Cultiver votre image!

Je lis actuellement le livre de Vincent Fournier « Propulser vos affaires », ce livre m’a attiré parce qu’il démontre les 5 piliers fondamentaux pour développer votre sens des affaires. Je recommande ce livre à tous les entrepreneurs, qui ont vécu une période difficile suite à la pandémie. Ils nous ramènent à la base.  Il nous démontre aussi de nouvelles façons de faire. Mais ce qui a retenu ma réflexion cette semaine est tout ce qui concerne notre image.

Dans ce texte je vais parler d’image de marque, mais c’est aussi notre image personnelle. Parce que pour moi l’image de marque c’est notre image que nous dégageons.  Mais comment fait-on pour cultiver une image de marque? Combien de fois durant votre vie avez-vous entendu cette célèbre citation de Confuscius « Une image vaut mille mots »? Vous êtes-vous véritablement arrêté à son sens profond? Comment une image vaut mille mots? Généralement, nous croyons plus à ce que nous voyons qu’à ce que nous disons, entendons ou lisons. En fait, cette célèbre citation signifie qu’une image véhicule davantage de sens, d’émotions et d’explications que plusieurs lignes de texte. Vous connaissez surement plusieurs exemples dans ce sens, que ce soit pour une entreprise ou un ami. Donc, votre image dévoile souvent plus que ce que vous voulez véritablement dire.

Votre image représente votre tout premier moyen de communication. Votre premier outil relationnel. Elle vous précède toujours dans n’importe laquelle de vos communications. D’ailleurs, c’est habituellement à partir de cette image que nous entrons tous en communication avec les gens, un regard, une poignée de main, un premier contact. Vous est-il déjà arrivé de vous tromper sur une personne simplement en le voyant pour la première fois. On dit souvent que les 5 premières minutes d’une rencontre sont déterminantes, les gens vous analyseront et prendrons la décision s’il vous font confiance ou non.

Est-ce que votre image est en cohérence avec votre message? Est-ce qu’elle transmet bien qui vous êtes véritablement? Traduit-elle bien votre personnalité ou votre identité professionnelle? Elle repose davantage sur ce que vous projetez et dégagez. L’image, c’est aussi votre crédibilité, votre charisme, votre professionnalisme, vos comportements, votre attitude, votre implication sociale, votre engagement communautaire. C’est beaucoup plus qu’une simple image, c’est une image de marque!

Votre image de marque est ce qui est authentique à vous et vous différencie de vos pairs. Nous avons tous rencontré des gens qui dégagent une certaine assurance qu’on qualifie de gens qui ont la tête enflée ou qui sont hautains.  Mais moi, je trouve que pour une première rencontre, il faut dégager une confiance en soi qui laisse une belle image de marque.  Chacun d’entre nous est des marques, des modèles uniques.

Mais la vérité, c’est que nous avons tous trois images faisant partie de notre réalité quotidienne. Quelles sont ces trois images? La première image est celle que vous avons tous, communément appelée «  notre personnalité ou notre ADN ». Bref, notre personnalité, c’est l’image qui nous distingue des autres et affirme notre unicité. Nous venons tous au monde avec un kit de base et des outils qui nous sont propres! Si nous utilisons que le kit de base, nous nous retrouvons, comme bien d’autres, à être des gens avec une image de marque comme les autres. Même chose si nous mettons seulement nos outils qui nous sont propres, nous allons donner une image de marque qui est correcte.

À l’autre bout du spectre, nous avons une deuxième image. L’image de nous dans le regard des autres. C’est à dire l’image que les autres se font de nous que j’appelle ici notre image publique. L’image publique n’est pas exclusivement réservée aux personnalités publiques ou aux « star système ». L’image publique fait partie de la réalité de tout un chacun. C’est toujours la première idée qu’une personne se fait de nous. C’est là que nous piquons la curiosité ou non. Combien de fois avez-vous entendu, ou vous-même avez déjà dit: « c’est étrange, mais avant de te connaître, je ne t’imaginais pas comme ça ! ». Pourquoi? Tout simplement parce qu’instinctivement, au premier regard, nous nous forgerons tous une idée de la personne ou de l’entreprise, basée exclusivement sur l’image que nous percevons. De là l’importance d’être conscients de l’image publique que nous projetons.

Mais entre ces deux réalités, il existe une troisième image. Cette image est celle que vous voulez avoir, soit votre image souhaitée. Votre vision, votre destination! Ça vous rappelle quelque chose? C’est l’image sur laquelle vous avez le plus de pouvoir. Souvent, c’est elle qui a le plus d’influence et qui teinte positivement ou négativement les deux autres.  Votre image souhaitée représente vos rêves, vos désirs, votre réussite anticipée, votre destination. Bref, c’est votre vision de vous dans le futur, tant professionnellement qu’individuellement. Que voulez-vous devenir? Ou vous dirigez-vous? Vous devez passer énormément de temps à vous assurer que cette troisième image soit celle sur laquelle vous allez investir le plus de temps et d’énergie.

Votre image de marque résulte, donc de la conjugaison que vous ferez de ces trois images. L’objectif est de la cultiver en gérant ce que vous êtes, ce que l’on pense de vous et ce que vous voulez être. Cultivez votre image de marque, communiquez, entretenez, développez des relations de confiance et surtout, soyez sympathique et emphatique!. Je vous le dis, l’image de marque fait vendre. Elle est un déclencheur de transactions. Les gens qui ont une excellente image de marque attirent des gens vers eux.

En terminant, je veux remercier Vincent Fournier, pour l’excellente définition de l’image et de l’importance que cela à pour nous. Notre image est essentielle à ce que nous dégageons auprès des gens que nous rencontrons.  Prenez le temps de travailler votre image, et si vous avez besoin d’aide, je peux vous accompagner et vous donner les outils pour que vous puissiez améliorer votre image de votre marque.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

L ‘ Amour

Aujourd’hui c’est la Saint-Valentin, nous parlons d’amour, nous célébrons l’amour de notre vie, l’amour de notre couple. Pourquoi ne fêtons pas l’amour de nous même, je pense qu’avant que nous aimions quelqu’un d’autre nous devons nous aimer nous même.  Comment arrivons-nous à avoir de l’amour pour soi. Personnellement j’ai toujours pensé que l’amour de soi débutait par avoir de l’estime de ce que nous sommes. Avoir de la confiance que nous pouvons tout réussir à ce que nous voulons atteindre.

L’amour des autres est tout aussi important. Lorsque nous choisissons la personne avec qui nous voulons partager notre vie. L’amour que nous développons entre nous est presque imperturbable. Malgré les moments plus difficiles que nous pouvons vivre à deux, c’est l’amour qui fait que nous passons à travers ces moments plus difficiles. Dans certains cas, c’est quand nous mettons notre amour à l’épreuve qu’il se solidifie. Plusieurs personnes pourraient nous compter leur histoire. 

Est-ce qu’il a quelque chose de plus important que l’amour que nous avons pour nos enfants, pour nos petits enfants encore plus. Il est impensable les émotions que nous vivons tous quand on nous dépose dans nos bras, nos petits-enfants. Je toujours rie de mes amis qui m’expliquait ce qu’il avait ressenti lorsqu’il prenait leurs petits-enfants. Je leur disais, bien voyons donc, ce n’est juste pas un bébé.  Mais je dois m’excuser auprès de mes amis, j’ai fondu en larme, lorsque mon fils m’a mis dans les bras ma première petite-fille. J’ai compris, grâce à elle, ce que l’amour inconditionnel voulait dire. Une si petite fille à peine que quelques jours qui venait de me demander est-ce que tu vas m’aimer papi?

Est-ce que j’ai bien représenté pour vous l’amour, dans les exemples précédents, je suis certains que vous vous êtes tous reconnus dans ces exemples. Maintenant que faisons-nous pour entretenir cet amour, ou comment faisons-nous si nous avons un manque d’amour. Comme expliqué plus tôt, l’amour passe par la confiance et l’estime de soi. Pour ceux qui manquent cette estime, comment fait-on pour en avoir.

D’où vient l’estime de soi?

L’estime de soi est grandement influencée par les expériences de vie d’une personne. Les premières expériences d’une personne sont celles qui auront le plus d’impact dans le développement de l’estime de soi. Rappelions-nous nos premiers oraux à l’école tout le stress que nous vivions intérieurement avant de prendre la parole devant un groupe, pourtant dans la cour d’école nous étions capables d’avoir des discussions avec des amis, sans y vivre un stress. Nous ne voulions pas manquer notre coup.

Par exemple, le regard que les parents d’un jeune et celui que les autres personnes importantes à ses yeux porteront sur lui, tout comme les paroles qu’ils échangeront constituent la base de l’estime de soi. Aussi, les résultats scolaires, la performance dans les activités sportives ou artistiques influencent la perception de soi. Nous venons d’une génération où les marques d’affection étaient plutôt rares. Combien de jeunes n’ont jamais senti l’amour de leurs parents à leur égard! Combien de pères ont osé dire à leurs enfants qui les aimaient, ou leur témoignaient une preuve d’affection!

Certaines expériences, comme les critiques à répétition, l’intimidation, les abus physiques, sexuels ou moraux et le fait d’être ignoré, contribuent à l’établissement et au maintien d’une faible estime de soi, tandis que les marques d’affection, la reconnaissance des succès, les marques d’encouragement favorisent le développement d’un regard positif et d’une saine estime de soi. Lorsque nous sommes constamment valorisés, notre estime de soi se développe d’une façon impressionnante. 

Quelle est l’utilité de l’estime de soi?

 Aide à se réaliser comme être humain, à atteindre des objectifs, à concrétiser des rêves

  • Permets de se respecter soi-même et de se faire respecter : il est plus facile de s’affirmer
  • Facilite les relations interpersonnelles, notamment puisqu’on ne se sent ni supérieur ni inférieur aux autres
  • Aide à persévérer et à trouver des solutions pour atteindre le succès et affronter l’adversité
  • Permets de voir et d’accepter ses forces et ses faiblesses
  • Permets de ne pas s’effondrer à la moindre erreur ou de ne pas déployer trop d’énergie pour en éviter une à tout prix

Quelles sont les répercussions d’une faible estime de soi?

 Perfectionnisme et attentes trop élevées envers soi-même

  • Développement de comportements ou d’attitudes pour cacher sa faible estime de soi
  • Peur de prendre des risques, d’être rejeté
  • Anxiété liée à la crainte de l’échec
  • Jalousie ou envie
  • Difficulté à accueillir la rétroaction qu’elle soit positive ou négative
  • Impression de ne pas mériter l’amour des autres
  • Comparaison fréquente aux autres
  • Difficulté à se laisser aimer puisqu’il y a un manque d’amour de soi

La bonne nouvelle, c’est que l’estime de soi n’est pas statique : elle fluctue au fil des expériences et peut être développée. Elle tire profit des relations personnelles positives que l’on entretient et du sentiment de réussite.

 Trucs et astuces pour travailler son estime de soi

  • Félicite-toi pour tous tes petits succès
  • Pense aux personnes qui t’apprécient lorsque tu as l’impression que l’on ne t’aime pas
  • Cultive des pensées positives et évite l’autocritique trop sévère
  • Visualise-toi en train de réussir ce que tu crains d’échouer
  • Fixe-toi des attentes et des objectifs réalistes
  • Visualise les gens qui te félicitent, toi en premier 
  • Accueille les compliments, peu importe qui te les dit

Comme énumérer plus haut ont été trouver sur le site du Collège de Rosemont, je cherchais pourquoi un collège écrivait ce genre d’article sur son site internet. J’ai bien compris que lorsque  nous arrivons au niveau collégiales plusieurs jeunes sont déracinés, change complètement de groupe. Doivent se refaire des amis, et doivent souvent changer de région aller étudier loin de la maison. Voilà pourquoi je pense qu’il est important de comprendre d’ou ça vient, l’utilité et les répercussions et nous terminons avec des trucs et astuces. Vous comprendrez que ma recherche pour vous outiller à améliorer votre estime de soi est plus pour vous donner le plus de sentiment d’amour envers vous.

J’espère que cet article puisse aider des gens qui souffrent d’un manque d’amour. Ce n’est pas une recette facile à faire parce qu’elle vous demande d’aller en devant de vous et de changer votre perception que vous avez de vous-même. Je n’ai jamais connu de personne qui ne mérite pas l’amour des autres, il faut souvent aller la chercher, la provoquer, mais surtout quand vous l’avez il faut l’entretenir.

Prenez du temps pour vous aimer, aimer les autres, votre conjoint, vos enfants et vos petits enfants et les amis. En terminant, je vous aime et je m’aime. Bonne Saint-Valentin à tous.

La persévérance olympique

La persévérance olympique

Depuis quelques jours, nous avons la chance de voir les athlètes du monde qui ont travaillé plusieurs années, venir nous présenter leurs performances. À chaque fois, que j’ai la chance de regarder et de faire des recherches sur nos athlètes, je suis toujours surpris de voir la ténacité, le courage qu’ils ont eu de se priver d’un paquet de choses, pour prioriser l’entrainement pour atteindre leur rêve ultime et une participation aux olympiques.

En tant qu’individus, nous sommes certes les acteurs d’un quotidien fait de défis et de remises en question, mais cela n’empêche nullementla quête de l’évolution personnelle, qui est d’ailleurs quasi naturelle. Après tout, nous cherchons tous à nous améliorer matériellement, physiquement ou psychologiquement, malgré les obstacles qui nous font face. Selon vous sommes-nous plus persévérants que nos athlètes?

Autant pour les athlètes, les entrepreneurs et toutes les personnes que nous sommes confrontés à certains problèmes, c’est que certaines barrières psychologiques bien présentes semblent limiter notre capacité à exprimer toute l’étendue de notre potentiel. Sachant cela, il devient plus difficile de cerner comment créer les conditions gagnantes et ne surtout pas baisser les bras si des déceptions apparaissent le long du chemin. Faisons comme nos athlètes qui n’atteignent pas toujours leurs objectifs et qui n’abandonnent jamais.

Si tous nos rêves sont atteignables, il est évident qu’il faut y travailler et que nos aspirations se doivent de rester dans le domaine du « raisonnable » la persévérance est une valeur fondée sur un principe simple : rester en contact avec nos émotions, nos désirs et en prenant conscience de notre potentiel, nous pourrons accomplir de grandes choses. L’autre élément qui est important dans la persévérance est de maintenir le cap de l’objectif et peut importe les émotions qui remettra en question notre persévérance, prenons exemple sur nos athlètes qui sont selon moi les meilleurs modèles de persévérances.

La persévérance inclut la notion d’apprentissage. Elle représente par conséquent une aptitude à tirer le meilleur de l’échec et non à s’y arrêter. La première chose à comprendre, c’est donc que la persévérance est une des clés de la connaissance de soi. Elle nous permet de conserver l’espoir, d’entretenir notre motivation et de maintenir nos objectifs comme but à atteindre.

La persévérance, c’est justement cette aptitude à relativiser ce qui nous arrive, afin de pouvoir y voir une source d’enrichissement personnel, la découverte d’une de nos limites, permettant de nous renforcer. Quoi qu’il puisse arriver, nous devrons y faire face, alors autant faire preuve de détermination à franchir l’obstacle que de le fuir au premier accroc. Plus la tâche accomplie est ardue, plus la satisfaction qui lui est liée est forte.

Je suis toujours impressionné de voir que toutes les heures d’entrainements, de sacrifices et de blessures sont vécues pour donner la performance de votre vie, à une journée précise et une heure donnée. Et dans bien des cas, la performance est de courte durée, le médaillé d’or aux olympique au 100 mètres va faire cela en bas de 10 secondes. Tant d’effort pour les 10 secondes les plus importantes de sa vie.  Est-ce que l’on se rappelle de celui qui a terminé 2e ou 3e, pourtant ils ont mis la même persévérance olympique dans le travail pour atteindre leur rêve qui ne se réalisera pas.  Souvent, le lendemain, il se remet au travail pour essayer d’être des prochains Olympiques.

Hier j’ai eu beaucoup de compassion pour Justine Dufour-Lapointe, qui a chuté après son premier saut aux bosses. Tout le Canada était en choc, moi-même j’ai laissé échapper un sacre dans mon salon. Mais j’ai partagé sa réflexion pour continuer de terminer sa descente. « Au-delà de la victoire, au-delà des mauvaises journées comme aujourd’hui, la seule chose qui compte est de ne jamais abandonner » c’est ce qui la plus motivée à terminer sa descente après une chute en finale des bosses. Pour moi cela est la plus le bel exemple de persévérance olympique.

Nous, toutes les autres personnes, aurions-nous la persévérance aussi présente lorsque nous sommes confrontés à une épreuve. J’ai tellement d’exemples de personne qui a abandonné après une jambette qui retardait leurs objectifs. Ou de donner raison à des gens qui veulent les aider en leur disant qu’ils n’ont pas les qualités nécessaires pour réaliser leur projet.  Pensez que vous que nos athlètes, n’ont pas connu de telles personnes, de telles épreuves. Quelle différence a-t-il entre nos athlètes et nous.  Rien que nous pouvons tous développer une persévérance olympique, il faut simplement mettre les mêmes efforts que ces personnes qui se consacrent pendant des années pour leurs 10 secondes les plus importantes ou la descente des bosses qui vous marquera pour le reste de votre vie.

Une seule question reste alors en suspens : allons-nous oser sortir de notre zone de confort et démontrer notre volonté d’amélioration ou allons-nous nous cacher derrière nos peurs et laisser les opportunités nous filer entre les doigts ? Normalement l’être humain doit se motiver pour sortir de sa zone de confort, les mains moites, chaudes ou froides, les sueurs sur notre front, le visage qui nous rougit, etc. sont des sensations qui ne sont pas très intéressantes à vivre, mais que lorsque nous les surpassons le degré de satisfaction est immense.

Pour cette infolettre, j’ai voulu rendre hommage à tous ces hommes et femmes qui portent les couleurs de notre pays, et qui ont travaillé tellement fort pour atteindre leurs objectifs. Il y aura plus de perdants que de gagnant. Mais le lendemain la majorité de ces personnes se remettront au travail. Alors avez vous la persévérance olympique qui font de vous de meilleures personnes.  Je veux que cette semaine, vous vous dépassiez dans quelque chose, fixez-vous un objectif, réservez une plage horaire dans votre agenda pour réaliser votre exercice sur la persévérance. Après avoir réussi, payez-vous une gâterie, une crème glacée, un massage, etc..

Vous êtes la seule personne à pouvoir le décider ! Et si vous atteignez votre objectif, payez-vous une médaille d’or.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

L’Équilibre

Cette semaine, je voulais prendre le temps de vous entretenir sur l’équilibre. En revisitant un article écrit en 2019, je me suis conscientisé à ce que nous manquons tous d’équilibre dans nos vies. La vitesse foudroyante auquel nos vies se déroulent nous fait réaliser que de lundi à vendredi cela se passe comme une fusée. Pour d’autres leurs semaines de travail se déroulent tellement lentement qu’ils ont l’impression qu’elles s’éternisent. Pour moi, ces deux comparaisons, ce sont l’effet même de l’amour que nous portons à notre travail.  Si vous aimez votre emploi, vous allez voir les journées passées sans vous rendre compte que votre semaine, eh bien elle est terminée.  Les gens qui ont de la difficulté à aimer leur emploi ou sont rendus à espérer trouver quelque chose de mieux, un nouveau défi à relever, trouvent que leurs semaines sont interminables.  Est-ce possible d’avoir de l’équilibre dans notre travail. 

Nous sommes tous à la recherche de l’équilibre dans nos vies. Personne n’est à l’abri d’un déraillement.  J’en suis le plus bel exemple. Quand je m’implique dans une cause, je m’y mets de toute mon âme.  Je ne regarde pas le temps que j’y mets, je suis inconscient des choses que je tasse.  Beaucoup de gens à qui je dis une tâche, un dossier, une chose à la fois rient de moi, car ce sont souvent des femmes qui, elles, ont l’habitude de gérer plusieurs dossiers en même temps. Suis-je le seul à vivre ça ?

Eh bien, non. Après plusieurs discussions, je me suis rendu compte que plusieurs de mes connaissances vivaient la même problématique. Alors j’ai décidé de faire une petite recherche sur le sujet et voici ce que j’ai découvert.

La recherche a désormais prouvé que vous ne pouvez, en aucun cas, faire plusieurs tâches à la fois, c’est-à-dire vous concentrer consciemment sur plus d’une chose en même temps ; et si vous tentez de le faire, cela affecte considérablement vos performances.

Si votre tête est votre unique système de classement, vous forcerez votre cerveau à travailler en multitâches, ce qui est psychologiquement impossible, en plus d’être une terrible source de stress. Cependant, si vous avez instauré des pratiques pour mettre en attente des éléments, votre attention peut se transférer totalement d’un élément au suivant et retourner à un autre dossier. Comment arrivons-nous à changer notre centre d’attention d’un sujet à l’autre ?

Ce que mes recherches m’ont appris c’est que l’être humain a besoin de changer de dossier quand un sujet lui demande de faire des choses qu’il aime moins. La grande erreur que nous faisons tous, les dossiers sur lesquels nous avons le moins d’intérêts sont les dossiers qui traînent le plus longtemps sur nos bureaux.  Il faut apprendre à se connaître pour savoir à quelle période de la journée nous sommes le plus productifs, et prioriser durant cette période où nous sommes performants les dossiers sur lesquels notre intérêt est moindre.  Lors d’une prochaine infolettre, je vous parlerai d’une méthode que je tente de mettre en place pour m’aider à trouver un équilibre dans ma vie.

Souvent, les gens qui nous entourent viennent changer nos priorités en nous demandant notre avis, notre expertise, etc.  Ces moments d’interruption qui nous arrivent nous obligent à faire un arrêt dans le travail que nous faisons actuellement.  Il y a quelques années, j’avais donné comme directive que si ma porte de bureau est fermée, cela signifie de ne pas me déranger pour rien sauf une urgence. Je me suis rendu compte que pour tout un chacun le mot urgence ne veut pas dire la même chose.

En définitive, pour savoir si vous devez suspendre votre tâche présente au profit d’une autre, il vous faudra avoir une conception claire de toutes les casquettes que vous portez. La seule façon d’y arriver est d’évaluer votre vie matérielle de façon réfléchie en fonction de multiples responsabilités. 

Pour moi, l’équilibre est de prendre du temps pour moi selon mes besoins personnels au moment présent ou j’en sens le besoin. Je vous recommande de vous réserver des périodes dans votre agenda, de moment pour vous. Vous pourriez lire, écouter de la musique, aller prendre une marche à l’extérieur, aller vous faire masser. Il est primordial pour notre santé mentale, de faire des choses pour nous. Alors je vous lance un défi, inscrivez dans votre agenda des moments pour vous sur lequel vous allez vous faire plaisir. Vous allez réaliser que cette période sera très bénéfique pour votre moi intérieur.

Étant plus jeune, je me rappelle de voir dans mon quartier, tous les samedis matins, les mêmes grands-mamans se rendent au salon de coiffure pour aller se faire coiffer pour être belle, j’imagine, pour leur homme, ou pour aller à la messe le lendemain matin.  Mais une chose est certaine que ces femmes prenaient chaque samedi matin, du temps pour elles. Avait-elle moins de travail que maintenant, non c’était différent, elles s’assoyaient et se laisser gâter.

Je comprends que cette définition ne puisse s’appliquer à tous les gens. Je vous invite à trouver votre équilibre personnel et professionnel, mais surtout mettez-vous en action. Valorisez ces moments privilégiés ou vous allez à la rencontre de votre moi-intérieur, je suis assuré que vous allez découvrir une personne impressionnante qui est agréable à côtoyer et à s’en faire un ami.

En terminant, cette semaine, nous sommes dans la semaine de la prévention du suicide, je trouve que leur publicité est bien choisie et si t’en parlais, pour ceux qui se sentent dans le besoin de communiquer 1-866-APPELLE. 

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Comment affronter vos peurs?

Pour bien répondre à cette question, j’ai fait des recherches et deux articles ont retenu mon attention, une sur le Huffington Post et l’autre sur le site réussirmavie.net. Quand les sources de mes articles ne viennent pas de moi, je suis honnête en donnant le crédit du fond de mon blogue à la bonne source. Mais la question était bonne et les réponses que j’ai trouvées dans mes recherches m’orientaient dans tous les sens. J’ai choisi ces deux orientations.

Il ne s’agit donc pas d’ignorer nos peurs, mais d’avancer avec elles et d’aller de l’avant sans se laisser paralyser. Les gens qui affrontent leurs peurs se placent dans une zone d’inconfort, mais découvrent une force intérieure qui leur donne le courage de ne pas laisser leurs peurs, les empêcher d’avancer dans la vie.

Le vrai courage est bien de tenir ce qu’on a décidé de faire, avec sa peur. Il faut que cette peur vous accompagne dans le dépassement de soi. Ne laissez jamais personne vous dire que vous êtes un lâche, un peureux ou un craintif, mais accepter qu’il soit possible que nous ne soyons pas tous à la même place au même moment.

Plutôt que de fuir, invitez votre peur et regardez-la en face. Au fait, savez-vous reconnaître les signaux corporels qui indiquent l’arrivée de cette invitée indésirable ? Gorge qui se serre, boule au ventre, cœur qui bat, mains moites, maux de tête… Chacun a ses alertes personnelles qu’il est utile de connaitre. 

Mais au lieu de chercher à chasser ce mal-être, par exemple en allant faire la fête ou en rentrant dans votre coquille, acceptez de rester un peu avec vous-même : vous avez peur, oui, mais de quoi exactement ? Que craignez-vous ? Et d’où vous vient cette crainte ? Il n’est pas toujours aisé de le savoir, car nos peurs les plus profondes viendraient de traumatismes vécus dans l’enfance et même dès le ventre de votre mère. 

Combien sont ceux, d’entre vous qui avez vécu un traumatisme et qui après avez du affronter votre peur, pour la chasser de votre vécu. Est-ce que le fait d’affronter cette peur fais qu’à partir de ce moment, elle sera oubliée, non vous avez trouvé une façon d’affronter une réaction suite à un traumatisme. Vous avez appris à vivre avec sans qu’elle hypothèque votre vie.

En général, nous avons peur d’une chose qui n’est pas encore là, mais que nous craignons par avance. Certains sont maîtres dans l’art d’imaginer le pire et de décupler ainsi leur angoisse. Et l’on peut dépenser une énergie folle à se faire peur et à fuir les situations qui nous angoissent. 

Plutôt que de nous projeter dans l’avenir, revenons au présent. Il comporte certes une part d’incertitude, mais nous laisse aussi une grande latitude pour agir positivement. Plutôt que de craindre toujours nos réactions face à la peur, apprenons à l’apprivoiser.

Pour grandir en courage, pas besoin donc d’être un Rambo ou une Superwoman : exerçons-nous à poser de petits actes, à affronter de nouvelles peurs, fixons-nous de petits « challenges-courage » qui nous aident à progresser et exerçons-nous, surtout, à être fidèle à nos valeurs dans les choix de la vie. 

« Les grands héros ne sont pas forcément des gens plus courageux que les autres au départ, mais le don de leur vie est orienté par tous leurs petits actes de courage quotidiens et, finalement,  il devient naturel pour eux d’affronter leurs peurs. 

Je n’ai pas de baguette magique, mais une conviction: la peur n’aime pas la lumière. Alors si on s’entraîne à rallumer sa lumière intérieure, on apprivoise ses peurs. Pour y parvenir, voici concrètement comment l’auteur de l’article dans le Huffington Post s’y prend. Il ne dit pas qu’il n’a plus jamais peur de rien, mais ces neuf actions éclairent ces journées, illuminent son chemin et éclaircissent son avenir. Il vous invite en partageant ces neuf pistes de solution pour affronter vos peurs.

1. Je mesure ma peur en lui donnant un niveau sur une échelle de 1 à 10. Cela me permet de relativiser, parce que souvent je me rends compte que mes peurs ne sont pas si immenses que ma petite voix intérieure veut bien me le laisser le croire.

2. Je l’accepte, parce qu’il ne sert à rien de l’ignorer ou de la rejeter. Au contraire, je lui propose un face-à-face, je la regarde droit dans les yeux d’homme à homme.

3. Je lui parle, je lui dis d’arrêter tout de suite. Le dire dans sa tête est tout aussi efficace.

4. Je lui écris. C’est le meilleur antidote pour chaque peur, à chaque fois qu’elle arrive, qu’elle revient. Je fais un tableau à 2 colonnes, avec ma peur et la date, puis des croix qui correspondent au nombre de fois où la peur revient me hanter. J’ajoute souvent une 3e colonne pour inscrire ma récompense si je la dépasse haut la main.

5. Je la piège en faisant une activité « défoule-peur », par exemple je pars marcher dans la forêt ou dans la ville ou j’écoute de la musique en volume maximum, apaisante ou pas. Si je fais les deux en même temps, marcher en écoutant de la musique, la peur quelquefois disparaît.

7. Je fais la liste de tout ce que j’ai le courage de faire et/ou ce que j’ai eu le courage de faire.

8. Je respire lentement et profondément en fermant les yeux, en visualisant un moment, une image qui me fait un bien fou et je pose ma main sur mon diaphragme.

9. Je tends la main à ceux qui ont bien plus de raisons d’avoir peur que moi. Ça efface les miennes, ça apaise les leurs, c’est gagnant-gagnant.

C’est neuf actions, ne règleront pas toutes vos peurs, mais ce sont des gestes que l’on peut tous poser, pour tranquillement apprivoiser nos peurs.  Toutes les personnes ont des peurs, certaines banales, d’autres qui vont demander plus d’effort à chacun. Mais la chose qui m’a toujours impressionné est la sensation ressentie lorsque nous affrontons cette peur qui pollue notre vie. Trop souvent, nous laissons ces peurs, prendre le contrôle de notre vie. Il ne faut pas fuir nos peurs, il faut les affronter et vous allez voir grandir en vous un sentiment d’estime de soi, beaucoup plus grand.

Peur de ne pas y arriver, de décider de sauter le pas, de dire non, de bouger, de changer, de rester, de foncer, de lâcher… Peur du lendemain, du vide, de son ombre, des autres… et si en 2022, on se donnait les moyens d’arrêter de se freiner, de se ralentir, de se bloquer et de se polluer?

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

La doute, la peur!

Faisant suite à mes derniers blogues, je voulais vous entretenir sur les marches de l’escalier, sur les paliers que vous allez rencontrer durant votre chemin vers l’atteinte de vos buts et vos objectifs. J’ai toujours pensé que lorsque nous écrivons nos rêves, nos buts, nos objectifs, on n’oublie toujours une partie importante, la période du doute et des peurs. Prenez note que toute route est parsemée de courbe, de nid de poule et d’imperfection. Tout entrepreneur vous le diront que si aujourd’hui, ils sont rendus au sommet, c’est grâce à leur imperfection de leur chemin qu’ils ont traversé et la détermination qu’ils ont mise en place pour atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixé, qui étaient plus grand que le découragement, que le doute et la peur. 

Je compare souvent ce chemin d’imperfection, au sport, il faut beaucoup de défaites pour devenir un gagnant. C’est dans la défaite que nous apprenons comment devenir un champion. Chaque défaite, chaque doute, chaque peur nous reconfirment notre désir de prioriser nos buts et nos objectifs. Certains me demanderont est-ce normal d’avoir des doutes et des peurs, je vous répondrais oui, il est logique d’avoir des doutes et des peurs. Ce qui est anormal est de leur donner toute la place, de faire en sorte que ces doutes et ces peurs vont vous faire dévier de votre route. Il faut apprendre a affronter ces doutes et ces peurs en les nommant par leur nom, en leur disant qu’il n’auront pas raison sur vous, que votre chemin vers la victoire est la seule vision que vous avez, et qu’il veut vous faire dévier, ils devront se mettre en gang, car seul il n’y arriverait pas.  Je sais que pour certains d’entre vous, il est plus facile à le dire qu’à le faire, je vous invite à écouter des conférences sur YouTube de grandes personnalités qui vous racontent leur histoire, pour comprendre que chacun d’entre eux, on connu leur doute, leur peur.

J’aurais tellement d’exemples à vous mentionner, mais je préfèrerais que vous les découvriez vous-même. Je vous invite lorsque vous avez des moments de doutes et de peur, d’aller sur YouTube et de faire une recherche sur des histoires de personnes qui sont pour vous des personnes qui ont  réussi leur vie. J’écoute souvent des entrevues avec des hommes et des femmes qui ont décidé de prendre leur destinée en main et qui ont fait des changements très radicaux, pour vivre leurs rêves, leurs buts et réaliser l’objectif qu’ils ont dans leur tête depuis très longtemps. J’ai beaucoup de reconnaissance pour ces gens qui ce mettre sur le chemin de leur rêve, que ceux qui y ont toujours rêvé et qui lors de leur dernière étape sur cette terre auront le regret de dire j’aurais dont dû. Personnellement, je souhaite dire lors de cette dernière étape, tout ce que j’ai voulu, je l’ai réussi ou au moins je l’ai essayé. 

Pour moi, un des très grands inventeurs est Thomas Edison, qui a inventé l’ampoule électrique, après plusieurs tentatives, de doutes et de peurs, alors qu’il a réussi à faire fonctionné l’ampoule, il a dit ceci qui encore aujourd’hui une grande vérité pour moi, sur la façon de voir les buts et les objectifs; « Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. » Souvent les gens, lui disait qu’il n’y arriverait jamais et c’était la réponse qu’il leur donnait.  Je vous recommande souvent dans vos moments de doute et de peur, d’aller sur internet et chercher de vidéos, des citations qui vous remettront dans le chemin de la victoire. Vous comprendrez aussi en faisant une recherche sur Edison, qu’il a dit des  citations qui sont des bijoux que je garde dans mon livre de note. « Je ne suis pas découragé, car tout nouvel échec constitue un pas de plus vers la victoire. » Cette citation est pour moi est la plus vraie de toutes, chaque fois que vous aurez une défaite, une jambette, que vous tomberez dans un nid de poule, dites-vous cette citation, remettez-vous au travail.

Souvent ces périodes, nous arrivent lorsque nous avons une baisse d’estime de soi, lorsque nous laissons entrer dans notre bulle, ce doute ou cette peur. J’aime beaucoup avoir ces périodes qui m’arrivent, car elles sont pour moi, un moment où je reconfirme, ma détermination, mon désir de réussir. Je ne souhaite jamais redevenir l’enfant que j’étais qui lorsque ces choses là m’arrivaient je me disais, ils sont plus vieux que moi, ils ont plus d’expérience et ils ont surement raison. Et là mon rêve était anéanti, je croyais ce que ces gens me disaient. Je les appelle mes tueurs de rêves, nous en avons tous, chacun d’entre nous, ils n’ont pas tous les mêmes rôles, mais nous avons tous connu durant notre parcours ce genre de personne qui osent se prétendent des amis.

Le doute et la peur sont des sensations normales que nous avons vécues et que vous vivront encore plusieurs fois. Il n’en demeure qu’à nous de leur réserver une place de choix au-devant de la salle ou dans le fond du troisième balcon. Je vous recommande que ces doutes et ces peurs deviennent  des leitmotivs, pour vous. Cette motivation vous fera grandir plus vite et fera que lorsque vous arriverez au sommet le degré de satisfaction que vous ressentirez sera plus extraordinaire. J’ai vécu des moments très particuliers, des défaites crève-cœur, des victoires de championnat et entre les deux, j’aime beaucoup beaucoup mieux les émotions vécues lors de victoire de championnat. J’ai confiance en vous, prendre conscience que le chemin vers la réussite va être parsemé de doute et de peurs est normal, mais ne laisser pas ces doutes et ces peurs, vous faire descendre l’escalier, parce que rien de plus difficile que de remonter, car l’effort devra être redoublé pour reprendre la marche ou nous étions. Pour ceux qui sont sur le chemin d’un but ou d’un objectif, vous savez comment vous avez dû travailler fort pour vous  y rendre ou vous êtes, ne laisser rien, même les doutes et les peurs de faire que vous allez recommencer tout ça.

Ayez confiance en vous et vos capacités, mois je suis comme Edison; « Si nous faisions tout ce que nous sommes capables de faire, nous en serions impressionnés. »

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Atteindre vos buts et objectifs!

Je veux me consacrer dans ce blogue à vous aider à atteindre vos buts et objectifs pour 2022. Cette année comme mentionnée la semaine dernière qui sera une année exceptionnelle. Chaque mois de janvier, je me fixe des buts, des objectifs et qui me guideront tout au long de l’année. Pour m’assurer de ne pas les oublier, je prends le temps de les écrire sur un bout de papier. Je le mets à ma vue dans un endroit que je peux les consulter régulièrement. Le fait de l’avoir constamment sous les yeux fait en sorte que je n’oublie pas mes buts et objectifs. Je vous invite à vous limiter en nombre d’objectifs, lors de mes débuts, je m’imposais tellement de buts dans divers domaines que je voulais améliorer. Que lorsque le mois de juin arrivait voyant ou j’étais rendu, je me mettais à paniquer, parce que je ne voyais pas comment je pourrais réussir à atteindre mes objectifs! Alors, prenez le temps de vous fixer un maximum de trois objectifs, ils peuvent être personnel, professionnel ou relationnel. Et si vous en êtes capables, prenez le temps de vous définir un échéancier de la date que vous aimeriez avoir atteint vos buts.

Un coup avec les buts et les objectifs définis, il faut prendre le temps de déterminer ce que vous devez mettre en place pour réussir à atteindre vos buts et objectifs. Comment nous pouvons déterminer le chemin qu’il nous faudra prendre pour arriver à nos fins. C’est très simple, il faut être honnête avec soi-même et se dire les vraies affaires. Si vos buts et objectifs sont relatifs à la perte de poids, ce que nous voyons beaucoup en début d’année. Après le temps des fêtes, où nous avons profité pour dépasser les limites en termes de nourriture. Nous sortons de cette période avec quelques livres en trop, un estomac qui a besoin que l’on prenne de lui. Alors vous décidez de vous fixer un but de nombre de livres à perdre. Comment réussirons-nous à atteindre notre but, personnellement j’ai compris très tard que le mot régime est un mot négatif, on nous parle de privation, de couper certains produits de notre alimentation.  Les coachs en alimentations nous parlent constamment de changer notre façon de s’alimenter avec des aliments sains. Facile à dire, mais les gens qui comme moi ont toujours eu un problème de poids savent de quoi je parle.  Alors pour ceux qui voudront atteindre leurs buts et objectifs, prenez le temps de déterminer quel sera le chemin qu’il faudra que vous preniez pour réussir votre défi.

Pour m’assurer que vous comprenez bien votre objectif de déterminer le chemin pour atteindre vos buts et objectifs. Je le représente souvent comme une image d’un escalier, pour aller au deuxième étage, vous devez monter marche par marche, vous seul déterminerez le temps que vous devrez passer sur chaque marche pour atteindre le deuxième étage. Si je garde l’exemple de la perte de poids, il faut déterminer que dans notre escalier une marche pourrait représenter des repas, des aliments, des sortes de nourritures, des liquides, aussi dans un grand escalier il a des fois des paliers, qui pourrait être d’inclure de l’activité physique, des distances, des styles d’exercices, marches, courses. 

Aussi souvent durant notre chemin vers la réussite, nous avons des moments de déprimes, ou les résultats ne sont pas aussi rapides que nous le souhaitons. Alors vient une petite déprime, comme le déprime saisonnière, moi elle m’arrive toujours en février, pourtant le mois le plus court qui me parait le plus long. Je vous invite à vous trouver un groupe de discussion de soutient, ça pourrait être des amis, mais des vrais des gens qui ne vous diront pas ce que vous voulez entendre, mais des gens qui vont vous motiver à continuer votre chemin et vous donnera espoir.  Je prends souvent l’exemple des entrepreneurs que j’ai rencontrés dans ma vie qui avait des rêves d’entreprise et quand ils informaient leurs parents, leurs proches, ils leur brisaient leurs rêves en leur donnant d’exemples de connaissances qui avaient tout perdu. Ces entrepreneurs s’attendaient à ce que leurs proches soient derrière eux et les encouragent. Pour moi cela n’est pas de vrais amis, les vrais amis ce sont ceux qui vont vous supporter dans vos buts et objectifs. Qui vont vous dire si tu as un moment de déprime, appelle-moi ne laisse pas tomber sans que l’on se parle. Alors je vous offre mon soutient, si vous n’avez pas de ce genre de personne auprès de vous. N’hésitez pas à me contacter et il me fera plaisir de vous écouter et de vous conseiller à continuer.  

Un des points importants que vous devez vous assurer pour réussir à atteindre vos buts et objectifs est de vous récompenser lorsque vous réussissez à monter une marche ou vous atteindrez une étape dans le chemin qui vous mènera à votre rêve. Trop de fois j’ai vu des gens faire des efforts importants et qui n’avaient jamais de moment de récompense sur le chemin de la victoire. J’ai déjà entrainé des équipes juniors et pour atteindre le sommet du classement et gagner le championnat, il fallait des moments victorieux et des périodes plus difficiles qui nous permettaient de nous remettre le travail sur la table et de travailler de plus en plus fort. C’est grâce à mes formations comme entraineur que j’ai appris à faire de la planification. Le point important est de connaître l’objectif final et de connaître dans le temps le moment ou nous voulons que nos athlètes soient à leur maximum de leur capacité pour offrir la meilleure performance. 

Je vous invite à écrire vos buts et objectifs, de définir le moment dans l’année où vous aimeriez les avoir atteints soit un mois ou une saison. Et de déterminer ce que vous devez faire pour réussir votre but et objectif. Je recommande aux gens de le diviser en semaine ou mois, selon le délai de temps que vous vous êtes fixé. En terminant, je vous recommande d’avoir des buts ou des objectifs difficilement atteignables, qui vont nécessiter des efforts de votre part. Comme je vous l’ai déjà mentionné pour moi, un objectif facilement atteignable n’est pas un objectif. La satisfaction que vous éprouverez lors de votre réussite sera à la hauteur des efforts que vous aurez mis dans l’atteinte de vos buts et objectifs.

Je vous lance ce défi, prenez du temps pour vous et donnez vous la chance que 2022, soit vraiment une année exceptionnelle.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Bienvenue 2022 !

Bienvenue 2022 !

Voici mon premier blogue pour 2022, suite à mon texte de la semaine dernière où je vous invitais à vous fixer des objectifs pour cette année qui commence. Je me suis posé la bonne question, comment devrions-nous souhaiter la bienvenue à cette nouvelle année, qui débute d’une drôle de façon. Mais pas d’une façon inconnu pour nous, il ne faut pas aller puiser bien loin, pour savoir comment nous devrions souhaiter une bonne année à 2022. Cela fait quelques jours, que je réfléchis sur la façon de souhaiter bienvenue à cette année.

Je veux souhaiter la bienvenue à cette année, comme si j’invitais quelqu’un d’important à venir souper chez nous. Je m’assurerais que tout soit le plus propre possible, je m’appliquerais à faire un repas des plus copieux, digne d’un grand chef. J’irais à la SAQ, pour demander au conseiller de me suggérer des vins qui iront super bien avec le repas.  Je passerais à une pâtisserie pour choisir un dessert de qualité. Je veux que pour mon invité cette soirée soit des plus mémorable. Puis-je faire la même chose pour 2022?

Rappelez-vous quand vous étiez jeune, nos parents nous achetaient des vêtements neufs pour la rentrée scolaire, quel était l’objectif de nos parents. La fierté de voir ces enfants bien vêtus ou de faire croire à nos enseignants que nous n’étions pas des petits diables.  Rappelons-nous quand nous nous faisions garder et que nos parents avant de quitter pour leur soirée, nous disaient soyez gentils avec la gardienne, montrez-y pas que vous êtes de petits tannants. Puis-je faire la même chose avec 2022?

Combien sont ceux d’entre-vous qui lors d’une première rencontre avec une blonde ou un chum. Vous vous êtes montrés sur vos plus beaux atouts. Vous êtes arrivé à l’heure, apporter des fleurs, vous avez montré que le bon côté de vous-même.  Lors d’une première nuit avec votre amoureuse ou votre amoureux, avez-vous été à la hauteur des attentes des deux parties? Puis-je faire la même chose avec 2022?

Qui se reconnaîtras parmi vous, que lors de la naissance de votre bébé, vous le montrer à tout le monde. Vous avez donné naissance au plus beau bébé du monde, le vôtre. Aujourd’hui avec les téléphones intelligents, on les diffuse les photos de nos bébés comme étant les êtres les plus beaux. Je me rappelle la photo des un an de mon fils, nous nous sommes assurés qu’il soit bien vêtu et très bien peigné. Puis-je faire la même chose avec 2022?

Une dernière question, quand vous avez passé des entrevues pour des emplois, avez-vous montré vos qualités plus que vous défauts? Comment étiez-vous habillé, jeans troués, T-shirt trop grand, cheveux sale et la barbe pas faite? Vous avez surement montré le bon côté de vous-même, sinon vous seriez encore en recherche d’emplois. Puis-je faire la même chose avec 2022?

J’aimerais souhaiter que 2022, nous voit sous notre vrai jour, qu’elle prend conscience que nous sommes tannées des restrictions que cette pandémie nous impose. Je souhaiterais que 2022, apporte de la BIENVEILLANCE envers autrui. Sans faire activer une polémique concernant les vaccins pour ou contre, je veux que nous nous respections plus les uns envers les autres. Pourquoi avons-nous besoin d’un gouvernement qui décide pour nous comment nous devrions nous comporter en 2022. C’est peut-être parce que nous ne sommes pas assez brillants pour le faire par nous même.  

Je trouve que nous nous comportons comme des adolescents, nous trouvons excitant de défier les règles, aussitôt que l’on nous donne un pouce on prend un pied. Dans le fond, nous sommes d’éternelles enfants, qui jouissent de défier les règles. Mais sommes-nous prêts à en payer le prix? Le virus est plus intelligent que le petit doigt de ma mère qui arrivait toujours à connaître la vérité.  Je ne sais pas vers qu’elle âge que ce petit doigt devient vecteur de vérité, mais je sais que ma femme l’a. Que 2022, nous apporte la tolérance et la compassion.

Voici ce que j’aimerais que 2022 nous apporte, si je t’invite à souper chez nous, accepte que sa traine un peu, que le repas ne sera pas digne d’un grand chef, mais un bon pâté chinois réconforte mieux que tout. Aussi nous n’allons peut-être pas te servir un vin de qualité, un dessert digne des plus grands pâtissiers du monde, mais une chose est certaine, je vais te recevoir comme un ami avec qui j’ai le goût de passer une belle soirée. Que 2022, nous apporte la fraternité et l’entraide.

Voici ce que j’aimerais que 2022 nous apporte, lors de la rentrée scolaire, rien ne sert de porter des vêtements signés. L’éducation gratuite est un vœu pieux, éduquer ces enfants c’est une richesse pas juste en apprentissage, mais en coût. Que 2022, nous apporte de l’authenticité de ce que sont nos enfants. Mais les enfants sont le bien le plus précieux que j’ai et je demande à 2022, d’en prendre soin.

Voici ce que j’aimerais que 2022 nous apporte, des relations sincères, basées sur la confiance mutuelle. Nous donne le courage de passer à travers les épreuves de tous couples. De se faire confiance, pour établir ensemble nos paramètres personnels à nous deux. Même si des fois, nous ronflons, nous pétons et que nous ne baissons pas le siège de la toilette quand nous urinons.  Que 2022 nous apporte, l’amour et la résilience.

Voici ce que j’aimerais que 2022, nous apporte, des commentaires plus positifs de la part des journalistes, des posts plus constructifs sur les opinions de tout un chacun. Pourquoi avons-nous besoin de trouver un coupable québécois à une pandémie mondiale. Je sais que nos génies québécois sont puissants, mais là faut pas pousser trop fort.  J’invite tous ceux qui veulent contribuer à améliorer notre monde de se présenter aux prochaines élections et de mettre votre visage sur un poteau. J’ai hâte de voir comment vous allez vous comporter, lorsque vous serez devant vos pairs à répondre à leurs questions.  À partir de ce moment, vous aurez tout mon respect. Que 2022, nous apporte, du civisme et de la solidarité.

En terminant 2022, je me présente devant toi avec toute ma simplicité, mon audace et surtout tu as toute mon entière confiance et je souhaite que tu me fasses vivre une année exceptionnelle, qui me permettra de m’améliorer, de devenir une meilleure personne, un meilleur père, un meilleur mari, un meilleur patron, mais surtout 2022, je te demande de me donner la chance de démontrer de la BIENVEILLANCE envers mes pairs. Bienvenue 2022 ! 

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Le temps des fêtes, un temps d’arrêt!

Qui aurait dit que l’an passé, nous passerions des fêtes un peu comme l’an passé? Pour moi, j’étais certain que l’an passé serait le seul des fêtes loin des rassemblements avec plus que trois bulles familiales et maximum 10 personnes. Mais nous les Québécois, nous avons la résilience comme qualité. Nous sommes des êtres qui s’adaptent très bien aux directives qui nous sont imposées par le gouvernement.  Pourquoi sommes-nous tellement résilients? je crois que la peur d’attraper ce fichu est le virus est plus présent qu’on ne le croit. Aussi pour épargner les gens que nous aimons et qui font partie de la génération à risque.

Depuis deux ans, je profite de ce moment pour me ressourcer et faire le point sur ma vie, sur mon développement personnel et déterminer que seront mes objectifs pour l’année qui vient.  Je vous invite à faire la même chose, prenez ce moment pour faire une introspection de votre année qui se termine et vous posez la questions, comment j’aimerais vivre l’année qui vient. Chaque année que je fais cet exercice, je réalise tout le chemin parcouru et toutes les choses que j’ai faites durant cette année. Lorsque je me fixe des objectifs pour l’année qui va arriver, je pense à tous les niveaux, personnel, professionnel, familial.

Prenez un crayon et un papier, mettez sur une feuille tous les points que vous vous rappelez de l’année qui se termine et écrivez vos objectifs pour la prochaine année. Soyez honnête avec vous. Je crois qu’un objectif pour qu’il nous oblige à travailler dur, ne doit pas être facilement atteignable. J’ai fait tellement foi cette erreur, je me trouvais très brillant rendu en février ou mars de dire que j’avais atteint tous mes objectifs de l’année.  Je me mentais à moi-même, l’avantage j’étais le seul à le savoir.  Il est grandement temps de mettre les pendules à l’heure, quand tu crois les menteries que tu te contes. 

Mes nombreuses lectures et mes recherches m’ont énormément aidé, aussi tous les matins mon patron me parle quand je me fais la barbe. Il est un gars très direct, il y a des matins où je me dépêche, ou je saute la barbe, pour ne pas être obligé de le rencontrer. Maudit niaiseux que je suis, il faudra que j’y fasse face un jour ou l’autre. À la vitesse que la barbe me pousse, je ne peux endurer plus de deux jours, j’ai l’impression que la peau me brûle et quand je passe le rasoir j’ai l’impression qu’il a de la peau qui part avec. Alors, pourquoi fuir? Je vous le répète souvent, et je travaille fort pour le mettre en pratique.  « Tout ce que tu fais face s’efface, tout ce que tu fuis te suit ».

Trouvez-vous une activité qui vous permettra de vous arrêter et de prendre une pause. Pour certains ce sera d’aller marcher en plein air, faire de l’exercice, écouter de la musique, lire un bon livre, écrire nos mémoires ou notre journal intime. Pour moi, ma routine matinale, c’est le meilleur moment d’arrêt pour moi. Des fois les gens n’en reviennent pas de savoir à qu’elle heure je me lève et du temps que je prends pour me ressourcer, 30 minutes de lecture, 30 minutes d’écriture, 10 à 20 minutes de relaxation ou méditation, des fois je saute cet exercice et la vie me rappelle comment il est important pour moi de prendre ce temps de réflexion ou de méditation sur ma vie et de faire cet arrêt. La méditation depuis près de 13 mois que c’est entre dans ma vie, durant la pandémie, j’ai été confronté à de l’anxiété, j’ai fait quelques crises qui m’ont beaucoup inquiété, ma conjointe et moi. J’ai décidé de travailler et de me choisir et de régler les situations qui provoquaient cette anxiété. Je suis encore fragile, je dois constamment être alerte aux signes précurseurs.

Je vous invite à remercier la vie, pour tout ce que vous avez. Aussi à vous remercier d’être l’être que vous êtes. D’être reconnaissant envers vous pour tous les efforts que vous faites pour améliorer votre environnement personnel, professionnel et familial. Je ne remercierais jamais assez tous mes amis, mes connaissances et tous les gens qui ont passé dans ma vie, pour tout ce que vous m’avez apporté. Prenez ces remerciements personnellement. Vous ne pouvez imaginer tout le bien que vous m’avez apporté. Certains d’entre vous m’ont sorti de ma zone de confort et pour cela vous serez toujours des êtres privilégiés à mes yeux, car vous aviez tellement confiance en moi et vous m’avez poussé en dehors de mes limites. J’espère avoir été ce type de personne, pour des gens qui m’entourent. 

Aujourd’hui j’aimerais mettre mes expériences, mes compétences personnelles, aux services des jeunes. Je l’ai déjà comme entraineur, j’ai aidé des jeunes hommes autant aux baseball qu’au hockey à croire en leur capacité.  Pourquoi aider les jeunes parce que c’est eux qui dirigeront notre monde de demain? Ces jeunes hommes et femmes d’affaires qui vivront des moments de questionnement, qui se remettront toujours en question, suis-je capable, suis-je à la bonne place, est-ce le bon moment.   La réponse sera toujours la même, si tu crois en toi, rien n’est impossible. 

En terminant, je vous invite à faire le bilan de votre année et à vous fixer des objectifs à atteindre pour l’année qui vient. Laisser cette feuille dans un endroit visible pour que vous la voyiez tous les jours. Démarrez-vous une routine matinale ou avant le coucher. Mes petites filles lors de notre souper de Noël m’ont parlé de leur routine avant d’aller faire dodo, brossage de dents, soie dentaire, pipi, si mes petits enfants ont une routine, pourquoi tu n’a pas de routine? Alors l’année qui vient, tu dois prendre l’engagement de te composer une routine. Et la dernière chose et non la moindre, prenez le temps de redonner aux autres, trouvez vous une cause, un organisme, des gestes à poser qui aiderons votre sentiment de reconnaissance.

Je vous laisse sur une phrase que j’ai entendue aujourd’hui à la télé; « Termine toujours ce que tu as commencé ».

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Comment agit un leader?

Dans mon cheminement pour devenir un meilleur leader, je continue mes recherches pour acquérir des connaissances et des compétences, pour que je puisse accompagner des gens dans leur développement personnel. Afin qu’il devienne les leaders de demain.  Plus que je fais mes recherches, plus que je constate que le principe est le même, mais les chemins sont différents. Dans tous mes textes que j’ai écrits depuis trois ans bientôt, sur le leadership on tourne toujours autour d’une forte estime de soi, une qualité importante d’être un rassembleur, et d’avoir des qualités d’encouragement.

Le leadership suppose presque toujours qu’on pense et agit pour changer les choses, ce que font rarement ceux qui suivent. Ce que vous avons fait était courageux, le futur demande plus de courage. De même que suivre les règles pour gagner sa vie. Il se peut que ce soit un travail difficile, mais qui nous apporte de la sécurité financière. Tout être humain a besoin à un moment donné dans sa vie et dans son développement personnel à assumer un peu de leadership. Les mérites du leadership sont si enracinés qu’il est naturel de dire « Je prendre la tête de direction ».

Parfois pourtant, il se peut qu’il soit plus sensé de suivre. Un leadership, qui consiste à mener quand on ne sait pas ou aller, quand on n’a pas le feu sacré ou la passion, ou pire encore, quand on ne peut pas surmonter sa peur est pire que pas de leadership du tout. Mais ne perdez pas espoir, car il est possible de développer ces capacités de leadership. 

Mais pour cela, il faudra que vous preniez l’engagement de travailler sur vous et d’accepter de changer des choses.  C’est comme sur la route, si vous prenez toujours le même chemin, vous arriverez toujours au même endroit. Des fois, changez de chemin, nous fait découvrir des choses totalement nouvelles avec une beauté impressionnante. Alors quand vous avez du temps, trompez-vous de chemin et regardez ce que vous allez découvrir.  C’est la même chose dans votre développement personnel, apprenez de nouvelles choses, vous allez être surpris de tout le chemin que vous pourriez parcourir.

Les leaders, en revanche, ne sont pas en fonction des événements. Les événements, ils les provoquent. Lorsque vous embauchez des gens ordinaires et que vous leur donnez la liberté, ils font des choses extraordinaires. Vous avez toujours le pouvoir de réclamer la carrière que vous méritez simplement en refusant de suivre le même chemin que tous les autres parce que les autres en question sont déjà en train de faire cela.

Changer les choses – y aller à fond et créer un avenir qui n’existe pas encore, alors même que tout le monde nous critique requiert du courage. Penser de manière ordinaire va produire un effet ordinaire, par des gens ordinaires. Toi qu’aimerais-tu que les gens se souviennent de toi, un suiveur ou un leader.  Si ta réponse est suiveur, tu peux arrêter de lire le reste du blogue. Car notre penchant naturel est de ne faire que le minimum.  Si ta réponse est leader alors, il faut quelque chose d’extraordinaire, un appel irrésistible à l’action, et une cause pour laquelle il vaut la peine de se battre pour que toutes les personnes que tu vas initier soient vraiment partantes. 

Si vous n’êtes pas extraordinaire, vous n’avez aucune chance de faire survenir quoi que ce soit. La chose la plus facile est de réagir. Ensuite, c’est de répondre. Mais le plus difficile est d’initierRéagir, ainsi que l’a dit Zig Ziglar, c’est ce que fait le corps lorsqu’on prend le mauvais médicament. C’est ce que font sans cesse les hommes politiques. Réagir est automatique, instinctif et généralement dangereux. Répondre est une bien meilleure alternative. On à des stimuli externes par une action réfléchie. Les entreprises répondent aux menaces de la concurrence. La réponse est toujours préférable à la réaction.

Mais ces deux approches sont peu de choses comparées à l’initiative. Initier quelque chose est réellement et vraiment difficile, et c’est ce que font les leaders. Ils voient ce que les autres ne remarquent pas et ils se jettent dessus. Ils provoquent les événements auxquels les autres doivent réagir. Il font le changement.

Si je résumais mon texte de cette semaine, comment agit un leader? Vous avez quelques pistes de solutions. Je ne vous cacherais pas que je vais continuer de mettre en pratique ces qualités qu’il faut à une personne pour devenir un meilleur leader au lieu d’un suiveur. Nous arrivons à la fin d’une année particulière, l’an passé nous espérions que cela soit la dernière avec la pandémie, mais ce virus ne veut pas que nous l’oubliions. 

Alors je vous invite à prendre du temps pour une pause et de faire le bilan de cette année particulière. Je vais faire la même chose, le 1er de chaque année, me permets de faire un arrêt et de regarder en arrière pour voir ce que j’ai réalisé. Ensuite je regarde en avant, je me fixe de nouveaux objectifs, qui seront difficiles à atteindre et qui vont me demander des efforts.  Avec des possibilités à l’infini.  La seule image que je peux vous donner est comme une auto, pour regarder en arrière, nous avons un rétroviseur, plus petit que la vitre avant du véhicule qui vous permet de voir plus loin.  La morale de cette expérience, c’est que ce qui est passé, tu ne peux rien n’y faire, mais tu peux tout faire pour ce qui s’en vient parce que tu en es le maitre de ta destinée.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach