons oublié, c’est que nous pouvons faire le choix de faire différent. Ces mots dits souvent sans mauvaises intentions, marque notre subconscient et s’imprègnent dans notre pratique de tous les jours. Chaque fois que nous sommes confrontés à faire un choix, c’est les premières pensées qui nous reviennent sans cesse en tête et nous orientent vers d’autre direction. Que s’est-il passé, dans notre vie, pour que le p’tit cul qui contredisait ces parents constamment se mette à croire à ces pensées anciennes qui polluent notre désir d’avancer dans la vie? L’arrogance qui nous démarquait à l’adolescence  a fait place à un adulte qui a peur de tout. 

Souvent notre enfance est les bases solides de l’adulte que nous deviendrons. J’offre souvent ce parallèle si les fondations de votre maison sont croches, il est possible que votre maison le soit. Mais il existe des personnes qui vont la redresser, qui s’appliqueront à corriger ce qui a été mal partis pour mettre cette maison droite. Le parallèle est aussi vrai pour soi, ce n’est pas parce que nous n’avons pas eu de bonne fondation que l’on ne peut pas devenir une meilleure personne. Nos parents nous ont appris ce qu’ils connaissaient avec les moyens qu’ils avaient à l’époque. Peu de gens que je rencontre en veulent à leurs parents, ils comprennent qu’ils nous ont donné ce qu’ils avaient. Mais à partir de maintenant, c’est à nous de faire ce que l’on veut pour nous aider à changer notre vie. 

Depuis longtemps, je rencontre des gens qui me disent des choses qui feront dans un an, deux ans, et la meilleure pour moi est « un jour tu sais je vais me tanner et crisser la job là, je suis tanné de me faire chier » des fois j’aurais le goût d’appeler leur patron et de leur dire mets les dehors, il veut partir. Vous avez surement entendu ou dit cette phrase plusieurs fois dans votre vie. Pourquoi ces gens continuent de nous dire cela, s’ils n’ont pas le courage de leur opinion, pourquoi tarde-t-il à mettre les bottines qui suivent les babines? Dans toutes mes recherches, la peur de l’inconnu est la grande responsable de cette inaction. Toutes les personnes que j’ai la chance de rencontrer et qui veulent changer leur vie, je leur parle souvent du même exemple. Au moment, ou que tu te choisis, tu fais le plus grand geste de faire ce qu’il te tente. Tu fais confiance à la vie. C’est lors de perte d’emploi, qu’il est temps de faire ce que nous avons toujours rêver. Nous avons tous des emplois que nous aimerions occuper que pour diverses raisons (salaire, vacance et bénéfices marginaux), mais la première raison pour laquelle vous devriez profiter de l’occasion en or, qui vous est offerte est de réaliser le rêve de votre vie de travailler dans un domaine dont depuis longtemps vous rêvez. De faire ce que l’on aime dans la vie et d’y être payé en plus est l’aboutissement ultime.

Trop de gens se lèvent le matin, avec le mauvais pied, qu’il faut pousser dans le cul pour aller occuper les fonctions qui leur rapportent de l’argent.  Pensez à quelque chose de très particulier. Je parle souvent de mon exemple, il m’est arrivé quelques fois de me lever à reculons, mais jamais quand je faisais du bénévolat, chaque matin que je me retrouvais en congrès et que je savais que je commencerais à 5h00 le matin et que je terminerais vers minuit et que je ne dormirais pas plus de 4 heures et que je recommencerais le lendemain matin. Vous auriez du me voir comment mon réveil était des plus agréables et que la passion qui m’animait était plus importante que le manque de sommeil. C’est lors des ces moment, que j’ai compris qu’il est important de faire dans la vie ce qui nous excite que ce qui nous empoisonne la vie. Parce que ceux qui se pourrissent la vie laissent tranquillement la place à la maladie, actuellement on parle beaucoup de santé mentale, je crois que le fait de travailler dans un milieu qui nous empoisonne l’existence en est la cause principale.  Je prends le travail en exemple, mais les relations de couple, les amitiés négatives sont toutes des exemples que j’aurais pu écrire, mais pour moi le travail est la principale.

Je connais trop de gens qui critiquent leur employeur, leur collègue de travail, les tâches qu’elles ont à accomplir. Mais ils continuent d’œuvrer dans un milieu toxique qui pourrit leur vie. Pas juste la sienne, qui pourrit aussi celle des autres, car leur collègue le sent que ces gens ne sont pas heureux dans le travail qu’ils occupent. Pourquoi ne pas se donner le privilège de se choisir et de prendre notre destinée en main? Je souhaite que ces deux articles vous motivent de vous mettre en action, et de mettre de côté les peurs et les angoisses que ce changement d’orientation va créer dans votre vie. Faites confiance à la vie et donnez-vous la chance de réaliser vos rêves. Ma raison d’être est d’inspirer les autres à concrétiser leurs rêves les plus chers et à utiliser mes habiletés  pour inspirer,  motiver et outiller les gens afin qu’ils puissent atteindre le bonheur auquel ils aspirent. Tout cela en débutant par moi, je dois mettre en application, ma raison d’être pour devenir le mentor que je souhaite devenir.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach