Le déconfinement!

Depuis maintenant près de 14 mois que nous sommes en confinement, on nous annonce la fin du couvre-feu. De petits rassemblements seront autorisés, des visites à nos parents, grands-parents et enfin recevoir nos petits-enfants, sans faire de câlins ou d’embrassades.  Actuellement, je pense qu’aucune personne n’est contre le déconfinement ; nous sommes tous écoeurés de ces restrictions auxquelles nous nous sommes tous prêtés par souci de nous préserver en santé.  Nous ne pouvons dire mission accomplie parce que nous avons eu énormément de victimes de ce virus, et aussi des victimes indirectes, les familles de toutes ces personnes décédées.

Pour moi, ce virus nous a permis de découvrir de nouvelles choses, de nouvelles activités. Donner plus de temps pour penser à soi et prendre soin de soi. Personnellement, j’ai redécouvert le plaisir de déjeuner à la maison, d’essayer des recettes, de me retrouver avec ma conjointe.  Je vous invite à réfléchir et à écrire sur une feuille les nouvelles choses que vous avez découvertes durant la pandémie. Prendre conscience que ce confinement, même s’il nous a obligés à changer nos habitudes, nous a fait découvrir autre chose.

Ces nouvelles activités se termineront-elles avec le déconfinement? Je me suis posé la question, et actuellement je ne pense pas, car j’ai un immense plaisir à faire ces nouvelles activités. Suis-je le seul à réfléchir comme ça? Ma conjointe et moi avons développé du plaisir à se retrouver ensemble, à se préparer de bonnes bouffes, à regarder des films ensemble, ce que la vie nous permettait moins, un coup le tourbillon de la vie régulière avant pandémie.  Chaque fin de semaine, nous étions occupés et nous réalisions que la fin de semaine était passée et que nous ne l’avons pas vu passée, on était déjà rendu dimanche soir.

Si on avait su que les premiers 28 jours de confinement de mars 2020 auraient duré jusqu’en juin 2021, comment aurions-nous réagi? Si notre premier ministre nous avait dit en mars 2020, je confine le Québec pour 15 mois, est-ce que nous aurions accepté cette demande avec autant d’empressement. Permettez-moi d’en douter. Je voyais qu’aussitôt que le gouvernement baissait la garde, de petits groupes abusaient de la permission et faisaient que les chiffres se remettaient à monter. Et voilà, on reconfine tout le monde.   Gang de …..

Cette pandémie m’a fait travailler excessivement sur moi. En septembre dernier, j’ai commencé à ne pas me sentir bien à l’intérieur de moi. Quelques semaines plus tard, j’ai vécu des crises d’anxiété, une situation que je n’avais jamais vécue avant.  Moi qui vous écris à toutes les semaines sur le positivisme et la motivation, je vivais une période sombre, je devais me reprendre en main et me remettre au travail. Ayant déjà été en thérapie, je me sentais outillé pour me reprendre en main. La première chose que j’ai faite, et qui a été très bénéfique pour moi, est la reconnaissance de la situation et de mettre mes clés ou mes outils pour me guérir. J’avais même pensé consulter pour m’aider. Pour moi, la consultation n’est pas un signe de faiblesse, mais un signe de maturité.  Si un homme comme moi qui se croyait fort mentalement a connu une période difficile, comment vous êtes-vous sorti de cette pandémie?

Aujourd’hui, la question qui me trotte dans la tête est « Est-ce qu’avec le déconfinement, j’ai le goût de retrouver tout ce que j’avais avant ce virus ». Je ne connais pas la réponse, mais une chose est certaine, ce que j’ai découvert durant ce confinement, j’espère en garder quelque chose, car ce confinement m’a ramené à la base de ma raison d’être, moi-même. Durant cet arrêt, j’ai travaillé sur ma raison d’être et pourquoi je suis sur la terre. Permettez-moi de vous la partager: ma raison d’être est d’inspirer les autres à concrétiser leurs rêves les plus fous, et à utiliser mes habiletés pour inspirer, motiver et outiller les gens afin qu’ils puissent atteindre le bonheur auquel ils aspirent.  Voici maintenant ma raison d’être que je mets en pratique depuis environ 3 semaines.

Présentement je reçois énormément de commentaires sur le déconfinement. Vous savez, avant le virus, nous avions des activités, nous suivions des cours, nous nous impliquions auprès des optimistes pour les jeunes de notre communauté. J’ai peur que nous vivions un désintéressement de toutes ces activités et que nous nous retrouvions confinés parce que nous sommes habitués d’être à la maison. Pour qu’une activité devienne une habitude, on doit la pratiquer pendant 21 jours. Je vous invite à vous remettre à faire des activités, de suivre des cours et de vous impliquer dans les optimistes, car ce sont nos jeunes qui vont en ressentir les effets. Et je pense que les jeunes ont assez payé actuellement. Pensons à eux, car ce sont eux qui s’occuperont de nous plus tard.

Prenez soin de vous et soyez vigilants, la victoire n’est pas très loin!

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Qu’est-ce qu’une équipe?

« Une équipe n’est pas seulement un groupe de personnes qui travaillent en même temps et au même endroit. Une véritable équipe est un groupe d’individus très différents les uns des autres, mais qui s’engagent à travailler ensemble afin d’atteindre des buts communs. Ils ne sont pas tous égaux en matière d’expérience, de talent, ou d’éducation mais ils se rejoignent sur un point qui est d’une importance vitale ; leur engagement envers le bien de l’organisation. C’est en travaillant en équipe que n’importe quel groupe d’individus obtient les meilleurs résultats. » décrit Patricia Fripp, auteure et conférencière.

Pour moi, cette définition est une des plus vraies quand je me demande ce qu’est une équipe? Au travail, il faut trouver un moyen d’impliquer tout le personnel dans un objectif commun ; la même chose s’applique à la maison ou dans notre implication dans un organisme bénévole. Si un membre d’une équipe n’apporte pas sa contribution, le travail devient plus difficile et l’atteinte des résultats est mise à l’épreuve. J’ai toujours cru que le travail d’équipe est essentiel à l’atteinte d’un objectif commun. Comme le mentionne Fripp plus haut, la meilleure équipe doit être composé d’individus hétéroclites, pas tous pareils.  On m’a toujours enseigné que lorsque nous formons une équipe, il faut la composer de personnes qui comblent vos faiblesses. Pour recruter les bonnes personnes, nous devons nous connaître assez bien pour choisir les bonnes personnes.  Vous devrez analyser les gens que vous recruterez pour ne pas vous tromper dans la sélection des individus.  Si vous composez votre première équipe, ne soyez pas trop exigeant envers vous. 

Un coup l’équipe formée, il faut que le leader puisse communiquer l’objectif qu’il veut atteindre avec l’équipe. Il faut rallier les membres de l’équipe à ce but commun, que votre objectif devienne leur objectif. Il est possible qu’en communiquant l’objectif, vous obteniez certains commentaires qui pourront apporter certaines modifications à votre objectif. Soyez ouvert à toute suggestion, puisque en devenant leur objectif, ils doivent se reconnaitre dans le but pour lequel ils travailleront à partir de maintenant. Il faut établir avec cette nouvelle équipe un fonctionnement de confiance. Pour gagner cette confiance, il faut communiquer et permettre à tous les membres de l’équipe d’être assez en confiance pour qu’ils puissent dire ce qu’ils pensent.

Le grand danger qui guette les équipes est que chaque individu qui les composent ne se sente pas impliqué dans l’atteinte de l’objectif. Il faut reconnaître que tous ont quelque chose à offrir. Que les points forts et les points faibles de chaque individu soient un avantage et non un inconvénient. Le leader doit s’assurer que chaque personne composant l’équipe soit encouragée à contribuer aux succès de l’équipe. Il faut continuellement rappeler aux membres que leur apport à l’équipe est essentiel à la réussite de l’équipe. Il faut souligner régulièrement la contribution des membres au succès, soit par leur idées ou par leurs actions, devant les autres membres. Il n’y a rien de plus valorisant quand vous faites partie d’une équipe de vous faire reconnaître par votre supérieur devant les autres membres, Ceci est un excellent exercice de motivation d’équipe.

John C. Maxwell, auteur figurant sur la liste des best-sellers du New York Times, mentionne dans son livre « Changez votre monde », édité en 2021, comment n’importe qui, n’importe où peut faire une différence.  Et ensuite il nous apprend que pour qu’un objectif soit valable, il faut que les individus fassent passer l’équipe avant eux, que lorsqu’ils partagent les mêmes valeurs, lorsqu’ils collaborent en tirant parti de leurs atouts respectifs, ils peuvent faire une énorme différence. Si vous voulez changer votre monde de manière significative, alors vous savez ce que vous avez à faire : UNISSEZ-VOUS!

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Les excuses!

Êtes-vous le genre de personnes qui disent ces mots de façon anodine, sans vérité absolue. Nous avons tous, à divers moments de notre vie, dit ou entendu ces mots. Avez-vous toujours ressenti la sincérité dans l’intention des gens ? Ces mots sont utilisés souvent pour de petites choses : l’oubli d’un rendez-vous ou d’un aliment dans un arrêt à l’épicerie. Çà ne développe rien de bon parce que nous avons oublié l’article.

Pour créer la vie et le succès que vous souhaitez, vous devez renoncer à vous trouver des excuses. Permettez-moi de le répéter, car c’est important : Pour créer la vie et le succès que vous souhaitez, vous devez renoncer à vous trouver des excuses. Ceci inclut toutes les raisons que vous donnez pour expliquer pourquoi les choses sont ce qu’elles sont. Une fois que vous aurez renoncé à vous trouver des excuses, vous serez en mesure de voir clairement la situation et de vous concentrer sur ce que vous pouvez faire pour obtenir ce que vous voulez.

Lorsque nous n’obtenons pas les résultats escomptés ou que nous n’avons pas la vie que nous souhaitons, il est naturel, et facile, de se trouver des excuses. On entend les gens le faire à tous les jours; se trouver des excuses est une réaction à un événement. C’est une façon de justifier sa situation actuelle. Mais c’est tout simplement une réaction inefficace qui ne se solde pas par de meilleurs résultats. Se trouver des excuses vous enlève vos moyens et vous empêche de penser de façon créative à ce que vous pourriez faire différemment.

Souvent, nous trouvons des excuses pour nous justifier dans l’inaction de vouloir prendre des décisions qui nous permettrait de nous mettre sur le chemin de l’atteinte de nos objectifs. Les gens ont l’excuse facile pour se justifier. Je travaille fort pour changer et retirer le plus possible les excuses dans ma vie. Je garde les vraies excuses pour les choses que j’oublie inconsciemment comme un article à l’épicerie pour une commission. Vous avez surement plusieurs exemples de ce genre d’excuses anodines.

J’ai souvent remarqué que les gens ont l’excuse facile.  À tout moment, les gens disent excuse-moi, mais les vraies excuses sont les excuses qui font mal.  Lors d’un exercice en thérapie, j’ai compris le moment où les excuses sont vraies; les réactions sont instantanées.  Si vous avez des excuses à faire, faites en sorte qu’elles soient sincères.

Depuis 67 jours, j’écris mes pages le matin, tel qu’enseigné par Julia Cameron dans « Libérez votre créativité ». Je n’ai aucune excuse; j’ai besoin d’écrire, je veux faire éditer un livre. Alors, pour réaliser mon objectif, je dois, tous les matins, prendre une heure de mon temps et mettre sur papier mes pensées du jour, les objectifs de ma journée au travail et dans ma vie personnelle.

Quelques matins, il m’est arrivé de n’avoir aucune difficulté à trouver des excuses pour ne pas m’asseoir devant la page blanche, mais je me dis, tu dois écrire et je ne laisse aucune place aux excuses. Je me dis que le sentiment de fierté que je vais sentir après mon heure d’écriture vaut plus que toutes les excuses pour ne pas m’asseoir.

Quand nous écrivons nos états d’âme et nos émotions, nous arrivons à extérioriser nos sentiments.  Je suis d’avis que lorsque nous mettons sur papier nos émotions, nous sommes déjà dans l’objectivité de trouver une solution à cette émotion.

Prenez conscience de la façon dont vous utilisez les excuses et si vous pensez qu’il serait souhaitable que vous arrêtiez de vous excuser. Alors commencez à réfléchir : au lieu de vous excuser, ne commettez pas l’action sur laquelle vous allez être obligé de vous excuser. Mais quand vous réalisez qu’il serait mieux pour la situation de faire des excuses, soyez assez mature pour les faire de façon bien senties.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Pour en arriver là!

Il y quelques semaines, suite au décès de Michel Louvain, un ami a mis sur Facebook une chanson que Louvain chantait souvent à la fin de ses spectacles afin de dire merci à son public, qui lui a toujours été fidèle. Cette chanson,  interprétée par Dalida, nous porte à réfléchir à toutes les étapes d’un cheminement d’une vie. Les doutes, les épreuves, les incompris nous amènent souvent à nous remettre en question. Depuis que j’ai entendu cette chanson, elle tourne en boucle dans ma tête pour me faire prendre conscience de toutes les étapes que j’ai dû passer pour en arriver là!

Prenez le temps de l’écouter, et de bien comprendre les paroles, pour réaliser,  à votre tour, tout le chemin que vous avez parcouru pour arriver où vous en êtes actuellement. Le vôtre aussi a dû être très différent du mien. Car il est le vôtre, vous avez eu vos épreuves, vos doutes, vos inquiétudes, mais soyez reconnaissant de vos décisions qui font qu’aujourd’hui vous êtes la personne que vous êtes devenue.

Voici les paroles du refrain;

Pour en arriver là

J’ai trop douté de tout de moi, de Dieu, de vous

J’ai laissé derrière moi tous mes rêves d’enfance

Aujourd’hui j’ai le cœur presque en état d’urgence

Pour en arriver là

Je crois bien qu’avec vous si j’avais rendez-vous

Sans l’ombre d’un regret

Pour en arriver là

Je recommencerai

Je crois que le passé est garant de l’avenir. Le plus bel exemple que je prends toujours est le même. Celui de votre enfance, et de la ténacité de vos parents. Quand ils vous apprenaient à marcher, ils vous accotaient sur un mur, et ils vous invitaient à aller les rejoindre. Quand vous essayiez, vous tombiez et vous pleuriez. Ils vous essuyaient les yeux et vous replaçaient sur le mur. Après plusieurs tentatives, vous vous êtes mis à marcher et quelques mois après vous avez appris à courir. Si vos parents n’avaient pas été tenace, réalisez-vous que ce matin au lieu de vous lever de votre lit, vous auriez rampé en bas du lit.  Imaginez-vous toutes les problématiques que vous auriez rencontré tout au long de votre vie si la ténacité de vos parents n’avait pas été là!

Plusieurs années plus tard, on dirait que l’on laisse plus de place au doute, au manque de confiance en soi. Certains comme moi ont investi dans des mentors, des thérapies; toutes ces personnes ont leur nécessité. Ils nous font prendre conscience de tout le chemin que nous avons parcouru. Ils nous apportent des clés, des outils pour vivre et pour affronter les situations qui sont sur notre chemin. J’ai souvent remarqué que les solutions que nous vivons partent toutes de l’intérieur de nous. Mais nous étions trop près de la situation pour la voir dans son ensemble. Alors quand cela nous arrive, reculons et regardons la situation à laquelle nous somme confrontés avec les yeux d’une personne éloignée.  Un coup d’œil différent va nous permettre de voir la situation d’un point de vue différent.  Ou encore imaginez-vous si un ami venait vous demander conseil sur cette même situation. Que lui conseilleriez-vous? À partir de ce moment appliquez votre conseil.

Prenez le temps d’analyser la situation, les plus et les moins, les avantages et les désavantages. Aussi je vous invite à la méditation et la visualisation avant de prendre une décision. Il faut que vous soyez honnête avec vous; sans honnêteté, vous allez prendre une orientation qui va vous créer plus d’inconfort et cela va devenir une nouvelle situation que vous aurez à affronter plus tard.

Je vous invite à faire un exercice cette semaine, prenez le temps de noter, dans un cahier, tout le chemin que vous avez parcouru pour arriver où vous êtes et qui vous êtes. Après avoir noté votre chemin, prenez le temps de vous dire merci de vous avoir choisi et de prendre conscience de tout le chemin que vous avez parcouru.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Acceptons-nous, comme nous sommes!

En tant qu’être humain, on a tous une part consciente et une part inconsciente. Ce qui nous empêche de vivre un peu, ce qu’on veut consciemment, c’est ce qu’on a vécu inconsciemment. Cette affirmation est difficile à comprendre, mais il est bien évident que ce que nous avons vécu et qui a marqué notre inconscient laisse des traces dans notre présent.

La première étape, c’est d’apprendre à s’accepter tel qu’on est avec nos défauts, nos qualités, avec la vie qu’on a eue jusqu’à maintenant. Être soi est un point de départ. Ce n’est pas facile de s’accepter, mais en fait, on finira toujours par le faire parce qu’au bout d’un moment, ça devient plus facile que d’avoir mal.

Quand vous arrivez à conjuguer en un seul moment ces deux espaces qui existaient auparavant, c’est-à-dire là où je suis et là où j’aimerais être, ce que je suis et ce que j’aimerais devenir, vous réunissez les deux en un seul. « Ce que je suis maintenant, c’est ce que je désire le plus » affirme Franck Lopvet. Un des conférenciers les plus influents du moment, il a reçu et aidé des milliers de personnes à travers ses masterclass, ses stages et ses vidéos.

Inclassable, souvent inattendu, il est tout à la fois philosophe et penseur contemporain qui nous enseigne de s’accepter tel que l’on est avec le beau et le laid.

Il affirme que nos enregistrements inconscients nous amènent dans des situations que, consciemment, on ne voudrait pas vivre. Chercher à devenir une autre personne révèle à quel point être soi est inacceptable alors que, justement, c’est ça le problème. C’est de s’accepter tel que l’on est. En s’acceptant tel que l’on est, on n’a plus à courir après les choses, les choses viennent à nous. Si nous restons nous-mêmes, nous attirerons à nous les choses que l’on désire. Rien de plus simple.

Avant les choses étaient bien ou mal; maintenant je les regarde comme étant bien et mal. Lopvet nous enseigne que notre vie est faite de ces émotions qui nous arrivent, et qui touchent notre conscient ou notre inconscient. Aussi, ces émotions vont développer ce que l’on appelle un ressenti. Si elles passent, et ne s’arrêtent pas à l’intérieur de nous, elles ne laisseront aucune trace sur notre disque dur.

Celles qui, par contre, s’arrêtent en chemin pour n’importe quelle raison restent emmagasinées sur notre disque dur. Et cette émotion refera surface dès que nous la solliciterons. Le seul moyen de nettoyer notre inconscient, c’est de la forcer à rencontrer une émotion similaire et de la gérer différemment pour qu’elle puisse devenir comme l’émotion qui passe sans laisser sa trace sur notre disque dur.

Cela dit, il y a des douleurs que l’on gardera jusqu’au bout. Et on va simplement apprendre à ne pas les guérir. Je conseille d’oser vraiment prendre de face ce qui nous fait le plus mal. À la première tentative, quand ces émotions nous arrivent, c’est de les repousser pour ne pas les ressentir, et le deuxième réflexe est de se demander « Pourquoi moi? ».

Une technique que certains d’entre vous emploient est de trouver un coupable à l’émotion que nous vivons; trouver un coupable nous permet de ne pas avoir à ressentir ce que l’on doit ressentir. Souvent, le coupable que nous avons trouvé n’est pas le bon, parce que le bon est souvent la personne qui la vit cette émotion.

Je vous recommande lorsque cela vous arrivera de prendre l’habitude de vivre cette émotion. Chaque fois que vous accepterez l’émotion, c’est une solution qui se gravera sur votre disque dur. Vous serez plus léger après, il y a quelque chose qui se répare au fur et à mesure dans votre inconscient. L’acceptation de vivre les émotions que la vie met sur notre chemin fait aujourd’hui les personnes que nous sommes devenus. Je crois que les évènements qui apparaissent dans notre vie sont le retour d’onde et d’énergie que nous émettons.

Comment arrivons-nous à nous accepter tels que nous sommes? À force de travail sur notre conscient et notre inconscient. Il faut accepter de vivre les émotions, de les nommer et de les affronter pour qu’elles ne puissent pas empoisonner notre vie.  J’ai confiance en vous, tout le monde peut s’accepter comme il est; il faut juste savoir faire la distinction entre le bien et le mal.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Comment atteindre mes objectifs?

Une excellente question que nous nous posons tous de temps en temps.  Quand les gens me demandent, Denis comment je peux atteindre mes objectifs? Ma première réponse est, il faut que tu les écrives. Tant que tu n’auras pas couché sur papier tes objectifs précis et mesurables, tes objectifs demeureront une idée.  Rien de pire que d’avoir des objectifs intéressants et de ne pas avoir de chemins pour savoir comment les atteindre.

« Le plus grand danger qui nous guette n’est pas de viser un but trop élevé et de le manquer, mais plutôt de choisir une cible trop modeste et de l’atteindre »

                                                                                   Michel-Ange

Vous voulez être l’exception à la règle, vous voulez faire partie du 3% de la population qui prend son objectif au sérieux et qui,  par conséquent, a un rendement supérieur. Pour réussir, il ne faut pas avoir trop d’objectifs, vous devez vous fixer des objectifs dans des sphères de votre vie où vous voulez y apporter des changements. Sans un but précis couché sur papier, vos chances de réussite diminuent considérablement.

Voici trois conseils que je vous recommande de mettre en place pour réussir à atteindre vos objectifs;

  1. Couchez vos objectifs sur papier.

C’est indispensable! Il n’y a pas d’autre option. Tant que vous n’avez pas couché vos objectifs sur papier, ils ne sont que des idées dans votre esprit. Vos objectifs doivent être à la fois précis et mesurables.  Je veux acheter la voiture de mes rêves, d’ici mai 2022. D’ici le mois de mai, je vais faire des recherches, sur le cout d’acquisition, le cout des assurances, des plaques, de la consommation d’essence. S’il faut que je mette de l’argent de côté pour avoir un dépôt lors de l’achat et le taux de financement.  Durant tous les mois qui suivront jusqu’au mois de mai 2022, je vais décortiquer cette période en petites périodes avec de petits objectifs tout en me préparant dans le chemin de mon objectif.

  • Parlez de vos buts à un ami.

Parlez de vos buts à un ami ou un collègue. Ils deviennent ainsi plus réels. Vous déclarez votre objectif, cela renforce votre engagement, votre détermination dans l’atteinte de ce but. Vous sollicitez leur appui, vous leur demandez de vous soutenir dans ce chemin.  Vous ne voulez pas le décevoir, vous ne voulez pas passer pour un grand parleur.  Il faut choisir la bonne personne à qui nous allons donner nos objectifs, car si notre choix n’est pas le bon, nos amis vont nous décourager. Alors faites le bon choix.

  • Mettez en place un système de vérification.

Prenez le temps de mettre en place un outil pour vous assurer d’atteindre vos objectifs. Avoir continuellement dans votre champ de vision la liste de vos objectifs. Certaines personnes les mettent dans leur cellulaire comme fond d’écran, sur leur tablette ou leur ordinateur. J’ai déjà entendu des personnes me dire qu’ils ont collé un bout de papier dans le miroir de la salle de bain, comme ça tous les matins en faisant leur toilette, ils prennent le temps de les relire. La réussite de cet outil est aussi d’être capable d’évaluer où nous en sommes rendus dans notre chemin vers la réussite.

Pour ceux qui n’ont jamais fonctionné avec une liste d’objectifs, je vous recommande de débuter avec ce que je vous propose ici. Prenez trois catégories de votre vie pour lesquelles vous aimeriez que des choses changent. Choisissez parmi les catégories suivantes: finance, santé et forme physique, relations, emplois et carrière, biens matériels, croissance personnelle, temps libre et loisirs. Alors faites vos choix, faites-vous un tableau avec 4 colonnes, la première pour indiquer la catégorie, la seconde l’objectif, la troisième le chemin, l’action à faire ou l’action que vous devez poser, la quatrième et dernière, le délai que vous vous fixez pour réussir à atteindre vos objectifs.

Pour le néophyte, je vous recommande de vous fixer trois objectifs pour débuter. Une fois que vous en avez atteint un, vous le remplacez par un autre. Soyez réaliste ! Pour réussir cet exercice, vous devez vous fixer des buts atteignables dans un délai de six mois maximum. Sinon, un délai trop long risque de vous démotiver, et lorsque vous vivrez cet état, vous comprendrez que la réussite de cette habitude est de débuter par 3 objectifs. Plus vous mettrez cet outil en pratique dans votre vie, plus vous serez motivé pour passer de 3 à 4 ,5 ou 6 catégories.

Je vous invite à ne pas baisser les bras. Si vous avez des moments de découragement, retournez au début et parlez à votre ami afin de solliciter son aide moral. Vous remarquerez qu’il souhaite autant que vous que vous réussissiez.

Avec le temps vous réaliserez que nous sommes capables de grandes choses, il faut juste y rêver. Travailler pour atteindre votre objectif est une grande source de motivation. Plus d’efforts vous ferez pour réussir, plus le degré de satisfaction sera grand. Prenez exemple sur toutes les grandes équipes qui ont gagné la coupe Stanley ou l’athlète qui gagne aux Olympiques. Leur démonstration de joie leur font oublier tous les efforts qu’ils ont dû mettre pour atteindre leur but.

Toi, comment réagirais-tu lorsque tu atteindras ton but, je vous suggère de réagir comme si tu gagnais la coupe Stanley. Parce que l’euphorie que tu ressentirais, tu en deviendrais accro, et tu voudras revivre cette sensation. C’est une bonne drogue, à laquelle on peut devenir dépendant, c’est gratifiant. Alors, prenez un stylo et un cahier de notes et inscrivez vos objectifs. Suivez le chemin démontré.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Quoi faire pour être heureux?

Les êtres humains se posent cette question, de plus en plus souvent.  Les réponses peuvent être différentes, que l’on soit un homme ou une femme.  Mais pour moi, cette question est très légitime. De tous les jours, le besoin d’être heureux est une priorité que les gens veulent en privilégier. Souvent, il m’a été demandé : « Qu’est-ce que je dois faire pour être heureux ? ». Quand les personnes me posent cette question, je leur demande si c’est parce qu’actuellement tu es malheureux ; la majorité des fois, les gens me répondent, pas tant.  Alors je leur demande de prendre conscience de leur réponse.

C’est un besoin très primordial d’être heureux, c’est une sensation de plénitude, de joie, de réconfort.  Être heureux, c’est aussi très superficiel, quand pouvons-nous dire que nous sommes heureux.  Selon David Laroche, coach et motivateur, il enseigne huit faits pour être heureux. Dans ses termes à lui, il prétend de se placer dans un état de bonheur, je résume ceci par faire comme-si.  Mais parmi ces faits, certains ont retenu mon attention. Faire ce que vous aimez, récemment je vous ai parlé de cette situation, pour moi il est clair que pour être heureux, il faut au départ faire ce que l’on veut le plus au monde.  Que ce soit le travail, imaginez-vous vivre la situation de partir pour le travail à reculons parce que nous ne sommes pas bien dans la tâche que nous accomplissons. Que faisons-nous avec cela, sommes-nous heureux ?

Il préconise aussi d’agir en fonction de ses valeurs, ne faites jamais quelque chose qui est contre vos valeurs, car il n’y a rien de plus désagréable que d’être obligé de faire quelque chose qui est contre nos valeurs profondes qui font la personne que nous sommes. Le mot obliger ne va pas avec bonheur.

Pour être heureux, il faut se choisir. Prioriser des situations, des actions, que nous ressentons comme être humain.  Je crois que si notre société prenait plus le temps de valoriser les moments où nous pensons à nous, David Laroche, mentionne souvent dans ses chroniques, que les douleurs que nous avons vécues créent aussi du bonheur.  Quelle grande vérité, prenez le temps d’y réfléchir et vous m’en donnerez des nouvelles, pour moi ça à marché.

Les deux derniers points pour moi qui sont importants est d’exprimer de la gratitude, à tous les jours prenez le temps de dire merci à quelqu’un ou à quelque chose. Souvent le matin, en me levant, je dis merci à la vie, merci d’être encore là, merci aux gens que j’aime et qui font l’homme que je suis.  Il ne faut pas que les mercis soient des automatismes, il faut qu’ils soient sentis. Normalement, un vrai merci nous apporte une sensation agréable et pleine de bonté ; on dirait que notre cœur sourit.

En terminant, Laroche nous demande de regarder dans le passé et de constater tout le chemin parcouru, de regarder tous les moments de bonheur que nous avons vécus et réfléchir à la question du début quoi faire pour être heureux, et peut-être que votre réponse sera : continue de faire ce que tu fais, apprécie la vie et sois reconnaissant pour tout ce que tu as et ce que tu as fait et choisis-toi.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Une point de vue intéressants (PDVI)

En terminant la lecture du livre « Sois toi et change le monde » du Dr. Dain Heer, j’ai beaucoup apprécié sa façon d’expliquer que, pour des situations similaires, nous pouvons avoir des points de vue différents. Voudriez-vous d’une vie avec une richesse totale? S’il y avait une clé pour vous amener plus rapidement à votre objectif, la prendriez-vous?

Laissez-moi vous présenter le concept que Dr. Heer a développé : le point de vue intéressant ! (PDVI) Cela veut simplement dire que vous permettez à chaque point de vue, que ce soit le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre, d’être juste un point de vue intéressant (PDVI. On appelle cela aussi le laisser-être. Cela semble plutôt simple n’est-ce pas?)

Sachez ceci : vos points de vue créent votre réalité, votre réalité ne crée pas vos points de vue.

Avez-vous remarqué que lorsqu’une situation exactement identique arrive à plusieurs personnes, elles ont tous des points de vue différents. Juste un point de vue différent, c’est une façon de choisir de changer votre point de vue de passer du jugement au laisser-être.

En d’autres termes, deux personnes différentes, qui vivent similairement la même situation, ne verront pas la situation de la même manière. Il est plus sain de vivre la situation dans le laisser-être que dans le jugement. À votre avis, qui a eu le plus de facilité à avancer et à créer une nouvelle vie. L’homme qui voit dans le laisser-être ou les personnes qui avaient des tonnes de jugements? Très probablement l’homme au laisser-être.

Quelle est la différence? Le choix de leur point de vue, quel est celui qui marche le mieux pour vous la gratitude du laisser-être ou le jugement d’être la victime.

Sachez ceci, s’il vous plait :

  1. Le point de vue que vous adoptez est toujours votre choix.
  2. Le changer en quelque chose de différent qui marcherait mieux pour vous est également un choix.
  3. Vous n’avez pas à rester coincé dans un point de vue que vous avez actuellement quel qu’il soit.
  4. Les outils que vous apprenez, y compris juste un point de vue intéressant (PDVI), vous permettent de changer de point de vue aisément et sans douleur. Et quand ces points de vue changent, un espace de nouvelles possibilités est disponible pour vous.

La magie se produit quand vous êtes capable de changer votre point de vue en passant d’un point de vue limité et plein de jugement a un point de vue ouvert pour vous. Quand vous changez votre point de vue, votre réalité change également. Alors vos points de vue limités, vous n’avez qu’à les détruire simplement parce que vous le pouvez.

La manière la plus facile de changer n’importe quelle situation, c’est de changer les points de vue que vous avez. Quand vous changez vos points de vue, la situation autour de vous change pour s’adapter à votre nouveau point de vue.

Donc si vous voulez une liberté totale, souvenez-vous que votre meilleur ami est juste un point de vue intéressant. Comment l’utiliser? Vous devez tout d’abord commencer par choisir de fonctionner à partir d’un point de vue intéressant, puis pour chaque point de vue que vous avez, qu’il soit positif ou négatif.  Vous pouvez vous dire à vous même : « C’est un point de vue intéressant » même si vous ne le croyez pas. Alors attendez un moment, regardez comment le point de vue change et dites-vous à nouveau à vous-même « C’est un point de vue intéressant que j’aie ce point de vue ».

Ensuite regardez comment vous ressentez ce point de vue. Si c’est vraiment léger, alors vous avez terminé. Si c’est plus léger, mais que vous avez encore un point de vue, essayez de le dire un certain nombre de fois, en faisant une pause chaque fois. Après avoir pratiqué cela un certain temps, la plupart des gens trouvent qu’il est plus facile de transformer leurs points de vue qu’ils ne l’avaient pensé.

Êtes-vous prêts à utiliser votre nouveau meilleur ami, juste pour la journée de demain pour essayer? Si c’est le cas, pour chaque point de vue que vous avez dit simplement « C’est un point de vue intéressant » jusqu’à ce que n’ayez plus de point de vue.  Vous allez commencer à voir à quel point il est facile de changer, y compris vos propres points de vue, qui sont rarement intéressants pour vous. Si vous ne faites rien d’autres que cet exercice pendant six mois pour chaque point de vue intéressant (PDVI) que vous avez, votre vie entière va changer.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

La critique!

Depuis que le monde est monde, la critique fait partie de nos vies. J’ai souvent attribué à la jalousie, le mot critique. Je me disais que les gens critiquent parce qu’ils sont jaloux. Nous remarquons que cela arrive souvent avec les gens qui ont des choses que les autres n’ont pas.  Le plus bel exemple, les millionnaires, les gens critiquent les millionnaires parce qu’ils ont de l’argent et pour les critiqueux, ils la dépensent pour des choses inappropriées selon eux.  Mais posons-nous la question « comment aurait réagi notre critiqueux s’il avait été millionnaire ».

Nous ne savons pas comment la critique à répétition peut détruire quelqu’un. Regardez votre vie, vous avez surement des millions d’exemples de personnes qui ont détruit des personnes ou des carrières en critiquant leur prochain.  Souvenons-nous des gens de qui nous avons entendu dire « lâche la cuisine ce n’est pas bon ce que tu fais », « arrête le sport, tu ne seras jamais Wayne Gretsky » ou, « tu sais, investis dans tes études, l’art ce n’est pas pour toi ».

Demandez-vous ai-je été cette personne? Si oui, serait-ce possible que j’aie détruit des carrières. Mais l’important, aujourd’hui, est de prendre conscience des choses que l’on doit changer. Pour continuer, est-ce que selon vous tous nos chefs québécois n’ont jamais raté une recette?  Est-ce que la Ligue nationale est composée de juste des Wayne Gretsky? Est-ce que nos grands peintres, sculpteurs et artistes ont tous réussi leur première œuvre. Les réponses à toutes ces questions sont non. C’est à force de travail qu’ils sont devenus ce qu’ils sont devenus. Ont-ils reçu des critiques non justifiées, j’en suis certain, mais ils ont continué à pratiquer dans le but de faire mentir les critiques.

Il existe deux genres de critiques. La critique constructive et la critique non justifiée. La critique constructive est, pour moi, la seule à laquelle j’accorde de l’importance, car elle me permet d’acquérir de nouvelles connaissances. Quand je reçois une critique, je demande à cette personne pourquoi. Qu’est-ce qu’elle n’a pas aimé? Si la personne est honnête, elle va me partager son analyse et ensuite je vais la remercier de sa franchise et je vais prendre note. Car, pour moi, sa critique est justifiée; elle a des arguments et son intention, en me faisant part de son analyse, est que je m’améliore. Aussi je ne serais plus gêné de lui montrer mes œuvres parce que je sais qu’elle sera honnête avec moi.

La critique non justifiée est la critique qui cause plus de mal que de bien. Souvent, elle est gratuite, elle vient d’une personne qui n’aurait jamais osé faire ce que vous avez fait! Vous avez certainement tous reçu des critiques non justifiées. Quand vous demandez à votre interlocuteur pourquoi, il bégaie, il essaie de se sortir de ça par des parce que… en hésitant. Je pense qu’il ne faut accorder aucune importance à ce genre de critiques.

Si maintenant vous réalisez avoir été ce genre de personne, alors apportez des changements dans votre façon de vous comporter. Moi j’ai été cette personne et j’ai changé, parce que j’ai longtemps été jaloux des gens qui avaient de l’argent. Je viens d’un milieu ouvrier, d’un quartier de travailleurs, où les gens riches étaient rares.  Pour m’aider à bien comprendre, je me suis intéressé à ces gens qui font de l’argent. J’ai lu des biographies de gens qui ont réussi. Tous sont unanimes : ils ont eu des bouts difficiles, très difficiles et ils se sont souvent remis en question.  Mais ils ont tous les mêmes critères : des passionnés de leurs modèles d’affaires. Alors, j’ai compris que, si je voulais devenir millionnaire, je devais faire comme eux, devenir un passionné.

Je ne pense pas que mes critiques envers ces gens les aient affectés. Parce qu’ils doivent en avoir entendu des pires. Mais si je m’étais acharné sur une jeune artiste qui débutait, un jeune sportif qui avait des rêves de la LNH, ou un jeune qui rêvait d’avoir un restaurant, je lui aurais dit « tu sais tes biscuits, sont un peu durs, ou ont un drôle de goût ». J’aurais certainement tué le rêve de ces enfants.  Alors je vous invite à changer, à partir d’aujourd’hui quand vous voudrez critiquer,  demandez-vous, ferais-je mieux qu’eux! Et si l’envie de critiquer vous titille, demandez-vous quel conseil vous pourriez leur donner pour ne pas tuer leurs rêves. Car qui sommes-nous pour tuer les rêves de ces gens?

Dans ma vie, j’ai rencontré tellement de tueurs de rêves à qui j’ai accordé tellement d’importance, qu’ils ont fait que j’ai découvert plus tard ma force intérieure, mon estime de moi. Quand vous croyez en vos rêves, vous devenez invincible. J’aurais tellement d’expériences personnelles à vous partager pour vous démontrer qu’avoir confiance en soi déplace des montagnes. Moi je veux que nous apportions des changements à notre société. Quand Josée et moi avons été gouverneur optimiste, notre thème était « venez changer le monde ». En 2010-2011, nous croyions que notre contribution aux optimistes aurait aidé notre société; je crois que nous y avons contribué du mieux que l’on pouvait. C’est pourquoi je n’ai pas terminé de changer le monde, mais je commence par changer mon monde. J’ai fait taire et mis au défi tous les critiqueux de ma vie. Ceux qui me disaient « arrête d’écrire, tu fais trop de fautes, tu ne connais pas ton français ».  Je me suis choisi, j’ai un excellent correcteur, un ami indispensable à qui je dois tout. Cette amitié fut créée par les optimistes qui ensemble ont changé le monde. Merci d’être dans ma vie, je te suis très reconnaissant.

Mais ma volonté d’écrire était plus importante que ces critiqueux qui m’abaissaient sans cesse. En terminant, quel genre de critiqueux êtes-vous? Si vous êtes du mauvais côté alors, changez.

Venez changer le monde!

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach

Persuader ou convaincre!

Persuader, convaincre c’est inciter les autres à adopter une idée ou un comportement particulier grâce à un argumentaire. Quand nous voulons persuader ou convaincre des personnes proches ou des supérieurs, il faut se préparer des arguments pour réussir à les faire changer d’idée.  Ceux qui savent utiliser la persuasion ont le pouvoir de capter l’attention de leur auditoire et ont un pouvoir particulier de répartie.  Souvent je dis aux gens, lorsque vous tentez de persuader ou convaincre des gens, vous allez obtenir une résistance de l’autre partie.

La persuasion est une compétence essentielle à la réussite de toute relation, personnelle comme professionnelle. Pour persuader ou convaincre, il ne suffit pas de dire des arguments raisonnables, il faut aussi présenter des informations ou des idées de façon à susciter l’intérêt et les émotions. La persuasion est à la fois un art et une science : un art parce qu’il faut avoir la capacité d’inspirer la confiance, et une science parce qu’elle s’appuie sur une bonne compréhension du comportement humain et d’une communication efficace.

Comme exemple, vous demandez une augmentation de salaire. Vous allez faire la demande et vous préparer pour persuader et convaincre votre supérieur que vous méritez ce que vous demandez. En préparation, vous allez préparer plusieurs arguments qui justifient vos demandes. Vous allez même pousser l’audace en vous préparant des réponses à des réticences que votre supérieur pourrait vous donner comme réponse négative à votre demande.  Depuis plusieurs années, je me prépare trop des fois, ce qui me donne un sens de réparties assez facile. Il est rare que je sois surpris par une question à laquelle je ne m’attendais pas.  Aussi il est important d’inspirer une confiance; tout est une question d’attitude. Je crois que c’est plus de 50% de la réussite de votre persuasion.

Les composantes de la persuasion nécessitent préparation et organisation. Elle fait appel à quatre éléments :

  • la crédibilité;
  • la bonne compréhension de son public (récepteur);
  • une argumentation convaincante;
  • une communication efficace.

Avoir de la crédibilité;

Il est indispensable de pouvoir compter sur une certaine crédibilité pour pouvoir convaincre. Votre crédibilité se situe à deux niveaux : vos idées et vous comme personne. Dans le cas de vos idées, elles doivent susciter l’intérêt des gens auxquelles vous vous adressez ; il faut les convaincre que votre idée est la meilleure. Dans le deuxième niveau, vous devez être considéré comme quelqu’un de crédible, sérieux et honnête. Généralement, vous allez acquérir ces qualités au fil du temps et des expériences que vous allez vivre. La crédibilité est souvent représentée par cette formule

Crédibilité = confiance + compétence

Plus vous gagnerez la confiance de votre entourage et plus vous allez acquérir de compétences, plus vous serez crédible.

Compréhension de votre public (récepteur);

Pour bien persuader et convaincre, il faut s’adapter à votre public, il faut déterminer quels sont leurs champs d’intérêt. Si vous arrivez à trouver les bonnes personnes à persuader ou à convaincre, vous allez vous sauver un temps fou. Pour vous assurer que vous avez les bonnes personnes, il faut s’assurer que ces gens sont en autorité pour se laisser persuader ou convaincre. Vous devez adapter votre langage, votre jargon, aux connaissances de ces gens. Je pense que de se mettre au niveau des gens que nous voulons persuader ou convaincre, n’est pas un signe de s’abaisser devant ces gens, mais de s’adresser à eux avec le niveau de compréhension qu’ils ont de la situation.

Une argumentation convaincante;

Il vous faut que pour ces gens vous leur proposiez une alternative intéressante et pour se faire vous devez être honnête avec eux. Vous leur démontrez les avantages et les désavantages, en précisant les pour et les contre. Pour préparer votre argumentaire, vous devrez faire des recherches, obtenir des données techniques, des expertises, des connaissances.  Pour bien convaincre, il faut que vous possédiez toutes ces informations sur le bout de vos doigts, et comme expliqué plus haut vous préparer de façon adéquate. Je trouve que de bien orienter les discussions avec des questions dirigées qui feront que votre public (récepteur) vous propose lui-même les solutions de résolutions dans la direction que vous souhaitez. Pour moi cela est une bonne préparation avec un argumentaire solide.

Une communication efficace :

Nous ne le dirons jamais assez combien il est important de bien communiquer. Les personnes possédant un sens de la communication ont un bon sens de l’écoute.  Car pour moi, pour être un bon communicateur, il faut avoir de bonnes oreilles.  Souvent dans les échanges que vous allez avoir avec votre public (récepteur), vous allez les persuader ou convaincre qu’ils aillent dans une direction, ou qu’ils prennent une décision en faveur de vos arguments. Après il faut la communiquer, choisir les bons mots, les bons moments pour faire les annonces. Tous les décideurs que je connais veulent se faire sécuriser, se faire rassurer qu’ils aient pris la bonne décision.

J’ai essayé durant ce court article de vous entretenir sur l’art de persuader ou convaincre. Je vous recommande de faire des recherches et de lire sur le sujet. Tout au long de notre vie, nous devrons mettre ces deux éléments en place pour obtenir ce que nous voulons.  Je sais que vous réaliserez que depuis votre naissance, vous ne faites que cela essayer de persuader ou convaincre vos parents, vos amis, votre conjoint, vos enfants et surtout vos employeurs. Pour devenir plus connaissant sur les sujets, je vous invite à vous renseigner sur les principes de la communication.

Motivaction.coach

6, rue Béram

L’Épiphanie (Québec)

J5X3J1

514-609-7739

http://www.motivaction.coach

info@motivaction.coach